ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

ÊTRE PROF - Ciné doc - 2022-12-08

Ciné doc - jeudi 08 décembre à 20h00

ÊTRE PROF de Emilie Thérond

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE - Avant Première - 2022-12-11

Avant Première - dimanche 11 décembre à 11h15

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE de J. Chheng & Jean-Christophe Roger

L'ARMÉE DES 12 SINGES - Plans Cultes - 2022-12-13

Plans Cultes - mardi 13 décembre à 19h30

L'ARMÉE DES 12 SINGES de Terry Gilliam

LE CINQUIÈME ÉLÉMENT de Luc Besson

BOYZ'N THE HOOD - Soirée CinéConf - 2022-12-15

Soirée CinéConf - jeudi 15 décembre à 20h00

BOYZ'N THE HOOD de John Singleton

ANNIE COLÈRE - Soirée rencontre - 2022-12-19

Soirée rencontre - lundi 19 décembre à 20h00

ANNIE COLÈRE de Blandine Lenoir

OPÉRATION PÈRE NOËL - Ciné goûter - 2022-12-22

Ciné goûter - jeudi 22 décembre à 15h30

OPÉRATION PÈRE NOËL de Marc Robinet & Caroline Attia

E.T L'EXTRA TERRESTRE - Plans Kids - 2022-12-26

Plans Kids - lundi 26 décembre à 13h15

E.T L'EXTRA TERRESTRE de Steven Spielberg

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE - Ciné goûter - 2022-12-29

Ciné goûter - jeudi 29 décembre à 13h30

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE de J. Chheng & Jean-Christophe Roger

