ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

BYE BYE TIBÉRIADE - Soirée Rencontre - 2024-02-26

Soirée Rencontre - lundi 26 février à 20h00

BYE BYE TIBÉRIADE de Lina Soualem

DUNE : PART ONE - Avant-Première / Soirée Dune - 2024-02-27

Avant-Première / Soirée Dune - mardi 27 février à 17h30

DUNE : PART ONE de Denis Villeneuve

DUNE : PART TWO de Denis Villeneuve

LA GUERRE DES BOUTONS - Plans Kids - 2024-02-27

Plans Kids - mardi 27 février à 13h30

LA GUERRE DES BOUTONS de Yves Robert

LES TOUTES PETITES CRÉATURES - Ciné Goûter - 2024-02-29

Ciné Goûter - jeudi 29 février à 15h30

LES TOUTES PETITES CRÉATURES de Lucy Izzard

IL N'Y A PAS D'OMBRE DANS LE DÉSERT - Soirée Rencontre - 2024-03-05

Soirée Rencontre - mardi 05 mars à 20h00

IL N'Y A PAS D'OMBRE DANS LE DÉSERT de Yossi Aviram

LES PETITS SINGULIERS - Ciné Goûter - 2024-03-07

Ciné Goûter - jeudi 07 mars à 13h30

LES PETITS SINGULIERS Collectif

NOUS N'AVONS PAS PEUR DES RUINES - Ciné Doc - 2024-03-11

Ciné Doc - lundi 11 mars à 20h00

NOUS N'AVONS PAS PEUR DES RUINES de Yannis Youlountas

GHOST IN THE SHELL - Plans Cultes - 2024-03-12

Plans Cultes - mardi 12 mars à 20h00

GHOST IN THE SHELL de Mamoru Oshii

PAPRIKA de Satoshi Kon

PAR LA FENÊTRE OU PAR LA PORTE - Ciné Doc - 2024-03-14

Ciné Doc - jeudi 14 mars à 20h00

PAR LA FENÊTRE OU PAR LA PORTE de Jean-Pierre Bloc

MÊME SI TU VAS SUR LA LUNE - Ciné Doc - 2024-03-18

Ciné Doc - lundi 18 mars à 20h00

MÊME SI TU VAS SUR LA LUNE de Laurent Rodriguez

JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES - Soirée Rencontre - 2024-03-21

Soirée Rencontre - jeudi 21 mars à 20h00

JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES de Jeanne Herry

PRIMADONNA - Ciné fac - 2024-03-21

Ciné fac - jeudi 21 mars à 20h00

PRIMADONNA de Marta Savina

LA FORÊT C'EST LA CLASSE ! - Ciné Doc - 2024-03-26

Ciné Doc - mardi 26 mars à 20h00

LA FORÊT C'EST LA CLASSE ! de Daniel Schlosser

PROMISED LAND - Soirée CinéConf - 2024-04-11

Soirée CinéConf - jeudi 11 avril à 20h00

PROMISED LAND de Gus Van Sant

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ - Plans Cultes - 2024-04-16

