EVENEMENTS ET SEANCES SPECIALES

SCANNERS - David Cronenberg
A PROPOS
Film-fétiche des inconditionnels de David Cronenberg, Scanners (1981) s’offre une ressortie en salles. Formant une sorte de trilogie avec Chromosome 3 (1979) et Vidéodrome (1983), la production annonce et développe la relation maîtresse du cinéma de Cronenberg. De l’esprit au corps, de l’intériorité à l’apparence, Scanners propose un récit qui s’articule autour d’une traque à l’homme et de pouvoirs télépathiques. Le scénario, signé par le cinéaste, récupère habilement à son compte les codes du cinéma de genre pour déployer une mise en scène située hors des sentiers battus. C’est en effet la précision chirurgicale de Cronenberg qui étonne. Loin de se complaire dans la surenchère, le réalisateur canadien parvient à éviter le côté grand-guignolesque propre au gore pour orienter ses effets vers une épure inédite. Là où dans Carrie, Brian De Palma choisissait de traiter la télékinésie par le biais d’un split screen démonstratif, Cronenberg se contente du traditionnel champ-contrechamp qui lui permet d’établir un double-rapport de confrontation et de fusion. La sobriété du cinéaste se retrouve par ailleurs dans sa composition des images. En évitant les angles de prise de vue trop accusés et en se concentrant sur l’essentiel, les personnages et leurs relations, le film approfondit son rythme selon un tempo dédoublé. Il y a d’abord la maîtrise des scènes d’action, accordant la vitesse à la violence (et à propos de laquelle il faut rappeler l’excellent travail du génial Dick Smith).
Mais il y aussi ces moments de communion où les protagonistes décalent leur quête effrénée de sauvegarde vers une réflexion sur leur condition marginale. Sur ce point, les choix de casting opéré par Cronenberg se révèlent, comme à son habitude, excellents. Stephen Lack (qui réapparaîtra dans Faux-semblants) et Jennifer O’Neill (dont la carrière déclinante entamait alors sa phase descendante) accompagnent la tonalité du film en évitant les effets trop appuyés si typiques des acteurs du cinéma de genre. Les expressions abstraites du premier, la prégnance du regard de la seconde favorisent le mystère du drame en même temps qu’elles maintiennent sa tension latente.
Cet aspect est encore soutenu par la brillante composition musicale d’Howard Shore qui privilégie la nuance, instillant au sein de ses mélodies la présence de pointes électroniques qui assurent l’ambivalence de l’atmosphère générale du film. Entre un minimalisme affirmé et un monumentalisme camouflé qui fait en définitive le prix de la réalisation de Cronenberg. Entre prodige et malédiction, la télépathie prend dans Scanners la forme d’une télépathologie, maladie dont la promesse d’une cure pousse le personnage principal à trahir les siens. D’où la présence d’une réflexion sous-jacente sur les rapports communautaires et le pouvoir des institutions (scientifiques, gouvernementales, économiques…) que le cinéaste prolongera tout au long de sa filmographie.
Après la ressortie de Crash, celle de Scanners prouve que la restauration numérique sied parfaitement au cinéma de Cronenberg. A posteriori, le travail opéré sur ses images souligne en effet l’originalité ascétique de ses premiers films. L’homogénéité de ses compositions n’est pas sans rappeler la lumière crue d’un bloc opératoire. Le talent de Cronenberg se situe ainsi dans cette forme paradoxale d’une exposition non démonstrative. L’horreur est là, sous nos yeux, et c’est à nous, spectateurs, d’apprendre à la voir.

Jacques Demange (cine chronicle)
Plans Cultes
mardi 16 mars à 20h00

SCANNERS
de David Cronenberg
avec Jennifer O'Neill, Stephen Lack, Patrick McGoohan
CANADA - 1980 - 1h43 - VOST
Cameron Vale est un télépathe qui vit en marge de la société. Repéré par la ConSec, société secrète qui mène des recherches sur ce type d’individus nommés “scanners”, il apprend auprès du Docteur Ruth à domestiquer son pouvoir. Cameron est alors chargé de localiser Daryl Revok, un scanner qui organise à échelle industrielle un trafic d’Ephémérol : une substance chimique dangereuse destiné aux femmes enceintes…


Plans Cultes - SAISON 2020-2021
mardi 22 septembre à 20h00
AKIRA de Katsuhiro Ôtomo
jeudi 24 septembre à 20h00
AKIRA de Katsuhiro Ôtomo
jeudi 1 octobre à 20h00
AKIRA de Katsuhiro Ôtomo
mardi 13 octobre à 20h00
BLUE VELVET de David Lynch
jeudi 29 octobre à 19h45
SHINING de Stanley Kubrick
FOG de John Carpenter
mardi 17 novembre à 20h00
SCARFACE de Brian De Palma
mardi 15 décembre à 19h45
JACKIE BROWN de Quentin Tarantino
BLACK DYNAMITE de Scott Sanders
mardi 12 janvier à 20h00
LA CLASSE AMÉRICAINE de Michel Hazanavicius & Dominique Mezerette
OSS 117 : RIO NE REPOND PLUS de Michel Hazanavicius
vendredi 12 février à 20h00
ROMEO + JULIETTE de Baz Luhrmann
mardi 16 mars à 20h00
SCANNERS de David Cronenberg
mardi 13 avril à 20h00
LES DENTS DE LA MER de Steven Spielberg
mardi 11 mai à 20h00
TOMMY de Ken Russell