ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

LET'S GET LOST - Ciné Jazz - 2024-06-24

Ciné Jazz - lundi 24 juin à 20h00

LET'S GET LOST de Bruce Weber

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE - Ciné Cosy - 2024-06-28

Ciné Cosy - vendredi 28 juin à 13h15

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE de Jean-Christophe Meurisse

LA GUERRE EST DÉCLARÉE - Soirée rencontre - 2024-09-10

Soirée rencontre - mardi 10 septembre à 20h00

LA GUERRE EST DÉCLARÉE de Valérie Donzelli

LA THÉORIE DU BOXEUR - Ciné doc - 2024-09-19

Ciné doc - jeudi 19 septembre à 20h00

LA THÉORIE DU BOXEUR de Nathanaël Coste

LE VOYAGE DE CHIHIRO - Hayao Miyazaki

A PROPOS

L’oeuvre la plus célébrée – un Ours d’Or et un Oscar – et peut-être la plus aimée des animations de Miyazaki. Après Princesse Mononoké et un des nombreux départs en retraite finalement non-concrétisés, Le Voyage de Chihiro synthétise dans un opulent langage les thèmes chers au réalisateur, dans un contexte totalement fabuleux et allégorique. Le coté visionnaire se déchaîne grâce à la multiplicité des formes adoptées par les esprits qui habitent les thermes de Yu-baba. La musique symphonique de Hisaishi Joe est enchanteresse et se prête aussi bien à la douceur des moments intimistes qu’à l’énergie féroce des scènes d’action (Haku poursuivi dans le ciel par les petites créatures de papier animées).
Miyazaki relit Lewis Carroll – Alice aussi, en rentrant dans le terrier du lapin blanc, a vu son esprit partir en voyage (Spirited Away, selon le titre anglophone). Mais au-delà de la relecture, Le Voyage de Chihiro s’impose déjà comme un nouveau classique : un récit pédagogique contemporain, allégorie de la fin de l’enfance et de la perte sous la forme d’une fable où tous les degrés de lecture, du plus simple au plus symbolique, peuvent se croiser sans s’exclure. Pendant un certain temps, indéterminé comme les règles du monde des esprits, Chihiro vit un voyage intérieur qui pourrait être une version condensée, imagée de la vie qu’elle se destine à vivre au-delà.
Traversée de difficultés et de chagrins (la perte des êtres chers), d’hypocrisie et de cupidité (les grenouilles au service de Yu-baba), de transformations et de maturations (le Sans-visage) : amour, travail et sens des responsabilités se succèdent sous forme d’épreuves, auxquelles Chihiro est soumise afin d’acquérir une sagesse nouvelle.
Comme Dorothée revenue du monde fabuleux d’Oz, Chihiro sort plus forte de son voyage enchanté et les leçons apprises lui serviront à en affronter un autre, encore plus vaste et incertain. Dans un monde où les mauvais esprits ne portent pas de masques pour indiquer leur vraie nature.
François Labitrie (Le bleu du miroir)

Festival Play it again !
samedi 23 septembre 2023 à 15h30


Organisé par l’ADRC depuis 2019, avec le soutien du CNC, le festival Play It Again ! dédié aux classiques du cinéma met à l'honneur les héroïnes.


LE VOYAGE DE CHIHIRO

de Hayao Miyazaki

Film d'animation
Japon - 2001 - 2h02 - VOST

Chihiro est en route vers sa nouvelle demeure avec ses parents. Arrivé dans un cul-de-sac, les parents découvrent dans un bâtiment, toutes sortes de mets et se jettent dessus, bien décidés à rémunérer la personne responsable. Mais cette nourriture les change en porcs. Dans cette cité les nouveaux arrivants sont transformés afin d'être mangés. Pour retarder l'échéance fatidique, Chihiro doit travailler et passer un contrat avec la sorcière, Yubaba...
http://www.studioghibli.fr/les-films/le-voyage-de-chihiro/

A PROPOS

L’oeuvre la plus célébrée – un Ours d’Or et un Oscar – et peut-être la plus aimée des animations de Miyazaki. Après Princesse Mononoké et un des nombreux départs en retraite finalement non-concrétisés, Le Voyage de Chihiro synthétise dans un opulent langage les thèmes chers au réalisateur, dans un contexte totalement fabuleux et allégorique. Le coté visionnaire se déchaîne grâce à la multiplicité des formes adoptées par les esprits qui habitent les thermes de Yu-baba. La musique symphonique de Hisaishi Joe est enchanteresse et se prête aussi bien à la douceur des moments intimistes qu’à l’énergie féroce des scènes d’action (Haku poursuivi dans le ciel par les petites créatures de papier animées).
Miyazaki relit Lewis Carroll – Alice aussi, en rentrant dans le terrier du lapin blanc, a vu son esprit partir en voyage (Spirited Away, selon le titre anglophone). Mais au-delà de la relecture, Le Voyage de Chihiro s’impose déjà comme un nouveau classique : un récit pédagogique contemporain, allégorie de la fin de l’enfance et de la perte sous la forme d’une fable où tous les degrés de lecture, du plus simple au plus symbolique, peuvent se croiser sans s’exclure. Pendant un certain temps, indéterminé comme les règles du monde des esprits, Chihiro vit un voyage intérieur qui pourrait être une version condensée, imagée de la vie qu’elle se destine à vivre au-delà.
Traversée de difficultés et de chagrins (la perte des êtres chers), d’hypocrisie et de cupidité (les grenouilles au service de Yu-baba), de transformations et de maturations (le Sans-visage) : amour, travail et sens des responsabilités se succèdent sous forme d’épreuves, auxquelles Chihiro est soumise afin d’acquérir une sagesse nouvelle.
Comme Dorothée revenue du monde fabuleux d’Oz, Chihiro sort plus forte de son voyage enchanté et les leçons apprises lui serviront à en affronter un autre, encore plus vaste et incertain. Dans un monde où les mauvais esprits ne portent pas de masques pour indiquer leur vraie nature.
François Labitrie (Le bleu du miroir)