ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

LET'S GET LOST - Ciné Jazz - 2024-06-24

Ciné Jazz - lundi 24 juin à 20h00

LET'S GET LOST de Bruce Weber

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE - Ciné Cosy - 2024-06-28

Ciné Cosy - vendredi 28 juin à 13h15

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE de Jean-Christophe Meurisse

LA GUERRE EST DÉCLARÉE - Soirée rencontre - 2024-09-10

Soirée rencontre - mardi 10 septembre à 20h00

LA GUERRE EST DÉCLARÉE de Valérie Donzelli

LA THÉORIE DU BOXEUR - Ciné doc - 2024-09-19

Ciné doc - jeudi 19 septembre à 20h00

LA THÉORIE DU BOXEUR de Nathanaël Coste

PROMISED LAND - Gus Van Sant

A PROPOS

Quand il ne signe pas des chefs-d’œuvre quasi expérimentaux – de MY OWN PRIVATE IDAHO à ELEPHANT en passant par GERRY –, Gus Van Sant s’adonne au film de commande. Souvent sans forcer son talent (À LA RENCONTRE DE FORRESTER, MILK), parfois en trébuchant carrément (RESTLESS). Reste le cas WILL HUNTING, qui parvint à faire oublier que le cinéaste n’en était pas l’initiateur, pour devenir logiquement l’un de ses films les plus révérés du grand public. Voir Van Sant s’associer de nouveau avec Matt Damon (qui fut également de GERRY et FORRESTER) ne pouvait donc qu’enthousiasmer. Le cinéaste faisant ici office de sauveur de dernière minute – PROMISED LAND était au départ envisagé comme les débuts de réalisateur de Damon –, allait-il pouvoir y insuffler sa patte ? Désamorçons immédiatement la question : non. PROMISED LAND ne se hisse jamais vraiment au niveau de WILL HUNTING et souffre d’une mise en scène des plus fonctionnelles. Reste que le résultat enterre la majeure partie de la filmographie mainstream de Van Sant. Steve Butler (Matt Damon), cadre d’une multinationale énergétique, tente de convaincre les propriétaires terriens d’une petite ville rurale d’exploiter du gaz de schiste sur leurs parcelles. Il doit alors composer avec une population réticente à se vendre. Dit comme ça, PROMISED LAND avait tout pour s’ériger en parabole prêchi- prêcha anticapitaliste et écolo-consciente bourrée de bons sentiments hypocrites. Le scénario – cosigné par Damon et John Krasinski – révèle au contraire des richesses narratives insoupçonnées. En analysant comment le grand capital profite de la crise pour se poser en unique espoir d’une ruralité vouée à mourir, PROMISED LAND établit avec subtilité un état des lieux désespéré, auquel il infuse un esprit utopiste « à la » Frank Capra. Un conte passant habilement du drame à la comédie grâce à une bienveillance sans effusion pour les personnages. Steve Butler, qui répète à qui veut l’entendre et à juste titre ne pas être un sale type, arbore une psychologie des plus denses. Moins agent de l’ultralibéralisme que prisonnier de son passé, il va devoir se pencher sur ses traumas pour comprendre qu’en flouant autrui, c’est lui-même qu’il foule au pied. Sa prise de conscience n’apparaît jamais forcée et permet à PROMISED LAND de s’envoler vers de mémorables moments de sincère émotion.
Aurélien Allin (Cinema Teaser)

Soirée CinéConf
jeudi 11 avril 2024 à 20h00

En présence de Cyril Fleurant, enseignant chercheur en Géographie physique et de l'environnement, Solène Ringler, Maîtresse de conférences HDR en Droit privé et Yvelin Ducotey, Docteur en études anglophones, spécialisé en études filmiques

Soirée organisée en collaboration avec l'association Cinéma Parlant, l'Université d'Angers et la SFR Confluences


PROMISED LAND

de Gus Van Sant

avec Matt Damon, Rosemarie DeWitt, Frances McDormand
USA - 2012 - 1h46 - VOST - Berlin 2013

Steve Butler, représentant d’un grand groupe énergétique, se rend avec Sue Thomason dans une petite ville de campagne. Les deux collègues sont convaincus qu’à cause de la crise économique qui sévit, les habitants ne pourront pas refuser leur lucrative proposition de forer leurs terres pour exploiter les ressources énergétiques qu’elles renferment. Ce qui s’annonçait comme un jeu d’enfant va pourtant se compliquer lorsqu’un enseignant respecté critique le projet, soutenu par un activiste écologiste qui affronte Steve aussi bien sur le plan professionnel que personnel…

A PROPOS

Quand il ne signe pas des chefs-d’œuvre quasi expérimentaux – de MY OWN PRIVATE IDAHO à ELEPHANT en passant par GERRY –, Gus Van Sant s’adonne au film de commande. Souvent sans forcer son talent (À LA RENCONTRE DE FORRESTER, MILK), parfois en trébuchant carrément (RESTLESS). Reste le cas WILL HUNTING, qui parvint à faire oublier que le cinéaste n’en était pas l’initiateur, pour devenir logiquement l’un de ses films les plus révérés du grand public. Voir Van Sant s’associer de nouveau avec Matt Damon (qui fut également de GERRY et FORRESTER) ne pouvait donc qu’enthousiasmer. Le cinéaste faisant ici office de sauveur de dernière minute – PROMISED LAND était au départ envisagé comme les débuts de réalisateur de Damon –, allait-il pouvoir y insuffler sa patte ? Désamorçons immédiatement la question : non. PROMISED LAND ne se hisse jamais vraiment au niveau de WILL HUNTING et souffre d’une mise en scène des plus fonctionnelles. Reste que le résultat enterre la majeure partie de la filmographie mainstream de Van Sant. Steve Butler (Matt Damon), cadre d’une multinationale énergétique, tente de convaincre les propriétaires terriens d’une petite ville rurale d’exploiter du gaz de schiste sur leurs parcelles. Il doit alors composer avec une population réticente à se vendre. Dit comme ça, PROMISED LAND avait tout pour s’ériger en parabole prêchi- prêcha anticapitaliste et écolo-consciente bourrée de bons sentiments hypocrites. Le scénario – cosigné par Damon et John Krasinski – révèle au contraire des richesses narratives insoupçonnées. En analysant comment le grand capital profite de la crise pour se poser en unique espoir d’une ruralité vouée à mourir, PROMISED LAND établit avec subtilité un état des lieux désespéré, auquel il infuse un esprit utopiste « à la » Frank Capra. Un conte passant habilement du drame à la comédie grâce à une bienveillance sans effusion pour les personnages. Steve Butler, qui répète à qui veut l’entendre et à juste titre ne pas être un sale type, arbore une psychologie des plus denses. Moins agent de l’ultralibéralisme que prisonnier de son passé, il va devoir se pencher sur ses traumas pour comprendre qu’en flouant autrui, c’est lui-même qu’il foule au pied. Sa prise de conscience n’apparaît jamais forcée et permet à PROMISED LAND de s’envoler vers de mémorables moments de sincère émotion.
Aurélien Allin (Cinema Teaser)