DIVERTIMENTO - Avant-première - 2023-01-05

Avant-première - jeudi 05 janvier à 20h00

DIVERTIMENTO de Marie-Castille Mention-Schaar

BEETLEJUICE - Plans Cultes - 2023-01-10

Plans Cultes - mardi 10 janvier à 20h00

BEETLEJUICE de Tim Burton

MARS ATTACKS ! de Tim Burton

LES ANNÉES SUPER 8 - Ciné doc - 2023-01-19

Ciné doc - jeudi 19 janvier à 20h00

LES ANNÉES SUPER 8 de Annie Ernaux & David Ernaux-Briot

HAPPINESS THERAPY - Cinélégende - 2023-02-06

Cinélégende - lundi 06 février à 20h00

HAPPINESS THERAPY de David O. Russell

DIRTY DANCING - Plans Cultes - 2023-02-14

Plans Cultes - mardi 14 février à 20h00

DIRTY DANCING de Emile Ardolino

LA FUREUR DE VAINCRE - Plans Cultes - 2023-03-14

Plans Cultes - mardi 14 mars à 20h00

LA FUREUR DE VAINCRE de Lo Wei

LA FUREUR DU DRAGON de Bruce Lee

L'ÉCHAPPÉE BELLE - Cinélégende - 2023-04-03

Cinélégende - lundi 03 avril à 20h00

L'ÉCHAPPÉE BELLE de Paolo Virzì

L'IMPASSE - Plans Cultes - 2023-04-11

Plans Cultes - mardi 11 avril à 20h00

L'IMPASSE de Brian De Palma

MULHOLLAND DRIVE - Plans Cultes - 2023-05-09

Plans Cultes - mardi 09 mai à 20h00

MULHOLLAND DRIVE de David Lynch

CHRISTINE - John Carpenter

A PROPOS

"Christine" de John Carpenter s'intéresse à la passion dévastatrice qui unit un adolescent à sa voiture. Le tout, sur fond de rock'n'roll. Focus sur une romance horrifique et hors du commun.
1983. L'écrivain Stephen King et le cinéaste John Carpenter ont le vent en poupe. Le premier multiplie les best-sellers et voit ses romans adapter sur grand écran, tandis que le second enchaîne les films, à raison d'un par an. Quand les mondes des deux hommes se rencontrent enfin, cela donne Christine. Adapté d'un nouveau livre de l'auteur, le long-métrage raconte la relation passionnée et destructrice entre un jeune introverti, Arnie Cunningham, et sa voiture. Rouge, élégante, venue d'un autre temps, cette Plymouth Fury de 1958 n'est pas une automobile comme les autres. En plus de faire sombrer ses propriétaires dans la folie, l'engin, aussi vivant qu'un être humain, est une véritable machine à tuer. À défaut d'avoir fait le bonheur de son réalisateur, Christine continue, des décennies plus tard, de fasciner et d'honorer son statut d'œuvre culte.
Après avoir signé deux beaux succès en salles, Fog et New York 1997, John Carpenter essuie l'échec critique et commercial de son dernier film, The Thing, sorti en 1982. Viré par les studios Universal, qui le remplacent par Mark L. Lester pour mettre en scène Charlie, le cinéaste se retrouve désemparé. Lorsque le producteur Richard Kobritz l'approche pour Christine, il accepte à contrecœur. Dans une interview pour SFX Magazine, il explique que ce film est le seul qu'il considère avoir fait par obligation, "pour le travail". "Tous les autres sont des projets personnels", précise-t-il. Toujours dans cette entrevue, il se rappelle même de son sentiment de honte lorsqu'il a vu son nom en gros sur l'affiche placardée sur un immense panneau publicitaire.
