CHICKEN RUN - Nick Park & Peter Lord

A PROPOS

Première « superproduction » du Studio Aardman, Chicken Run se distingue par ses nombreux niveaux de lecture. Au premier degré, c'est un grand film d'action. Bien que confiné dans le poulailler et ses environs, le film déploie tout un arsenal d'inventions visuelles, de séquences particulièrement éprouvantes pour les nerfs, et surtout confirme le goût de Nick Park pour les mécaniques infernales. A l'action s'ajoute une forte dose d'humour : l'animation des poules est irrésistible, les personnages le sont tout autant. C'est aussi un remake à peine déguisé d'un classique du film d'évasion : La grande évasion. L'hommage est à la fois appuyé et totalement léger, aérien, tant le décalage entre le modèle et son application à l'espèce volaillère est notable. De la musique à la reprise de certaines scènes emblématiques, Chicken Run fait mieux que décalquer, il fait exploser. Et c'est surtout dans son troisième « degré » que Chicken Run prend littéralement son envol, instillant une réflexion vertigineuse sur la frontière entre réalité et fiction, vrais et faux poulets, cinéma et pâte à modeler. Chicken run est un peu tous ces films à la fois, véritable rubik's cube, qui plaira à tous, petits et grands, tant sa liberté est grande. Vive l'évasion !
Benshi.fr

Plans Kids / Festival Télérama Enfants
mardi 23 avril 2024 à 13h30

à partir de 6 ans

3,50 euros la séance pour tous avec le PASS dans Télérama et sur Télérama.fr



CHICKEN RUN

de Nick Park & Peter Lord

Film d'animation
GB - USA - 2000 - 1h25 - en français

Les malheureuses locataires de la ferme Tweedy, les poules, risquent chaque jour de passer à la casserole, surtout si elles ne pondent pas d'oeuf. Aucune n'a jamais réussi à s'enfuir. Mais cette fois-ci l'intrépide Ginger et ses congénères  vont tout faire pour  que leur tentative d'évasion soit couronnée de succès, d'autant plus qu'il y a  Rocky, le coq-boy libre et solitaire. Il faut faire vite car la propriétaire Mme Tweedy veut que ses poules servent à la fabrication de tourtes à la volaille.

A PROPOS

Première « superproduction » du Studio Aardman, Chicken Run se distingue par ses nombreux niveaux de lecture. Au premier degré, c'est un grand film d'action. Bien que confiné dans le poulailler et ses environs, le film déploie tout un arsenal d'inventions visuelles, de séquences particulièrement éprouvantes pour les nerfs, et surtout confirme le goût de Nick Park pour les mécaniques infernales. A l'action s'ajoute une forte dose d'humour : l'animation des poules est irrésistible, les personnages le sont tout autant. C'est aussi un remake à peine déguisé d'un classique du film d'évasion : La grande évasion. L'hommage est à la fois appuyé et totalement léger, aérien, tant le décalage entre le modèle et son application à l'espèce volaillère est notable. De la musique à la reprise de certaines scènes emblématiques, Chicken Run fait mieux que décalquer, il fait exploser. Et c'est surtout dans son troisième « degré » que Chicken Run prend littéralement son envol, instillant une réflexion vertigineuse sur la frontière entre réalité et fiction, vrais et faux poulets, cinéma et pâte à modeler. Chicken run est un peu tous ces films à la fois, véritable rubik's cube, qui plaira à tous, petits et grands, tant sa liberté est grande. Vive l'évasion !
Benshi.fr