Plans Cultes - mardi 16 avril à 20h00

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ de Jim Jarmusch

CASINO - Plans Cultes - 2024-05-14

Plans Cultes - mardi 14 mai à 20h00

CASINO de Martin Scorsese

BELLISSIMA - Luchino Visconti

A PROPOS

L’un des meilleurs films de Visconti, et l’un des plus emblématiques de la grande Anna Magnani, ressort dans une copie splendidement restaurée.
Il y a tellement de choses dans le troisième long métrage, après Ossessione et La terre tremble, de Luchino Visconti (1906-1976) qu’on ne sait pas très bien par où commencer.
C’est d’abord, comme le disent tous·tes les historien·nes, sans doute son dernier film néoréaliste – terme tellement difficile à définir (même Roberto Rossellini, qui fut sans doute le plus néoréaliste des néoréalistes, s’y refusait), et mouvement qui n’en est pas vraiment un. Il manifeste en tout cas déjà un tournant dans son style, lequel s’affirmera dans son film suivant, Senso, œuvre plus romanesque, esthétiquement plus guindée voire somptueuse, qui annonce ses grandes fresques à venir, comme Le Guépard.
C’est l’aspect documentaire de Bellissima, sorti en 1951, qui en fait avant tout une œuvre néoréaliste. Après avoir filmé de vrais pêcheurs siciliens dans La terre tremble (sans aucun·e acteur·rice professionnel·le), il filme ici Cinecittà, soit la Mecque du cinéma italien, construite sous le fascisme et inaugurée en 1937. Une grande partie se déroule dans le complexe et montre les studios (dont le fameux Teatro Cinque, qui deviendra bientôt le “théâtre de pose” préféré de Federico Fellini). Visconti filme l’envers du décor, la fameuse entrée de cette ville de cinéma, les petites mains, les monteuses, les vestiaires, les plateaux, etc.
Bellissima raconte l’histoire d’une infirmière indépendante, Maddalena Cecconi, qui veut absolument que sa petite fille, Maria, soit castée pour jouer un rôle important dans le prochain film de “Monsieur Blasetti” (interprété par le véritable Alessandro Blasetti). Et va tout faire pour y parvenir.
Il décrit aussi avec réalisme la vie dans un quartier et un appartement (quasiment une cave) pauvres de Rome, avec le linge qui sèche aux fenêtres, les femmes qui crient d’une fenêtre à l’autre, les enfants qui traînent dans les escaliers, les rumeurs qui courent à une vitesse supersonique, etc. Tout un aspect qui peut paraître un peu folklorique aujourd’hui, mais qui rend compte de la réalité du prolétariat romain du début des années 1950.
Et quand Visconti filme une scène de violence conjugale, il la rend terrifiante (d’autant plus que l’on comprend que Spartaco, le mari de Maddalena, est coutumier du fait). Le cinéaste choisit son camp sans ambages : il est du côté de la femme battue et contre l’homme macho au prénom ridicule !
Et puis, il y a Anna Magnani. Visconti travaille enfin avec l’actrice, qui est déjà célèbre (notamment grâce à son rôle dans Rome, ville ouverte, réalisé par son mari de l’époque, Roberto Rossellini) et va devenir pour l’éternité – avec Bellissima et le sublime Mamma Roma de Pier Paolo Pasolini, par exemple – la “louve” (c’est l’un de ses surnoms, avec “Nanarella” et “La Magnani”), l’incarnation absolue de la femme romaine : caractère bien trempé, voix rauque quand elle crie, accent romain à couper au couteau, rire à pleines dents, cheveux en bataille… Elle est très théâtrale (on dirait très “drama queen” aujourd’hui), mais aussi sensuelle, fragile et sensible sous son aspect de battante.
Dans Bellissima, elle montre une fois de plus qu’elle sait tout jouer. Ou plutôt que tous les sentiments qui la parcourent se reflètent tellement sur son visage, que le·la spectateur·rice les saisit tous au passage, en un quart de seconde, car ces sentiments changeants défilent à une vitesse folle mais sont reconnaissables immédiatement. On raconte que Visconti aimait tellement Magnani comme actrice qu’il avait, avec ses scénaristes Suso Cecchi D’Amico et Francesco Rosi, réecrit le script du non moins grand Cesare Zavattini pour elle.
Il y a, dans ce très beau film, une scène particulièrement belle et complexe, ambiguë, et sans doute difficile à mettre en scène et à interpréter. Maddalena s’est fait embobiner par Alberto, un beau gosse assistant (joué par le tout jeune Walter Chiari, qui devint célèbre par la suite – et l’un des amants d’Ava Gardner, mais c’est une autre histoire), qui lui a promis de l’aider à imposer la petite Maria à Blasetti contre une somme rondelette – toutes ses économies –, censée l’aider à graisser la patte des producteur·rices et des autres assistant·es.
En réalité, il n’en a rien fait et s’est acheté un scooter (un Lambretta) avec l’argent. Maddalena s’en rend compte mais, contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, ne réagit pas. Elle l’invite même à déjeuner chez son horrible belle-mère, qui tient une petite trattoria au bord d’une rivière. À la fin du repas, Alberto attire Maddalena au bord de la rivière, et il et elle s’assoient au bord de l’eau (ce passage rappelle d’ailleurs Partie de campagne, de Jean Renoir, chef d’œuvre sur lequel Visconti, tout jeune débutant, travailla).
Maddalena n’est pas idiote et sait très bien où il veut en venir. Elle le laisse longuement la draguer, et au dernier moment, lui rit au nez. C’est sa vengeance. Dans cette scène aussi cruelle que crue (comment frustrer un homme) sans être explicite, Magnani est géniale. Parce que le·la spectateur·rice se demande à un moment si elle n’est pas en train de craquer, de céder aux avances d’Alberto, malgré sa lourdeur. C’est magnifique.
Je ne raconterai évidemment pas la fin, mais elle est splendide, à pleurer, parce que le film devient soudain un mélodrame. Mais Maddalena a gardé sa dignité, malgré tout.
Voilà. Bellissima, comme l’indique son titre, est un très beau long métrage. D’autant plus beau que la copie restaurée proposée par les Films du Camélia est superbe. Tellement beau que Pedro Almodóvar en montre quelques images dans Volver.
Jean-Baptiste Morain (Les inrocks)