Pourtant, à sa sortie, Christine reçoit un accueil chaleureux, de la part des critiques, mais aussi au box-office. Dans l'Hexagone, en 1984, il frôle même le million d'entrées. Un excellent score pour un film de genre qui ne compte aucune star connue en tête d'affiche. Dans un entretien avec le journaliste Gilles Boulenger en 2001, John Carpenter n'en démord pas et continue de rejeter le long-métrage : "Que les spectateurs le trouvent bon ou mauvais, je sais au fond de moi que je l'ai foiré. J'étais encore blessé par l'échec de The Thing." Non, Christine n'est peut-être pas le chef-d'œuvre de sa carrière. Ce n'est pas vraiment effrayant, encore moins sanglant, et on ne retrouve pas l'irrévérence de ses projets précédents. Pourtant, malgré le désamour de son créateur, le film n'a pas volé son succès et en a sous le capot.
Sa particularité, c'est son mélange des genres. Avant d'être un film d'épouvante, c'est surtout un drame sur un amour toxique et la violence de l'adolescence. Cette violence, c'est celle que vit Arnie, brillamment interprété par Keith Gordon. Frêle et maladroit, il est la cible quotidienne des bourreaux de son lycée. Lorsque son regard va se poser sur Christine, le jeune homme va se métamorphoser. Son style vestimentaire - très intéressant à observer - va changer et sa passivité va laisser place à une brutalité jusqu'ici dissimulée.
Comme dans toute relation malsaine, l'un va prendre l'ascendant sur l'autre pour mieux l'isoler et le faire souffrir. Sous l'emprise de sa voiture, l'adolescent objectophile va se couper de sa famille et de ses seuls amis. C'est d'ailleurs à travers leurs points de vue, et non celui du personnage principal, que les spectateurs suivent cette descente aux enfers. Contrairement au livre de Stephen King, qui explique pourquoi le Mal s'est emparé de l'engin, la version de John Carpenter refuse, quant à elle, de donner des éléments de réponses. De quoi renforcer le mystère autour de cette sinistre tragédie.
Avec son ambiance très pop, Christine symbolise à merveille les années quatre-vingt, des vêtements aux coupes de cheveux, en passant par le rebelle en blouson noir. Depuis, la mode est passée par là, et même si le film peut paraître daté, ces détails lui confèrent une aura unique. Ce qui ne vieillit pas, en revanche, ce sont ses effets spéciaux, toujours aussi impressionnants aujourd'hui, comme en témoigne la séquence culte dans le garage de Darnell. Autre élément intemporel : la bande-originale. Il y a celle composée par John Carpenter, l'une des meilleures de sa carrière, mais aussi celle qui mêle de grands succès du doo-wop (sous-genre musical très populaire dans les années cinquante, NDLR) aux figures du rock'n'roll, comme les Rolling Stones ou The Crickets. Des morceaux qui donnent une voix à la voiture possessive et meurtrière.
John Carpenter n'aurait sans doute jamais imaginé que le monde se souviendrait de Christine des années plus tard. Pour mesurer son impact, il suffit de se tourner vers les nombreux fan-clubs qui se réunissent à des événements et des projections spéciales pour partager leur passion. Il y a, par exemple, un site internet dédié à l'actualité autour du film et de sa voiture star, ou encore le groupe The Official Christine Car Fan Site, qui rassemble plus de dix mille membres. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'œuvre de Stephen King et de John Carpenter n'est pas encore passée par le case remake. Pas sûr que le concept d'une voiture tueuse puisse attirer un jeune public. En attendant qu'Hollywood prouve le contraire, il est toujours bon de se replonger dans ce classique plus rock qu'il n'y paraît. Attachez vos ceintures.

