ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

CAPTAIN FANTASTIC - Cinélégende - 2022-11-28

Cinélégende - lundi 28 novembre à 20h00

CAPTAIN FANTASTIC de Matt Ross

PHRASES INACHEVÉES - Ciné doc / rencontre - 2022-11-28

Ciné doc / rencontre - lundi 28 novembre à 20h00

PHRASES INACHEVÉES de Adar Bozbay

LA REVANCHE DES HUMANOÏDES - Soirée rencontre - 2022-12-02

Soirée rencontre - vendredi 02 décembre à 20h00

LA REVANCHE DES HUMANOÏDES de Albert Barillé

DETROITERS - Ciné Fac - 2022-12-05

Ciné Fac - lundi 05 décembre à 20h00

DETROITERS de Andreï Schtakleff

ÊTRE PROF - Ciné doc - 2022-12-08

Ciné doc - jeudi 08 décembre à 20h00

ÊTRE PROF de Emilie Thérond

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE - Avant Première - 2022-12-11

Avant Première - dimanche 11 décembre à 11h15

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE de Julien Chheng & Jean-Christophe Roger

L'ARMÉE DES 12 SINGES - Plans Cultes - 2022-12-13

Plans Cultes - mardi 13 décembre à 19h30

L'ARMÉE DES 12 SINGES de Terry Gilliam

LE CINQUIÈME ÉLÉMENT de Luc Besson

BOYZ'N THE HOOD - Soirée CinéConf - 2022-12-15

Soirée CinéConf - jeudi 15 décembre à 20h00

BOYZ'N THE HOOD de John Singleton

ANNIE COLÈRE - Soirée rencontre - 2022-12-19

Soirée rencontre - lundi 19 décembre à 20h00

ANNIE COLÈRE de Blandine Lenoir

OPÉRATION PÈRE NOËL - Ciné goûter - 2022-12-22

Ciné goûter - jeudi 22 décembre à 15h30

OPÉRATION PÈRE NOËL de Marc Robinet & Caroline Attia

E.T L'EXTRA TERRESTRE - Plans Kids - 2022-12-26

Plans Kids - lundi 26 décembre à 13h15

E.T L'EXTRA TERRESTRE de Steven Spielberg

DIVERTIMENTO - Avant-première - 2023-01-05

Avant-première - jeudi 05 janvier à 20h00

DIVERTIMENTO de Marie-Castille Mention-Schaar

BEETLEJUICE - Plans Cultes - 2023-01-10

Plans Cultes - mardi 10 janvier à 20h00

BEETLEJUICE de Tim Burton

MARS ATTACKS ! de Tim Burton

LES ANNÉES SUPER 8 - Ciné doc - 2023-01-19

Ciné doc - jeudi 19 janvier à 20h00

LES ANNÉES SUPER 8 de Annie Ernaux & David Ernaux-Briot

HAPPINESS THERAPY - Cinélégende - 2023-02-06

Cinélégende - lundi 06 février à 20h00

HAPPINESS THERAPY de David O. Russell

DIRTY DANCING - Plans Cultes - 2023-02-14

Plans Cultes - mardi 14 février à 20h00

DIRTY DANCING de Emile Ardolino

LA FUREUR DE VAINCRE - Plans Cultes - 2023-03-14

Plans Cultes - mardi 14 mars à 20h00

LA FUREUR DE VAINCRE de Lo Wei

LA FUREUR DU DRAGON de Bruce Lee

L'ÉCHAPPÉE BELLE - Cinélégende - 2023-04-03

Cinélégende - lundi 03 avril à 20h00

L'ÉCHAPPÉE BELLE de Paolo Virzì

L'IMPASSE - Plans Cultes - 2023-04-11

Plans Cultes - mardi 11 avril à 20h00

L'IMPASSE de Brian De Palma

MULHOLLAND DRIVE - Plans Cultes - 2023-05-09

Plans Cultes - mardi 09 mai à 20h00

MULHOLLAND DRIVE de David Lynch

BOY A - John Crowley

A PROPOS

Si Boy A avec son sujet difficile n'apporte pas de nouvelles eaux aux moulins du déterminisme à l'anglaise, il se révèle beaucoup plus convaincant dans l'étude sensible de son personnage - dont on n'est pas prêt d'oublier l'acteur, Andrew Garfield.Le pessimisme anglais n'est plus à prouver, il a déjà fait le lit de son réalisme social dont Ken Loach demeure encore la figure incontournable. Et il revient, toujours et encore, par la petite ou la grande porte, difficile de s'en départir. Boy A du méconnu John Crowley, ne déroge pas à ce qui semble une fatalité propre au cinéma britannique : Jack sort de prison, condamné alors qu'il était à peine adolescent pour avoir tué une jeune fille de son âge avec un ami. Avec l'aide de son tuteur (Peter Mullan), il tente de refaire sa vie : nouvelle identité, job, amis, copine et premier amour, ceci dans le secret le plus absolu et pesant, car la société ne lui pardonnera jamais son crime. Difficile de mériter alors sa seconde chance quand le monde vous imagine en incarnation du diable. Un programme que Crowley déplie maladroitement mais non sans quelques fulgurances méritant qu'on s'y arrête. Si le récit, binaire et facile, laisse transparaître ses failles scénaristiques : tout est construit sur le principe du avant/après, causes et conséquences, à renfort de flash back, Crowley dépasse son raisonnement déterministe et fastidieux lorsqu'il épouse avec finesse les mouvements complexes de son personnage. Il y a d'abord une découverte, Andrew Garfield (Jack), qui donne une vérité nourrie d'une belle ambiguïté à ce héros condamné à une solitude ineffable. Crowley en fait une figure frêle et mélancolique, un corps maladroit en exil du chaos, forcé de se réhabituer à vivre, découvrant le monde avec un regard naïf proche de l'enfant. Contrecarrant les faiblesses du scénario, Boy A filme avec une sensibilité à fleur de peau ce personnage aux allures de damné, jouant de resserrements quasi tactiles sur ses gestes ou révélations dans des scènes où l'acteur emporte tout. Une grâce tragique et mêlée se dégage de ces moments où Jack tisse des liens avec ses proches, plus encore lorsqu'il part à la découverte des sentiments et du corps de l'autre. Il y a alors comme un paradoxe entre l'articulation schématique de l'intrigue, et ces instants où la mise en scène, subtile et parfois proche de l'abstraction (ces jeux sur les arrières plans vidés), capte l'infinie tristesse d'un être en (re)construction. Les brefs moments de bonheur, hélas rattrapés par un fatalisme cherchant à faire débat, n'en demeurent pas moins éblouissant par leur pureté gommant un instant les horreurs du passé. Ce qui inversement prouve aussi que malgré son pessimisme, Boy A montre un autre chemin possible.
Fluctuat (Jérôme Dittmar)