Séance d'ouverture
mercredi 20 mars à 20h00

Séance d'ouverture de la semaine italienne présentée par
Marie-France Touati-Caraguel, Association Cinéma Parlant

Soirée organisée en collaboration avec Cinéma Parlant dans le cadre de la semaine de cinéma de langue italienne


BELLISSIMA

de Luchino Visconti

avec Anna Magnani, Walter Chiari, Tina Apicella
ITALIE - 1951 - 1h56 - Version originale sous titrée

À Cinecittà, dans l'Italie d'après-guerre, le réalisateur Alessandro Blasetti lance un casting pour trouver l'enfant de son prochain film. Maddalena y voit l'occasion pour sa fille Maria de vivre une vie meilleure. Elle sacrifie alors son mariage et ses économies pour lui offrir les leçons qui feront d'elle une star. Arrive enfin le grand jour des essais…
https://lesfilmsducamelia.com/films/bellissima-2/

A PROPOS

L’un des meilleurs films de Visconti, et l’un des plus emblématiques de la grande Anna Magnani, ressort dans une copie splendidement restaurée.
Il y a tellement de choses dans le troisième long métrage, après Ossessione et La terre tremble, de Luchino Visconti (1906-1976) qu’on ne sait pas très bien par où commencer.
C’est d’abord, comme le disent tous·tes les historien·nes, sans doute son dernier film néoréaliste – terme tellement difficile à définir (même Roberto Rossellini, qui fut sans doute le plus néoréaliste des néoréalistes, s’y refusait), et mouvement qui n’en est pas vraiment un. Il manifeste en tout cas déjà un tournant dans son style, lequel s’affirmera dans son film suivant, Senso, œuvre plus romanesque, esthétiquement plus guindée voire somptueuse, qui annonce ses grandes fresques à venir, comme Le Guépard.
C’est l’aspect documentaire de Bellissima, sorti en 1951, qui en fait avant tout une œuvre néoréaliste. Après avoir filmé de vrais pêcheurs siciliens dans La terre tremble (sans aucun·e acteur·rice professionnel·le), il filme ici Cinecittà, soit la Mecque du cinéma italien, construite sous le fascisme et inaugurée en 1937. Une grande partie se déroule dans le complexe et montre les studios (dont le fameux Teatro Cinque, qui deviendra bientôt le “théâtre de pose” préféré de Federico Fellini). Visconti filme l’envers du décor, la fameuse entrée de cette ville de cinéma, les petites mains, les monteuses, les vestiaires, les plateaux, etc.
Bellissima raconte l’histoire d’une infirmière indépendante, Maddalena Cecconi, qui veut absolument que sa petite fille, Maria, soit castée pour jouer un rôle important dans le prochain film de “Monsieur Blasetti” (interprété par le véritable Alessandro Blasetti). Et va tout faire pour y parvenir.
Il décrit aussi avec réalisme la vie dans un quartier et un appartement (quasiment une cave) pauvres de Rome, avec le linge qui sèche aux fenêtres, les femmes qui crient d’une fenêtre à l’autre, les enfants qui traînent dans les escaliers, les rumeurs qui courent à une vitesse supersonique, etc. Tout un aspect qui peut paraître un peu folklorique aujourd’hui, mais qui rend compte de la réalité du prolétariat romain du début des années 1950.
Et quand Visconti filme une scène de violence conjugale, il la rend terrifiante (d’autant plus que l’on comprend que Spartaco, le mari de Maddalena, est coutumier du fait). Le cinéaste choisit son camp sans ambages : il est du côté de la femme battue et contre l’homme macho au prénom ridicule !
