EVENEMENTS ET SEANCES SPECIALES

BAGDAD CAFE - Percy Adlon
A PROPOS
Il y a certains films qui restent en mémoire dès leur sortie en salles et sans que l'on sache trop pourquoi. Par la grâce d'une image ou d'une chanson, ils se gravent dans nos coeurs et ne nous quittent plus. Et Bagdad Café fait clairement partie de cette catégorie.
Parlez-en autour de vous, posez la question à vos parents, lorsque vous mentionnez le nom de Bagdad Café, un grand sourire empreint de nostalgie devrait apparaitre sur le visage de votre interlocuteur. Sorti pour la première fois en 1987, le film de Percy Adlon a été un véritable phénomène que personne n'attendait. Blindé de récompenses (dont deux César), attirant plus de 2 000 000 de spectateurs en France, une réputation qui dépasse les frontières et une chanson restée dans toutes les mémoires, oui Bagdad Café est ce que l'on peut appeler un film culte pour toute une génération. Et il semble devoir traverser les âges puisque sa ressortie en 4K devrait lui attirer un nouveau public.
L'histoire, elle, n'a pas changé d'un pouce. Nous suivons donc toujours Jasmine, une allemande larguée par son mari sur la Route 66 qui arrive par hasard au Bagdad Café, un boui-boui perdu en bord de route où règne la plus grande des sinistroses. La patronne, Brenda, particulièrement frustrée par sa vie et le manque de responsabilisation de son mari et de ses enfants, voit d'abord d'un très mauvais oeil l'arrivée de la grosse allemande. Mais, petit à petit, les femmes vont s'apprivoiser et une solide amitié va naitre entre elle, bien aidée par la découverte de la magie.
En premier lieu, parlons de l'aspect technique de cette ressortie. Ce qui frappe d'emblée c'est la somptuosité du master qui nous est proposé. Présenté dans son format original, le film nous fascine dès les premières secondes par ses couleurs éclatantes, rendant enfin hommage au travail titanesque du réalisateur et de son chef-opérateur pour nous proposer un spectacle à la limite du surréalisme. Clairement inspiré par les oeuvres de Dali, Percy Adlon joue ainsi avec les couleurs en ne craignant aucune rupture de ton pour nous transporter dans un entre-deux entre rêve et réalité. Si ce procédé risque de choquer les spectateurs les plus jeunes qui découvriraient le film pour la première fois, force est de constater que Bagdad Café  y voit son impact encore renforcé. Comme jamais d'ailleurs devrait-on dire, puisqu'on n'a jamais vu une version plus belle et plus fidèle à la version d'origine que celle-ci.
Et puis, évidemment, il y a ses comédiens, magnifiques. De Jack Palance à CCH Pounder, en passant évidemment par Marianne Sägebrecht, Bagdad Café est un (très) grand numéro d'acteurs. Après, dans sa contruction même, le film conserve bien évidemment ses défauts de l'époque. Un montage quelque peu chaotique (notamment dans sa première partie), des raccourcis scénaristiques évidents dans la gestion de l'amitié entre ses deux personnages principaux, quelques facilités dramaturgiques qui peuvent gêner... mais tout cela fait partie du charme inhérent à Bagdad Café.
Et puis, il y a la chanson de Jevetta Steele, toujours aussi puissante et qui participe à nous transporter dans cet univers si particulier. On se surprend d'ailleurs à penser que tous ces défauts se transforment au final en qualités, donnant son identité à ce film tellement bizarre qu'il ne ressemble à aucun autre. Cela doit être ça, la magie dont il ne cesse de nous parler.
Malgré ces 30 ans au compteur, Bagdad Café ne vieillit pas d'un poil. Ce serait même l'inverse d'ailleurs et cette ressortie lui rend enfin justice. Un film à (re)découvrir absolument en salles, pour se prendre cette petite dose de magie qui fait tant défaut à notre époque. Bref, c'est toujours aussi bon.
Christophe Foltzer (ecranlarge.com)
Ciné classique
dimanche 17 octobre à 17h45
présenté par Luc Daniel, Cinéma Parlant

BAGDAD CAFE
de Percy Adlon
avec Marianne Sägebrecht, CCH Pounder, Jack Palance
ALLEMAGNE - 1988 - 1h35 - VOST - Réédition - Version restaurée 4K
Après une scène de ménage Jasmin atterrit au Bagdad Café, motel minable entre Disneyland et Las Vegas. La patronne, Brenda, Noire tapageuse et insatisfaite, règne sur tout un petit monde de routiers et de personnages énigmatiques. Peu à peu, Jasmin se fait apprécier de tous et remet même le café à flot grâce à « Magic », une boite de magie avec laquelle elle monte des tours assistée de Brenda. Entre les deux femmes va naître une solide amitié.