Plans Cultes
mardi 20 septembre 2022 à 20h00

en présence de Xavier Leherpeur, journaliste et critique de cinéma au Masque et la Plume à France Inter, et dans la revue 7éme Obsession.



CHRISTINE

de John Carpenter

avec Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul
USA - 1983 - 1h50 - VOST - Réédition - Version restaurée 2K

La première fois qu'Arnie vit Christine, il tomba en extase devant cette beauté aux formes éblouissantes. C'était dit, ils aillaient lier leurs destins pour le meilleur et pour le pire. Mais Christine, la belle Plymouth, modèle 57, n'aime pas trop les rivales. Gare à celles qui voudront approcher Arnie.

A PROPOS

"Christine" de John Carpenter s'intéresse à la passion dévastatrice qui unit un adolescent à sa voiture. Le tout, sur fond de rock'n'roll. Focus sur une romance horrifique et hors du commun.
1983. L'écrivain Stephen King et le cinéaste John Carpenter ont le vent en poupe. Le premier multiplie les best-sellers et voit ses romans adapter sur grand écran, tandis que le second enchaîne les films, à raison d'un par an. Quand les mondes des deux hommes se rencontrent enfin, cela donne Christine. Adapté d'un nouveau livre de l'auteur, le long-métrage raconte la relation passionnée et destructrice entre un jeune introverti, Arnie Cunningham, et sa voiture. Rouge, élégante, venue d'un autre temps, cette Plymouth Fury de 1958 n'est pas une automobile comme les autres. En plus de faire sombrer ses propriétaires dans la folie, l'engin, aussi vivant qu'un être humain, est une véritable machine à tuer. À défaut d'avoir fait le bonheur de son réalisateur, Christine continue, des décennies plus tard, de fasciner et d'honorer son statut d'œuvre culte.
Après avoir signé deux beaux succès en salles, Fog et New York 1997, John Carpenter essuie l'échec critique et commercial de son dernier film, The Thing, sorti en 1982. Viré par les studios Universal, qui le remplacent par Mark L. Lester pour mettre en scène Charlie, le cinéaste se retrouve désemparé. Lorsque le producteur Richard Kobritz l'approche pour Christine, il accepte à contrecœur. Dans une interview pour SFX Magazine, il explique que ce film est le seul qu'il considère avoir fait par obligation, "pour le travail". "Tous les autres sont des projets personnels", précise-t-il. Toujours dans cette entrevue, il se rappelle même de son sentiment de honte lorsqu'il a vu son nom en gros sur l'affiche placardée sur un immense panneau publicitaire.
Pourtant, à sa sortie, Christine reçoit un accueil chaleureux, de la part des critiques, mais aussi au box-office. Dans l'Hexagone, en 1984, il frôle même le million d'entrées. Un excellent score pour un film de genre qui ne compte aucune star connue en tête d'affiche. Dans un entretien avec le journaliste Gilles Boulenger en 2001, John Carpenter n'en démord pas et continue de rejeter le long-métrage : "Que les spectateurs le trouvent bon ou mauvais, je sais au fond de moi que je l'ai foiré. J'étais encore blessé par l'échec de The Thing." Non, Christine n'est peut-être pas le chef-d'œuvre de sa carrière. Ce n'est pas vraiment effrayant, encore moins sanglant, et on ne retrouve pas l'irrévérence de ses projets précédents. Pourtant, malgré le désamour de son créateur, le film n'a pas volé son succès et en a sous le capot.
Sa particularité, c'est son mélange des genres. Avant d'être un film d'épouvante, c'est surtout un drame sur un amour toxique et la violence de l'adolescence. Cette violence, c'est celle que vit Arnie, brillamment interprété par Keith Gordon. Frêle et maladroit, il est la cible quotidienne des bourreaux de son lycée. Lorsque son regard va se poser sur Christine, le jeune homme va se métamorphoser. Son style vestimentaire - très intéressant à observer - va changer et sa passivité va laisser place à une brutalité jusqu'ici dissimulée.
Comme dans toute relation malsaine, l'un va prendre l'ascendant sur l'autre pour mieux l'isoler et le faire souffrir. Sous l'emprise de sa voiture, l'adolescent objectophile va se couper de sa famille et de ses seuls amis. C'est d'ailleurs à travers leurs points de vue, et non celui du personnage principal, que les spectateurs suivent cette descente aux enfers. Contrairement au livre de Stephen King, qui explique pourquoi le Mal s'est emparé de l'engin, la version de John Carpenter refuse, quant à elle, de donner des éléments de réponses. De quoi renforcer le mystère autour de cette sinistre tragédie.
Avec son ambiance très pop, Christine symbolise à merveille les années quatre-vingt, des vêtements aux coupes de cheveux, en passant par le rebelle en blouson noir. Depuis, la mode est passée par là, et même si le film peut paraître daté, ces détails lui confèrent une aura unique. Ce qui ne vieillit pas, en revanche, ce sont ses effets spéciaux, toujours aussi impressionnants aujourd'hui, comme en témoigne la séquence culte dans le garage de Darnell. Autre élément intemporel : la bande-originale. Il y a celle composée par John Carpenter, l'une des meilleures de sa carrière, mais aussi celle qui mêle de grands succès du doo-wop (sous-genre musical très populaire dans les années cinquante, NDLR) aux figures du rock'n'roll, comme les Rolling Stones ou The Crickets. Des morceaux qui donnent une voix à la voiture possessive et meurtrière.
John Carpenter n'aurait sans doute jamais imaginé que le monde se souviendrait de Christine des années plus tard. Pour mesurer son impact, il suffit de se tourner vers les nombreux fan-clubs qui se réunissent à des événements et des projections spéciales pour partager leur passion. Il y a, par exemple, un site internet dédié à l'actualité autour du film et de sa voiture star, ou encore le groupe The Official Christine Car Fan Site, qui rassemble plus de dix mille membres. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'œuvre de Stephen King et de John Carpenter n'est pas encore passée par le case remake. Pas sûr que le concept d'une voiture tueuse puisse attirer un jeune public. En attendant qu'Hollywood prouve le contraire, il est toujours bon de se replonger dans ce classique plus rock qu'il n'y paraît. Attachez vos ceintures.



Plans Cultes - SAISON 2022-2023
mardi 20 septembre à 20h00
CHRISTINE de John Carpenter
mardi 11 octobre à 20h00
SOLEIL VERT de Richard Fleischer
lundi 31 octobre à 20h00
RING de Hideo Nakata
DARK WATER de Hideo Nakata
mardi 15 novembre à 20h00
VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER de Michael Cimino
mardi 13 décembre à 19h30
L'ARMÉE DES 12 SINGES de Terry Gilliam
mardi 10 janvier à 20h00
BEETLEJUICE de Tim Burton
MARS ATTACKS ! de Tim Burton
mardi 14 février à 20h00
DIRTY DANCING de Emile Ardolino
mardi 14 mars à 20h00
LA FUREUR DU DRAGON de Bruce Lee
mardi 11 avril à 20h00
L'IMPASSE de Brian De Palma
mardi 9 mai à 20h00
MULHOLLAND DRIVE de David Lynch