ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

TOUT LE MONDE AIME JEANNE - Avant-première - 2022-08-24

Avant-première - mercredi 24 août à 20h00

TOUT LE MONDE AIME JEANNE de Céline Devaux

LES PIRES - Avant-première - 2022-08-25

Avant-première - jeudi 25 août à 20h00

LES PIRES de Lise Akoka & Romane Gueret

LIBRE GARANCE ! - Avant-première - 2022-08-25

Avant-première - jeudi 25 août à 14h00

LIBRE GARANCE ! de Lisa Diaz

MAUVAISES FILLES - Avant-première - 2022-08-26

Avant-première - vendredi 26 août à 14h00

MAUVAISES FILLES de Émérance Dubas

LES 400 COUPS - Les 40 ans des 400 coups - 2022-08-27

Les 40 ans des 400 coups - samedi 27 août à 16h00

LES 400 COUPS de François Truffaut

UN BEAU MATIN - Avant-première - 2022-08-27

Avant-première - samedi 27 août à 20h30

UN BEAU MATIN de Mia Hansen-Løve

LE PETIT NICOLAS - QU'EST-CE QU'ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ? - Avant-première - 2022-08-28

Avant-première - dimanche 28 août à 16h30

LE PETIT NICOLAS - QU'EST-CE QU'ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ? de Amandine Fredon & Benjamin Massoubre

LES AILES DU DÉSIR - ARTE fête ses 30 ans - 2022-08-29

ARTE fête ses 30 ans - lundi 29 août à 16h30

LES AILES DU DÉSIR de Wim Wenders

COURTS EN RÉGION - LA GRANDE TOURNÉE #3 - Courts métrages - 2022-08-29

Courts métrages - lundi 29 août à 10h00

COURTS EN RÉGION - LA GRANDE TOURNÉE #3 de Nathalie Lenoir, Ingrid Chikhaoui, Quentin Ménard, Guillaume Mainguet, Eurydice Calméjane

MEMORIES - Ciné Manga - 2022-09-06

Ciné Manga - mardi 06 septembre à 19h45

MEMORIES de Katsuhiro Ôtomo

AKIRA de Katsuhiro Ôtomo

CINEMA PARADISO - Cinélégende - 2022-10-03

Cinélégende - lundi 03 octobre à 20h00

CINEMA PARADISO de Giuseppe Tornatore

UNE VIE DÉMENTE - Soirée rencontre - 2022-10-06

Soirée rencontre - jeudi 06 octobre à 20h00

UNE VIE DÉMENTE de Ann Sirot & Raphaël Balboni

SOLEIL VERT - Plans Cultes - 2022-10-11

Plans Cultes - mardi 11 octobre à 20h00

SOLEIL VERT de Richard Fleischer

RING - Plans Cultes - 2022-10-31

Plans Cultes - lundi 31 octobre à 20h00

RING de Hideo Nakata

DARK WATER de Hideo Nakata

VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER - Plans Cultes - 2022-11-15

