ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

CAPTAIN FANTASTIC - Cinélégende - 2022-11-28

Cinélégende - lundi 28 novembre à 20h00

CAPTAIN FANTASTIC de Matt Ross

PHRASES INACHEVÉES - Ciné doc / rencontre - 2022-11-28

Ciné doc / rencontre - lundi 28 novembre à 20h00

PHRASES INACHEVÉES de Adar Bozbay

LA REVANCHE DES HUMANOÏDES - Soirée rencontre - 2022-12-02

Soirée rencontre - vendredi 02 décembre à 20h00

LA REVANCHE DES HUMANOÏDES de Albert Barillé

DETROITERS - Ciné Fac - 2022-12-05

Ciné Fac - lundi 05 décembre à 20h00

DETROITERS de Andreï Schtakleff

ÊTRE PROF - Ciné doc - 2022-12-08

Ciné doc - jeudi 08 décembre à 20h00

ÊTRE PROF de Emilie Thérond

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE - Avant Première - 2022-12-11

Avant Première - dimanche 11 décembre à 11h15

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE de Julien Chheng & Jean-Christophe Roger

L'ARMÉE DES 12 SINGES - Plans Cultes - 2022-12-13

Plans Cultes - mardi 13 décembre à 19h30

L'ARMÉE DES 12 SINGES de Terry Gilliam

LE CINQUIÈME ÉLÉMENT de Luc Besson

BOYZ'N THE HOOD - Soirée CinéConf - 2022-12-15

Soirée CinéConf - jeudi 15 décembre à 20h00

BOYZ'N THE HOOD de John Singleton

ANNIE COLÈRE - Soirée rencontre - 2022-12-19

Soirée rencontre - lundi 19 décembre à 20h00

ANNIE COLÈRE de Blandine Lenoir

OPÉRATION PÈRE NOËL - Ciné goûter - 2022-12-22

Ciné goûter - jeudi 22 décembre à 15h30

OPÉRATION PÈRE NOËL de Marc Robinet & Caroline Attia

E.T L'EXTRA TERRESTRE - Plans Kids - 2022-12-26

Plans Kids - lundi 26 décembre à 13h15

E.T L'EXTRA TERRESTRE de Steven Spielberg

DIVERTIMENTO - Avant-première - 2023-01-05

Avant-première - jeudi 05 janvier à 20h00

DIVERTIMENTO de Marie-Castille Mention-Schaar

BEETLEJUICE - Plans Cultes - 2023-01-10

Plans Cultes - mardi 10 janvier à 20h00

BEETLEJUICE de Tim Burton

MARS ATTACKS ! de Tim Burton

LES ANNÉES SUPER 8 - Ciné doc - 2023-01-19

Ciné doc - jeudi 19 janvier à 20h00

LES ANNÉES SUPER 8 de Annie Ernaux & David Ernaux-Briot

HAPPINESS THERAPY - Cinélégende - 2023-02-06

Cinélégende - lundi 06 février à 20h00

HAPPINESS THERAPY de David O. Russell

DIRTY DANCING - Plans Cultes - 2023-02-14

Plans Cultes - mardi 14 février à 20h00

DIRTY DANCING de Emile Ardolino

LA FUREUR DE VAINCRE - Plans Cultes - 2023-03-14

Plans Cultes - mardi 14 mars à 20h00

LA FUREUR DE VAINCRE de Lo Wei

LA FUREUR DU DRAGON de Bruce Lee

L'ÉCHAPPÉE BELLE - Cinélégende - 2023-04-03

Cinélégende - lundi 03 avril à 20h00

L'ÉCHAPPÉE BELLE de Paolo Virzì

L'IMPASSE - Plans Cultes - 2023-04-11

Plans Cultes - mardi 11 avril à 20h00

L'IMPASSE de Brian De Palma

MULHOLLAND DRIVE - Plans Cultes - 2023-05-09

Plans Cultes - mardi 09 mai à 20h00

MULHOLLAND DRIVE de David Lynch

12 JOURS - Raymond Depardon

A PROPOS

Un nouveau chapitre de la longue observation des rapports entre la folie et la justice par Raymond Depardon.

Depardon a filmé à plusieurs reprises les institutions juridiques et hospitalières, notammement psychiatriques (Urgences, Délits flagrants, 10e Chambre, etc.).12 jours s'inscrit dans cette veine de son cinéma documentaire, qui saisit les premiers contacts entre un individu enfermé (contrevenant, auteur de délit et/ou personne souffrant d'un déséquilibre mental) et l'institution qui va le confronter à la loi.

