ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

BYE BYE TIBÉRIADE - Soirée Rencontre - 2024-02-26

Soirée Rencontre - lundi 26 février à 20h00

BYE BYE TIBÉRIADE de Lina Soualem

DUNE : PART ONE - Avant-Première / Soirée Dune - 2024-02-27

Avant-Première / Soirée Dune - mardi 27 février à 17h30

DUNE : PART ONE de Denis Villeneuve

DUNE : PART TWO de Denis Villeneuve

LA GUERRE DES BOUTONS - Plans Kids - 2024-02-27

Plans Kids - mardi 27 février à 13h30

LA GUERRE DES BOUTONS de Yves Robert

LES TOUTES PETITES CRÉATURES - Ciné Goûter - 2024-02-29

Ciné Goûter - jeudi 29 février à 15h30

LES TOUTES PETITES CRÉATURES de Lucy Izzard

IL N'Y A PAS D'OMBRE DANS LE DÉSERT - Soirée Rencontre - 2024-03-05

Soirée Rencontre - mardi 05 mars à 20h00

IL N'Y A PAS D'OMBRE DANS LE DÉSERT de Yossi Aviram

LES PETITS SINGULIERS - Ciné Goûter - 2024-03-07

Ciné Goûter - jeudi 07 mars à 13h30

LES PETITS SINGULIERS Collectif

NOUS N'AVONS PAS PEUR DES RUINES - Ciné Doc - 2024-03-11

Ciné Doc - lundi 11 mars à 20h00

NOUS N'AVONS PAS PEUR DES RUINES de Yannis Youlountas

GHOST IN THE SHELL - Plans Cultes - 2024-03-12

Plans Cultes - mardi 12 mars à 20h00

GHOST IN THE SHELL de Mamoru Oshii

PAPRIKA de Satoshi Kon

PAR LA FENÊTRE OU PAR LA PORTE - Ciné Doc - 2024-03-14

Ciné Doc - jeudi 14 mars à 20h00

PAR LA FENÊTRE OU PAR LA PORTE de Jean-Pierre Bloc

MÊME SI TU VAS SUR LA LUNE - Ciné Doc - 2024-03-18

Ciné Doc - lundi 18 mars à 20h00

MÊME SI TU VAS SUR LA LUNE de Laurent Rodriguez

JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES - Soirée Rencontre - 2024-03-21

Soirée Rencontre - jeudi 21 mars à 20h00

JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES de Jeanne Herry

PRIMADONNA - Ciné fac - 2024-03-21

Ciné fac - jeudi 21 mars à 20h00

PRIMADONNA de Marta Savina

LA FORÊT C'EST LA CLASSE ! - Ciné Doc - 2024-03-26

Ciné Doc - mardi 26 mars à 20h00

LA FORÊT C'EST LA CLASSE ! de Daniel Schlosser

PROMISED LAND - Soirée CinéConf - 2024-04-11

Soirée CinéConf - jeudi 11 avril à 20h00

PROMISED LAND de Gus Van Sant

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ - Plans Cultes - 2024-04-16

Plans Cultes - mardi 16 avril à 20h00

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ de Jim Jarmusch

CASINO - Plans Cultes - 2024-05-14

Plans Cultes - mardi 14 mai à 20h00

CASINO de Martin Scorsese

LA RIVIÈRE - Dominique Marchais

A PROPOS

Parmi les défenseurs de la rivière pyrénéenne à laquelle Dominique Marchais consacre ce nouveau documentaire, plusieurs se disent tiraillés entre l’abattement suscité par l’inaction climatique et l’espoir que procurent, dans une certaine mesure, les initiatives locales et les petites victoires de terrain. En combinant l’étude d’un milieu naturel avec le portrait de celles et ceux qui l’investissent (on y croise des chercheurs, des agriculteurs, des membres d’associations de défense de l’environnement, etc.), Marchais adopte une focale resserrée d’où semble découler sa conception du cinéma, consistant à enregistrer sans emphase, mais avec précision, un ici et maintenant. La Rivière ne délimite jamais pour autant clairement son ancrage territorial (un carton, placé en exergue, mentionne sobrement l’existence des « gaves », soit les rivières de montagne situées dans les Pyrénées-Atlantiques), ni ne cherche à trop individualiser les récits qu’il recueille (les intervenants ne sont jamais présentés et le montage semble toujours prendre leur parole en cours, sans opérer de contextualisation préalable). C’est plutôt en les filmant dans leur « environnement naturel », en train d’exercer leur activité ou de témoigner face caméra sur les lieux, que Dominique Marchais donne à voir qui ils sont. Le cinéaste avance quelque part de concert avec le courant : la fluidité du montage permet d’entrelacer ces rencontres à tel point que l’on ne parvient pas à mesurer la distance parcourue par le réalisateur entre chacune. Mais que l’action se déroule sur un même cours d’eau ou sur plusieurs importe peu, tant le film défend dans sa forme même le principe de circularité de l’eau, dont la perturbation constitue, aux yeux des militants témoignant ici, l’un des plus grands enjeux écologiques contemporains.
La richesse de La Rivière tient à sa manière de parcourir librement un territoire tout en témoignant d’une rigueur dans l’observation des différents métiers étudiés (la séquence de dissection de l’oreille interne du saumon), des gestes (la caméra qui suit le mouvement d’une main maniant un fil de pêche), des sentiments exprimés par les personnes rencontrées au gré du voyage (l’émouvante séquence où Emma, jeune diplômée de l’ENS, déplore être coupée des autres par la radicalité de ses convictions), etc. Cette manière de passer du tableau d’ensemble aux détails se couple à un dialogue engagé par le montage, entre la place de l’homme et celle de la nature. Les personnages sont ainsi alternativement filmés de près, lorsqu’ils évoquent leur façon d’appréhender le territoire, et de loin, intégrés physiquement à ce milieu qu’ils partagent avec d’autres espèces. De la même façon, le choix d’entrecouper les prises de parole avec des panoramiques coulissant sur la rivière fait de la contemplation un temps privilégié pour la réflexion. Ainsi de ces plans montrant la surface de l’eau de très près, comme pour observer cette ligne de partage en dessous de laquelle la vie se raréfie, comme le pointent plusieurs fois les entretiens. C’est de cet entremêlement sensible que La Rivière, sorte de road movie écologique, tire sa force politique.
Valentine Guégan (Critikat)