Plans Cultes - mardi 15 novembre à 20h00

VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER de Michael Cimino

CAPTAIN FANTASTIC - Cinélégende - 2022-11-28

Cinélégende - lundi 28 novembre à 20h00

CAPTAIN FANTASTIC de Matt Ross

L'ARMÉE DES 12 SINGES - Plans Cultes - 2022-12-13

Plans Cultes - mardi 13 décembre à 19h30

L'ARMÉE DES 12 SINGES de Terry Gilliam

LE CINQUIÈME ÉLÉMENT de Luc Besson

BEETLEJUICE - Plans Cultes - 2023-01-10

Plans Cultes - mardi 10 janvier à 20h00

BEETLEJUICE de Tim Burton

MARS ATTACKS ! de Tim Burton

HAPPINESS THERAPY - Cinélégende - 2023-02-06

Cinélégende - lundi 06 février à 20h00

HAPPINESS THERAPY de David O. Russell

DIRTY DANCING - Plans Cultes - 2023-02-14

Plans Cultes - mardi 14 février à 20h00

DIRTY DANCING de Emile Ardolino

LA FUREUR DE VAINCRE - Plans Cultes - 2023-03-14

Plans Cultes - mardi 14 mars à 20h00

LA FUREUR DE VAINCRE de Lo Wei

LA FUREUR DU DRAGON de Bruce Lee

L'ÉCHAPPÉE BELLE - Cinélégende - 2023-04-03

Cinélégende - lundi 03 avril à 20h00

L'ÉCHAPPÉE BELLE de Paolo Virzì

L'IMPASSE - Plans Cultes - 2023-04-11

Plans Cultes - mardi 11 avril à 20h00

L'IMPASSE de Brian De Palma

MULHOLLAND DRIVE - Plans Cultes - 2023-05-09

Plans Cultes - mardi 09 mai à 20h00

MULHOLLAND DRIVE de David Lynch

OUISTREHAM - Emmanuel Carrère

A PROPOS

Souvent au cinéma il y a le film dans le film, avec "Ouistreham", on teste le film avant le film. Enfin, avant le livre ! Marianne Winckler est une écrivaine qui se plonge dans le milieu du nettoyage pour son prochain bouquin. Elle rejoint donc celles et ceux qui triment pour assurer la propreté de nos bureaux, nos chambres d'hôtels ou nos cabines de ferries. Elle s'immerge avec la France d'en bas, les petites gens qui essaient de survivre, de raccrocher les deux bouts, qui se privent pour leurs enfants, qui ne peuvent pas débourser 200 euros pour récupérer leur voiture à la fourrière alors qu’elle en vaut 10 fois plus à l'argus. Elle observe, elle prend des notes et elle écrit une fois chez elle.
Emmanuel Carrère, lui-même célèbre écrivain, passe pour la troisième fois derrière la caméra pour une introspection sur l'art littéraire, mais qui peut très bien être étendu à tous les autres, et notamment au cinéma. Comment rendre la réalité des faits, comment comprendre les personnes dont on veut parler sans les côtoyer de près, sans vivre ce qu'elles vivent, sans partager leur quotidien ? Et jusqu'où peut-on aller moralement quand deux mondes totalement opposés se mélangent artificiellement ? Est-ce bien là le rôle des acteurs de la culture de se fondre dans un univers qui n'est pas le leur, quitte à aiguiser jalousie, rancœur et esprit malsain ? Qui y gagne, qui y perd ? C'est tout l'enjeu de ce nouveau très beau film d'Emmanuel Carrère, réalisateur de "La Moustache" (2005), qui adapte ici l'œuvre de Florence Aubenas, qui s'était elle-même - six mois durant - confrontée aux boulots précaires et à la vie de femme de ménage à Caen afin d'en tirer une œuvre la plus fidèle possible.
On pense au film "À l'origine" de Xavier Giannoli, où François Cluzet usurpait l'identité d'un chef de chantier pour redonner espoir à des gens en mal de travail. Juliette Binoche incarne ici une femme qui joue aussi un rôle, se fait passer pour ce qu’elle n’est pas, allant jusqu'à tisser des liens forts avec certaines de ses collègues. Jouer un personnage qui joue lui-même un rôle pour une actrice : en voilà une vraie mise en abyme pour une comédienne ! Et une réflexion pour Binoche, avec ce film qui interroge aussi sur son métier et la préparation à ses futurs rôles.
Dans une scène du début, un chercheur d'emploi qui la drague lui demande quelles qualités elle met en avant dans ses entretiens d'embauche. « L'honnêteté ? », lui demande-t-il, avant d'ajouter « Ça vous arrive de mentir ? », « Oui je mens mais je finis toujours par dire la vérité », répond Marianne Winckler. Voilà comment en une scène Juliette Binoche nous dévoile la structure du film, du mensonge à la révélation. Avec au cœur du métrage, des portraits de travailleurs d'une grande richesse, des moments de pure comédie, de l'émotion à revendre et des comédiens d'une incroyable justesse. Binoche excelle une fois de plus dans ce double jeu qui ne sera pas sans conséquence sur elle et son entourage ; et le reste du casting - en grande partie amateur - impressionne. On retiendra surtout Christèle, la meilleure amie de Marianne Winckler, interprétée par Hélène Lambert. Elle est la révélation du film. Elle en impose dès la première scène et est confondante de vérité tout du long.
"Ouistreham" s'impose donc comme une œuvre à ne pas manquer, un film miroir de notre société et du monde de la culture. Il interroge derrière la caméra mais aussi devant l'écran, le spectateur ne pouvant rester insensible à ces métiers dits essentiels, ceux que l'on a applaudi pendant la pandémie en 2020 et auxquels on doit notre respect au-delà de cet événement. Un film drôle, dur, comme le sont ces hommes et ces femmes qui se lèvent tôt et qui ne pourront que vous toucher et vous laisser un souvenir impérissable.
Mathieu Payan (abus de ciné)

Cap ciné
vendredi 21 janvier 2022 à 20h00

Séance en audiodescription, sous-titrée en français

Séance organisée en collaboration avec les associations Cinéma Parlant et Premiers Plans