Soirée rencontre
jeudi 23 avril 2015 à 20h15

en présence de Yannick Royer, directeur pénitentiaire d'insertion et probation, Jean-Christophe Justeau, conseiller pénitentiaire d'insertion et probation et Dominique Thomas, psychologue et expert judiciaire.

Soirée organisée en collaboration avec avec GENEPI Angers dans le cadre du Printemps des prisons

Le printemps des prisons permet de mobiliser les bénévoles de l'association et les citoyens sur la question du milieu carcéral. 
Les 40 bénévoles du groupe angevin travaillent depuis le début de l'année à l'organisation de plusieurs évènements en avril afin de sensibiliser les personnes présentes aux conditions carcérales et plus largement: "Puisque la prison est une zone d'ombre, nous nous efforçons de la rendre visible »



BOY A

de John Crowley

avec Andrew Garfield, Peter Mullan, Siobhan Finneran
GRANDE BRETAGNE - 2007 - 1h40 - version originale sous titrée

A 24 ans, Jack sort de prison où il a passé toute son adolescence pour un meurtre qu'il a commis lorsqu'il était enfant. Dès sa libération, Terry, assistant social, l'emmène le plus loin possible de ce scandale encore présent dans tous les esprits. Terry lui donne un autre nom, lui trouve un travail, une maison. Dans cette ville d'Angleterre qu'il ne connaît pas, Jack se construit une nouvelle vie à laquelle il tente de se tenir. Mais si l'anonymat est un répit, il est aussi une douloureuse contrainte puisque Jack ne peut révéler à ses nouveaux collègues ou amis, et à la fille dont il tombe amoureux, la vraie nature de son passé. Jusqu'au jour où, par hasard, Jack devient un héros local et que sa photo apparaît à la une des quotidiens..

A PROPOS

Si Boy A avec son sujet difficile n'apporte pas de nouvelles eaux aux moulins du déterminisme à l'anglaise, il se révèle beaucoup plus convaincant dans l'étude sensible de son personnage - dont on n'est pas prêt d'oublier l'acteur, Andrew Garfield.Le pessimisme anglais n'est plus à prouver, il a déjà fait le lit de son réalisme social dont Ken Loach demeure encore la figure incontournable. Et il revient, toujours et encore, par la petite ou la grande porte, difficile de s'en départir. Boy A du méconnu John Crowley, ne déroge pas à ce qui semble une fatalité propre au cinéma britannique : Jack sort de prison, condamné alors qu'il était à peine adolescent pour avoir tué une jeune fille de son âge avec un ami. Avec l'aide de son tuteur (Peter Mullan), il tente de refaire sa vie : nouvelle identité, job, amis, copine et premier amour, ceci dans le secret le plus absolu et pesant, car la société ne lui pardonnera jamais son crime. Difficile de mériter alors sa seconde chance quand le monde vous imagine en incarnation du diable. Un programme que Crowley déplie maladroitement mais non sans quelques fulgurances méritant qu'on s'y arrête. Si le récit, binaire et facile, laisse transparaître ses failles scénaristiques : tout est construit sur le principe du avant/après, causes et conséquences, à renfort de flash back, Crowley dépasse son raisonnement déterministe et fastidieux lorsqu'il épouse avec finesse les mouvements complexes de son personnage. Il y a d'abord une découverte, Andrew Garfield (Jack), qui donne une vérité nourrie d'une belle ambiguïté à ce héros condamné à une solitude ineffable. Crowley en fait une figure frêle et mélancolique, un corps maladroit en exil du chaos, forcé de se réhabituer à vivre, découvrant le monde avec un regard naïf proche de l'enfant. Contrecarrant les faiblesses du scénario, Boy A filme avec une sensibilité à fleur de peau ce personnage aux allures de damné, jouant de resserrements quasi tactiles sur ses gestes ou révélations dans des scènes où l'acteur emporte tout. Une grâce tragique et mêlée se dégage de ces moments où Jack tisse des liens avec ses proches, plus encore lorsqu'il part à la découverte des sentiments et du corps de l'autre. Il y a alors comme un paradoxe entre l'articulation schématique de l'intrigue, et ces instants où la mise en scène, subtile et parfois proche de l'abstraction (ces jeux sur les arrières plans vidés), capte l'infinie tristesse d'un être en (re)construction. Les brefs moments de bonheur, hélas rattrapés par un fatalisme cherchant à faire débat, n'en demeurent pas moins éblouissant par leur pureté gommant un instant les horreurs du passé. Ce qui inversement prouve aussi que malgré son pessimisme, Boy A montre un autre chemin possible.
Fluctuat (Jérôme Dittmar)