Ciné Doc
jeudi 21 décembre 2023 à 20h00

En présence de Florence Denier-Pasquier, co-présidente de France Nature Environnement Anjou et ATTAC 49

Soirée organisée en collaboration avec ATTAC 49 et France Environnement Nature Anjou


LA RIVIÈRE

de Dominique Marchais

Documentaire
FRANCE - 1h44 - 2023 - Prix Jean Vigo 2023

Entre Pyrénées et Atlantique coulent des rivières puissantes qu’on appelle les gaves. Les champs de maïs les assoiffent, les barrages bloquent la circulation du saumon. L’activité humaine bouleverse le cycle de l’eau et la biodiversité de la rivière. Des hommes et des femmes tendent leur regard curieux et amoureux vers ce monde fascinant fait de beauté et de désastre.
https://www.meteore-films.fr/distribution-films/La-Riviere-Dominique-Marchais

A PROPOS

Parmi les défenseurs de la rivière pyrénéenne à laquelle Dominique Marchais consacre ce nouveau documentaire, plusieurs se disent tiraillés entre l’abattement suscité par l’inaction climatique et l’espoir que procurent, dans une certaine mesure, les initiatives locales et les petites victoires de terrain. En combinant l’étude d’un milieu naturel avec le portrait de celles et ceux qui l’investissent (on y croise des chercheurs, des agriculteurs, des membres d’associations de défense de l’environnement, etc.), Marchais adopte une focale resserrée d’où semble découler sa conception du cinéma, consistant à enregistrer sans emphase, mais avec précision, un ici et maintenant. La Rivière ne délimite jamais pour autant clairement son ancrage territorial (un carton, placé en exergue, mentionne sobrement l’existence des « gaves », soit les rivières de montagne situées dans les Pyrénées-Atlantiques), ni ne cherche à trop individualiser les récits qu’il recueille (les intervenants ne sont jamais présentés et le montage semble toujours prendre leur parole en cours, sans opérer de contextualisation préalable). C’est plutôt en les filmant dans leur « environnement naturel », en train d’exercer leur activité ou de témoigner face caméra sur les lieux, que Dominique Marchais donne à voir qui ils sont. Le cinéaste avance quelque part de concert avec le courant : la fluidité du montage permet d’entrelacer ces rencontres à tel point que l’on ne parvient pas à mesurer la distance parcourue par le réalisateur entre chacune. Mais que l’action se déroule sur un même cours d’eau ou sur plusieurs importe peu, tant le film défend dans sa forme même le principe de circularité de l’eau, dont la perturbation constitue, aux yeux des militants témoignant ici, l’un des plus grands enjeux écologiques contemporains.
La richesse de La Rivière tient à sa manière de parcourir librement un territoire tout en témoignant d’une rigueur dans l’observation des différents métiers étudiés (la séquence de dissection de l’oreille interne du saumon), des gestes (la caméra qui suit le mouvement d’une main maniant un fil de pêche), des sentiments exprimés par les personnes rencontrées au gré du voyage (l’émouvante séquence où Emma, jeune diplômée de l’ENS, déplore être coupée des autres par la radicalité de ses convictions), etc. Cette manière de passer du tableau d’ensemble aux détails se couple à un dialogue engagé par le montage, entre la place de l’homme et celle de la nature. Les personnages sont ainsi alternativement filmés de près, lorsqu’ils évoquent leur façon d’appréhender le territoire, et de loin, intégrés physiquement à ce milieu qu’ils partagent avec d’autres espèces. De la même façon, le choix d’entrecouper les prises de parole avec des panoramiques coulissant sur la rivière fait de la contemplation un temps privilégié pour la réflexion. Ainsi de ces plans montrant la surface de l’eau de très près, comme pour observer cette ligne de partage en dessous de laquelle la vie se raréfie, comme le pointent plusieurs fois les entretiens. C’est de cet entremêlement sensible que La Rivière, sorte de road movie écologique, tire sa force politique.
Valentine Guégan (Critikat)