OUISTREHAM

de Emmanuel Carrère

avec Juliette Binoche, Hélène Lambert, Léa Carne
FRANCE - 2021 - 1h47 - Cannes 2021

Marianne Winckler, écrivaine reconnue, entreprend un livre sur le travail précaire. Elle s'installe près de Caen et, sans révéler son identité, rejoint une équipe de femmes de ménage. Confrontée à la fragilité économique et à l'invisibilité sociale, elle découvre aussi l'entraide et la solidarité qui unissent ces travailleuses de l'ombre.

https://www.memento-distribution.com/ouistreham/

A PROPOS

Souvent au cinéma il y a le film dans le film, avec "Ouistreham", on teste le film avant le film. Enfin, avant le livre ! Marianne Winckler est une écrivaine qui se plonge dans le milieu du nettoyage pour son prochain bouquin. Elle rejoint donc celles et ceux qui triment pour assurer la propreté de nos bureaux, nos chambres d'hôtels ou nos cabines de ferries. Elle s'immerge avec la France d'en bas, les petites gens qui essaient de survivre, de raccrocher les deux bouts, qui se privent pour leurs enfants, qui ne peuvent pas débourser 200 euros pour récupérer leur voiture à la fourrière alors qu’elle en vaut 10 fois plus à l'argus. Elle observe, elle prend des notes et elle écrit une fois chez elle.
Emmanuel Carrère, lui-même célèbre écrivain, passe pour la troisième fois derrière la caméra pour une introspection sur l'art littéraire, mais qui peut très bien être étendu à tous les autres, et notamment au cinéma. Comment rendre la réalité des faits, comment comprendre les personnes dont on veut parler sans les côtoyer de près, sans vivre ce qu'elles vivent, sans partager leur quotidien ? Et jusqu'où peut-on aller moralement quand deux mondes totalement opposés se mélangent artificiellement ? Est-ce bien là le rôle des acteurs de la culture de se fondre dans un univers qui n'est pas le leur, quitte à aiguiser jalousie, rancœur et esprit malsain ? Qui y gagne, qui y perd ? C'est tout l'enjeu de ce nouveau très beau film d'Emmanuel Carrère, réalisateur de "La Moustache" (2005), qui adapte ici l'œuvre de Florence Aubenas, qui s'était elle-même - six mois durant - confrontée aux boulots précaires et à la vie de femme de ménage à Caen afin d'en tirer une œuvre la plus fidèle possible.
On pense au film "À l'origine" de Xavier Giannoli, où François Cluzet usurpait l'identité d'un chef de chantier pour redonner espoir à des gens en mal de travail. Juliette Binoche incarne ici une femme qui joue aussi un rôle, se fait passer pour ce qu’elle n’est pas, allant jusqu'à tisser des liens forts avec certaines de ses collègues. Jouer un personnage qui joue lui-même un rôle pour une actrice : en voilà une vraie mise en abyme pour une comédienne ! Et une réflexion pour Binoche, avec ce film qui interroge aussi sur son métier et la préparation à ses futurs rôles.
Dans une scène du début, un chercheur d'emploi qui la drague lui demande quelles qualités elle met en avant dans ses entretiens d'embauche. « L'honnêteté ? », lui demande-t-il, avant d'ajouter « Ça vous arrive de mentir ? », « Oui je mens mais je finis toujours par dire la vérité », répond Marianne Winckler. Voilà comment en une scène Juliette Binoche nous dévoile la structure du film, du mensonge à la révélation. Avec au cœur du métrage, des portraits de travailleurs d'une grande richesse, des moments de pure comédie, de l'émotion à revendre et des comédiens d'une incroyable justesse. Binoche excelle une fois de plus dans ce double jeu qui ne sera pas sans conséquence sur elle et son entourage ; et le reste du casting - en grande partie amateur - impressionne. On retiendra surtout Christèle, la meilleure amie de Marianne Winckler, interprétée par Hélène Lambert. Elle est la révélation du film. Elle en impose dès la première scène et est confondante de vérité tout du long.
"Ouistreham" s'impose donc comme une œuvre à ne pas manquer, un film miroir de notre société et du monde de la culture. Il interroge derrière la caméra mais aussi devant l'écran, le spectateur ne pouvant rester insensible à ces métiers dits essentiels, ceux que l'on a applaudi pendant la pandémie en 2020 et auxquels on doit notre respect au-delà de cet événement. Un film drôle, dur, comme le sont ces hommes et ces femmes qui se lèvent tôt et qui ne pourront que vous toucher et vous laisser un souvenir impérissable.
Mathieu Payan (abus de ciné)