12 jours, c'est le temps imparti à la justice, depuis 2013, en France, pour qu'un juge estime si un malade mental hospitalisé sans son consentement (ce qu'on appelle couramment "interné" ou "interné de force") est justifié ou non, et si son séjour doit être prolongé ou non. La liberté ou sa privation, au moins encore pour un temps. La question est grave, selon surtout le souhait qu'en a le citoyen concerné.

Quelques individus hospitalisés depuis moins de douze jours, vont défiler, dans la petite pièce de l'hôpital où ils sont retenus, devant le juge qui suit leur dossier (quatre magistrats vont intervenir dans le film). Le juge fait le point avec eux, les circonstances de leur enfermement, leur passé psychaitrique et judiciaire (parfois très lourd), laisse la parole au malade puis à son avocat. Il fait état des rapports des médecins, puis statue.

Le dispositif, comme souvent chez Depardon, est très simple : des champs contrechamps, en l'occurrence. Et toujours aussi efficace. De film en film, au fil de l'évolution de la technique, l'image et le son ont gagné en profondeur. A la seconde où un être humain entre dans le champ, c'est un univers qui apparaît soudain, des vies meurtries, des crimes, la folie, la violence, la famille, le travail, etc. Chaque individu est un individu unique, aurait-on envie de dire, et c'est que qu'offre depuis toujours Depardon à la société : grâce au cinéma, il n'enferme jamais un homme ou une femme dans un cas psychiatrique, dans une prison formelle qui l'écraserait. L'enfermé est par définition fragilisé, quand on le confronte face à une institution administrative assez impressionnante. Depardon, avec sa caméra, sans rien faire, semble se protéger un peu et c'est bouleversant. C'est une fois de plus magnifique et implacable.

Jean Baptiste Morain (Les inrocks)

Soirée rencontre
jeudi 29 mars 2018 à 20h00

En présence de Natalie Giloux,  psychiatre, Marion Primevert, présidente au Tribunal de Grande Instance de Paris, Isabelle Gandais, vice-présidente du Tribunal de Grande Instance d'Angers et Monika Pasquini, bâtonnier.



12 JOURS

de Raymond Depardon

Documentaire
FRANCE - 2017 - 1h27 - Cannes 2017

Avant 12 jours, les personnes hospitalisées en psychiatrie sans leur consentement sont présentées en audience, d’un côté un juge, de l’autre un patient, entre eux naît un dialogue sur le sens du mot liberté et de la vie. 
http://12jours-lefilm.com/

A PROPOS

Un nouveau chapitre de la longue observation des rapports entre la folie et la justice par Raymond Depardon.

Depardon a filmé à plusieurs reprises les institutions juridiques et hospitalières, notammement psychiatriques (Urgences, Délits flagrants, 10e Chambre, etc.).12 jours s'inscrit dans cette veine de son cinéma documentaire, qui saisit les premiers contacts entre un individu enfermé (contrevenant, auteur de délit et/ou personne souffrant d'un déséquilibre mental) et l'institution qui va le confronter à la loi.

12 jours, c'est le temps imparti à la justice, depuis 2013, en France, pour qu'un juge estime si un malade mental hospitalisé sans son consentement (ce qu'on appelle couramment "interné" ou "interné de force") est justifié ou non, et si son séjour doit être prolongé ou non. La liberté ou sa privation, au moins encore pour un temps. La question est grave, selon surtout le souhait qu'en a le citoyen concerné.

Quelques individus hospitalisés depuis moins de douze jours, vont défiler, dans la petite pièce de l'hôpital où ils sont retenus, devant le juge qui suit leur dossier (quatre magistrats vont intervenir dans le film). Le juge fait le point avec eux, les circonstances de leur enfermement, leur passé psychaitrique et judiciaire (parfois très lourd), laisse la parole au malade puis à son avocat. Il fait état des rapports des médecins, puis statue.

Le dispositif, comme souvent chez Depardon, est très simple : des champs contrechamps, en l'occurrence. Et toujours aussi efficace. De film en film, au fil de l'évolution de la technique, l'image et le son ont gagné en profondeur. A la seconde où un être humain entre dans le champ, c'est un univers qui apparaît soudain, des vies meurtries, des crimes, la folie, la violence, la famille, le travail, etc. Chaque individu est un individu unique, aurait-on envie de dire, et c'est que qu'offre depuis toujours Depardon à la société : grâce au cinéma, il n'enferme jamais un homme ou une femme dans un cas psychiatrique, dans une prison formelle qui l'écraserait. L'enfermé est par définition fragilisé, quand on le confronte face à une institution administrative assez impressionnante. Depardon, avec sa caméra, sans rien faire, semble se protéger un peu et c'est bouleversant. C'est une fois de plus magnifique et implacable.

Jean Baptiste Morain (Les inrocks)