Et puis, il y a Anna Magnani. Visconti travaille enfin avec l’actrice, qui est déjà célèbre (notamment grâce à son rôle dans Rome, ville ouverte, réalisé par son mari de l’époque, Roberto Rossellini) et va devenir pour l’éternité – avec Bellissima et le sublime Mamma Roma de Pier Paolo Pasolini, par exemple – la “louve” (c’est l’un de ses surnoms, avec “Nanarella” et “La Magnani”), l’incarnation absolue de la femme romaine : caractère bien trempé, voix rauque quand elle crie, accent romain à couper au couteau, rire à pleines dents, cheveux en bataille… Elle est très théâtrale (on dirait très “drama queen” aujourd’hui), mais aussi sensuelle, fragile et sensible sous son aspect de battante.
Dans Bellissima, elle montre une fois de plus qu’elle sait tout jouer. Ou plutôt que tous les sentiments qui la parcourent se reflètent tellement sur son visage, que le·la spectateur·rice les saisit tous au passage, en un quart de seconde, car ces sentiments changeants défilent à une vitesse folle mais sont reconnaissables immédiatement. On raconte que Visconti aimait tellement Magnani comme actrice qu’il avait, avec ses scénaristes Suso Cecchi D’Amico et Francesco Rosi, réecrit le script du non moins grand Cesare Zavattini pour elle.
Il y a, dans ce très beau film, une scène particulièrement belle et complexe, ambiguë, et sans doute difficile à mettre en scène et à interpréter. Maddalena s’est fait embobiner par Alberto, un beau gosse assistant (joué par le tout jeune Walter Chiari, qui devint célèbre par la suite – et l’un des amants d’Ava Gardner, mais c’est une autre histoire), qui lui a promis de l’aider à imposer la petite Maria à Blasetti contre une somme rondelette – toutes ses économies –, censée l’aider à graisser la patte des producteur·rices et des autres assistant·es.
En réalité, il n’en a rien fait et s’est acheté un scooter (un Lambretta) avec l’argent. Maddalena s’en rend compte mais, contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, ne réagit pas. Elle l’invite même à déjeuner chez son horrible belle-mère, qui tient une petite trattoria au bord d’une rivière. À la fin du repas, Alberto attire Maddalena au bord de la rivière, et il et elle s’assoient au bord de l’eau (ce passage rappelle d’ailleurs Partie de campagne, de Jean Renoir, chef d’œuvre sur lequel Visconti, tout jeune débutant, travailla).
Maddalena n’est pas idiote et sait très bien où il veut en venir. Elle le laisse longuement la draguer, et au dernier moment, lui rit au nez. C’est sa vengeance. Dans cette scène aussi cruelle que crue (comment frustrer un homme) sans être explicite, Magnani est géniale. Parce que le·la spectateur·rice se demande à un moment si elle n’est pas en train de craquer, de céder aux avances d’Alberto, malgré sa lourdeur. C’est magnifique.
Je ne raconterai évidemment pas la fin, mais elle est splendide, à pleurer, parce que le film devient soudain un mélodrame. Mais Maddalena a gardé sa dignité, malgré tout.
Voilà. Bellissima, comme l’indique son titre, est un très beau long métrage. D’autant plus beau que la copie restaurée proposée par les Films du Camélia est superbe. Tellement beau que Pedro Almodóvar en montre quelques images dans Volver.
Jean-Baptiste Morain (Les inrocks)