ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

FLOW, LE CHAT QUI N'AVAIT PLUS PEUR DE L'EAU - Avant-première jeune public / Estival Premiers Plans - 2024-08-25

Avant-première jeune public / Estival Premiers Plans - dimanche 25 août à 15h30

FLOW, LE CHAT QUI N'AVAIT PLUS PEUR DE L'EAU de Gints Zilbalodis

LA GUERRE EST DÉCLARÉE - Soirée rencontre - 2024-09-10

Soirée rencontre - mardi 10 septembre à 20h00

LA GUERRE EST DÉCLARÉE de Valérie Donzelli

LA THÉORIE DU BOXEUR - Ciné doc - 2024-09-19

Ciné doc - jeudi 19 septembre à 20h00

LA THÉORIE DU BOXEUR de Nathanaël Coste

DÉLIVRANCE - John Boorman

A PROPOS

Délivrance est le film le plus célèbre de John Boorman, grand cinéaste visionnaire, aussi à l’aise dans le polar (Le point de non retour, 1967) que le film de guerre (Duel dans le Pacifique, 1968) ou le cinéma épique (Excalibur, 1981). Adaptée d’un roman de James Dickey, l’œuvre est un modèle de film d’action et d’aventures, avec une limpidité dans le récit et un sens pertinent de l’allégorie. Bien que Britannique, le réalisateur se meut ici avec finesse dans la tendance des cinéastes exprimant une vision critique implicite de la société américaine, alors en plein traumatisme de la guerre du Vietnam. L’horreur qui surgira à l’occasion de cette virée entre potes, et révélatrice des fêlures de l’american way of life, n’est pas sans évoquer la vision pessimiste d’un Tobe Hooper faisant subir les pires sévices aux jeunes gens de Massacre à à tronçonneuse. Mais point d’effets gore ou de tueur en série dans cette histoire commençant comme une chronique de l’amitié et une ode à la nature. L’apparente sérénité des protagonistes apparaît avec la célèbre scène du premier quart d’heure qui voit Drew (Ronny Cox) improviser un air de banjo en compagnie d’un jeune autochtone (Billy Redden), avec lequel il forme un duo harmonieux. Le regard vaporeux de l’adolescent qu’ils retrouveront un peu plus tard lors de leur descente en canoë et qui ne semble pas les reconnaître présage alors les malheurs qui vont suivre. La beauté des paysages, magnifiée par la photo de Vilmos Zsigmond, s’avère très vite un leurre, y compris dans les passages où le calme règne, le cadre idyllique de l’escapade se prêtant en fait aux pires cauchemars, dont nous ne dévoilerons pas les détails.
Précisons simplement qu’au caractère cruel de Dame Nature fera écho le comportement bestial des habitants. On ne pourra donc pas dire que Boorman cède ici aux sirènes de l’écologisme new age et de l’angélisme, deux péchés mignons qu’un tel décor aurait pu susciter. Boorman adopte un ton sec et désenchanté qui sert admirablement cette chronique d’une désintégration communautaire au sein d’un environnement faussement sain. On songerait plutôt à la descente aux enfers d’Aguirre, la colère de Dieu, sans le côté contemplatif du film de Herzog. Car Boorman assume ici les conventions d’un cinéma de genre, montrant une maîtrise sans failles dans les séquences d’action les plus impressionnantes. Le film conforta le statut de vedette de Jon Voight, révélé trois ans plus tôt dans Macadam cowboy, et qui partage ici l’affiche avec Burt Reynolds. Mais la révélation fut Ned Beatty, impressionnant dans une séquence d’une crudité inouïe pour l’époque. On signalera aussi la présence de deux seconds couteaux effrayants, Bill McKinney et Herbert Coward. Cette œuvre culte au dénouement à double lecture inspira de nombreux films plus ou moins réussis, dont Sans retour (W. Hill, 1983) et Le projet Blair Witch (1999).
Gérard Crespo (aVoiraLire.com)

Plans Cultes
mardi 10 octobre 2023 à 20h00


DÉLIVRANCE

de John Boorman

avec Jon Voight, Burt Reynolds, Ned Beatty
USA - 1972 - 1h50 - VOST - Interdit aux moins de 12 ans

Quatre Américains de classe moyenne, Ed Gentry, Lewis Medlock, Bobby Trippe et Drew Ballinger décident de consacrer leur week-end à la descente en canöe d'une impétueuse rivière située au nord de la Géorgie. Ils envisagent cette expédition comme un dernier hommage à une nature sauvage et condamnée par la construction d'un futur barrage. Mais les dangers qu'ils affronteront ne proviendront pas uniquement des flots tumultueux de la rivière...

