EVENEMENTS ET SEANCES SPECIALES

PERFECT BLUE - Satoshi Kon
A PROPOS
Satoshi Kon est le Stanley Kubrick de l’animation, rien que ça !
Cette comparaison avec Stanley Kubrick n’est pas du tout là pour le « coup de projecteur » mais simplement pour nous montrer une composante sur laquelle repose l’œuvre entière : Le « Hollywood » japonais existe réellement et c’est dans « Perfect Blue » qu’on en trouve les éléments d’origine. Les animations, le génie de la mise en scène, les expressions et psychologie des personnages, la maîtrise de la réalité subjective,… ce n’est pas qu’un animé mais une œuvre … d’animation, en dépit d’avoir été le premier long métrage de Satoshi Kon. En effet, on oublie très vite qu’on regarde un dessin animé tellement ce travail de génie regorge de méthodes tirées plus du 7ème Art que du cartoon.
Si la formule semble très solennelle, c’est un hommage à l’animation japonaise que de le reconnaître : les approches singulières présentes dans ce film sont souvent recyclées dans les Blockbuster très récents. Ce sentiment que l’autre réalité est la vraie réalité (Inception), les jeux de schizophrénie (Black Swan), les hallucinations, la paranoïa, les méfaits et dangers d’internet, mais également les occupations dont traitent le film sont des sujets récurrents dans les œuvres populaires d’aujourd’hui. Au même titre qu’Akira, sur la forme comme sur le fond, Perfect Blue, atemporel, va ensemencer les esprits d’un certain nombres d’artistes réalisateurs et producteurs contemporains.
Perfect Blue n’est clairement pas un film à mettre dans toutes les mains. Nombre de scènes sont particulièrement trash, violentes et hyper-réalistes, dont une longue et terrible scène de viol face à une meute de fans enragés. Globalement, le film fait de nombreuses références au monde machiste qui entoure l’univers des idoles japonaises, souvent adolescentes et ingénues. Ici, l’héroïne est dépeinte comme un objet de jouissance et de plaisir au service d’un monde d’hommes.
Aujourd’hui encore, nombre d’idoles japonaises posent pratiquement nues pour les premières pages de magazines qu’on retrouvera dans les konbinis aux yeux de tous. Il n’est pas rare que des scandales éclatent, révélant les relations intimes entre de très jeunes idoles et leurs producteurs trois fois plus vieux qu’elles… En demi-teinte, le réalisateur dénonce cette tragique réalité qui peine à faire sa révolution. 20 ans après, on est encore bien loin de voir un #Metoo dans l’archipel. Quoi que, les choses bougent assurément.
japanization.org
Plans Cultes
mardi 12 avril à 20h00
Ciné Manga

PERFECT BLUE
de Satoshi Kon
Film d'animation
Japon - 1997 - 1h21 - VOST - Interdit aux moins de 12 ans
Mima est une icône pop, membre d'un « girls' band » à succès. Quand elle décide de quitter le groupe pour devenir vedette d'une série télévisée, ses fans se désolent. Aussitôt, sa vie tourne au cauchemar. Elle reçoit des messages menaçants sur Internet et d'inquiétants événements entourent Mima et ses proches : des hallucinations, des menaces et pire encore... des meurtres.


Plans Cultes - SAISON 2021-2022
mardi 21 septembre à 20h00
TOMMY de Ken Russell
mardi 12 octobre à 20h00
SCARFACE de Brian De Palma
dimanche 31 octobre à 20h00
EVIL DEAD 2 de Sam Raimi
mardi 16 novembre à 20h00
LES DENTS DE LA MER de Steven Spielberg
mardi 14 décembre à 20h00
JACKIE BROWN de Quentin Tarantino
mardi 11 janvier à 20h00
LA CLASSE AMÉRICAINE de Michel Hazanavicius & Dominique Mezerette
OSS 117 : RIO NE REPOND PLUS de Michel Hazanavicius
lundi 14 février à 20h00
IN THE MOOD FOR LOVE de Wong Kar Wai
mardi 15 mars à 19h30
MEMORIES OF MURDER de Bong Joon Ho
OLD BOY de Park Chan Wook
mardi 12 avril à 20h00
PERFECT BLUE de Satoshi Kon
mardi 10 mai à 20h00
SCANNERS de David Cronenberg