A PROPOS

Délivrance est le film le plus célèbre de John Boorman, grand cinéaste visionnaire, aussi à l’aise dans le polar (Le point de non retour, 1967) que le film de guerre (Duel dans le Pacifique, 1968) ou le cinéma épique (Excalibur, 1981). Adaptée d’un roman de James Dickey, l’œuvre est un modèle de film d’action et d’aventures, avec une limpidité dans le récit et un sens pertinent de l’allégorie. Bien que Britannique, le réalisateur se meut ici avec finesse dans la tendance des cinéastes exprimant une vision critique implicite de la société américaine, alors en plein traumatisme de la guerre du Vietnam. L’horreur qui surgira à l’occasion de cette virée entre potes, et révélatrice des fêlures de l’american way of life, n’est pas sans évoquer la vision pessimiste d’un Tobe Hooper faisant subir les pires sévices aux jeunes gens de Massacre à à tronçonneuse. Mais point d’effets gore ou de tueur en série dans cette histoire commençant comme une chronique de l’amitié et une ode à la nature. L’apparente sérénité des protagonistes apparaît avec la célèbre scène du premier quart d’heure qui voit Drew (Ronny Cox) improviser un air de banjo en compagnie d’un jeune autochtone (Billy Redden), avec lequel il forme un duo harmonieux. Le regard vaporeux de l’adolescent qu’ils retrouveront un peu plus tard lors de leur descente en canoë et qui ne semble pas les reconnaître présage alors les malheurs qui vont suivre. La beauté des paysages, magnifiée par la photo de Vilmos Zsigmond, s’avère très vite un leurre, y compris dans les passages où le calme règne, le cadre idyllique de l’escapade se prêtant en fait aux pires cauchemars, dont nous ne dévoilerons pas les détails.
Précisons simplement qu’au caractère cruel de Dame Nature fera écho le comportement bestial des habitants. On ne pourra donc pas dire que Boorman cède ici aux sirènes de l’écologisme new age et de l’angélisme, deux péchés mignons qu’un tel décor aurait pu susciter. Boorman adopte un ton sec et désenchanté qui sert admirablement cette chronique d’une désintégration communautaire au sein d’un environnement faussement sain. On songerait plutôt à la descente aux enfers d’Aguirre, la colère de Dieu, sans le côté contemplatif du film de Herzog. Car Boorman assume ici les conventions d’un cinéma de genre, montrant une maîtrise sans failles dans les séquences d’action les plus impressionnantes. Le film conforta le statut de vedette de Jon Voight, révélé trois ans plus tôt dans Macadam cowboy, et qui partage ici l’affiche avec Burt Reynolds. Mais la révélation fut Ned Beatty, impressionnant dans une séquence d’une crudité inouïe pour l’époque. On signalera aussi la présence de deux seconds couteaux effrayants, Bill McKinney et Herbert Coward. Cette œuvre culte au dénouement à double lecture inspira de nombreux films plus ou moins réussis, dont Sans retour (W. Hill, 1983) et Le projet Blair Witch (1999).
Gérard Crespo (aVoiraLire.com)



Plans Cultes - SAISON 2023-2024
mardi 19 septembre à 20h00
mardi 10 octobre à 20h00
DÉLIVRANCE de John Boorman
mardi 31 octobre à 20h00
UNE NUIT EN ENFER de Robert Rodriguez
mardi 14 novembre à 19h00
LA TRILOGIE CORNETTO de Edgar Wright
mardi 12 décembre à 19h45
ALIENS LE RETOUR de James Cameron
mardi 9 janvier à 20h00
FARGO de Joel & Ethan Coen
mercredi 14 février à 20h00
GREASE de Randal Kleiser
mercredi 14 février à 22h00
GREASE de Randal Kleiser
mardi 12 mars à 20h00
GHOST IN THE SHELL de Mamoru Oshii
PAPRIKA de Satoshi Kon
mardi 16 avril à 20h00
mardi 14 mai à 20h00
CASINO de Martin Scorsese