ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

ALIEN LE HUITIÈME PASSAGER - Plans Cultes - 2023-12-12

Plans Cultes - mardi 12 décembre à 19h45

ALIEN LE HUITIÈME PASSAGER de Ridley Scott

ALIENS LE RETOUR de James Cameron

LA RIVIÈRE - Ciné Doc - 2023-12-21

Ciné Doc - jeudi 21 décembre à 20h00

LA RIVIÈRE de Dominique Marchais

LES ARISTOCHATS - Plans Kids - 2023-12-26

Plans Kids - mardi 26 décembre à 13h30

LES ARISTOCHATS de Wolfgang Reitherman

LE GRAND MAGASIN - Ciné Manga - 2023-12-28

Ciné Manga - jeudi 28 décembre à 13h30

LE GRAND MAGASIN de Yoshimi Itazu

BONNARD, PIERRE ET MARTHE - Avant première / Rencontre - 2024-01-02

Avant première / Rencontre - mardi 02 janvier à 20h00

BONNARD, PIERRE ET MARTHE de Martin Provost

L'HIVER D'EDMOND ET LUCY - Ciné goûter - 2024-01-04

Ciné goûter - jeudi 04 janvier à 15h30

L'HIVER D'EDMOND ET LUCY de François Narboux

LA FERME DES BERTRAND - Avant première / Rencontre - 2024-01-11

Avant première / Rencontre - jeudi 11 janvier à 20h00

LA FERME DES BERTRAND de Gilles Perret

ALFREDO CORRADO - Ciné doc - 2024-01-15

Ciné doc - lundi 15 janvier à 20h00

ALFREDO CORRADO de Julien Bourges

PETIT SAMEDI - Ciné doc - 2024-01-16

Ciné doc - mardi 16 janvier à 20h15

PETIT SAMEDI de Paloma Sermon-Daï

SHUTTER ISLAND - Cinélégende - 2024-02-19

Cinélégende - lundi 19 février à 20h00

SHUTTER ISLAND de Martin Scorsese

GHOST IN THE SHELL - Plans Cultes - 2024-03-12

Plans Cultes - mardi 12 mars à 20h00

GHOST IN THE SHELL de Mamoru Oshii

PAPRIKA de Satoshi Kon

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ - Plans Cultes - 2024-04-16

Plans Cultes - mardi 16 avril à 20h00

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ de Jim Jarmusch

CASINO - Plans Cultes - 2024-05-14

Plans Cultes - mardi 14 mai à 20h00

CASINO de Martin Scorsese

LES CHOSES HUMAINES - Yvan Attal

A PROPOS

Quand Yvan Attal s’attaque à un sujet grave, ça lui réussit ! Dans Les Choses humaines, découvert à Venise puis en clôture du Festival de Deauville, il renvoie dos à dos un garçon, (joué par son fils Ben) et une fille (Suzanne Jouannet qui fait ses débuts l’écran) dans une affaire de viol.
Elle accuse ce jeune homme de bonne famille de l’avoir violée lors d’une soirée étudiante. Il nie en bloc. C’est parole contre parole. « J’ai tout de suite discerné le potentiel cinématographique du roman de Karin Tuil, raconte Yvan Attal à 20 Minutes. Surtout à une époque où l’on condamne les gens en quatre secondes sur les réseaux sociaux. » Le procès qui découle de ces accusations met les jeunes gens sur la sellette, mais aussi leurs proches incarnés par Charlotte Gainsbourg, Pierre Arditi, Mathieu Kassovitz, Benjamin Lavernhe ou Audrey Dana.
Sur un thème proche du Dernier duel de Ridley Scott, Yvan Attal choisit de ne prendre parti ni pour l’un ni pour l’autre ce qui rend son film aussi original que palpitant. « En tant que père d’une fille et de deux garçons, j’étais bringuebalé sans cesse entre les deux jeunes protagonistes et leurs parents. C’est bien ce qui confirme la nécessité de juger au tribunal et pas ailleurs. Ce n’est pas pour rien qu’il faut trente mois d’instruction avant un procès. On comprend vite que même dans une affaire de viol, rien n’est simple. » C’est toute cette subtilité qui rend Les Choses humaines très prenant, tandis que se dévoilent peu à peu les secrets et les faiblesses des deux parties.
Le récit prend alors la forme d’un thriller pour confronter les différentes versions des faits, laissant le spectateur se forger sa propre opinion. Le film parle de consentement mais aussi de pression sociale et de différences de milieu pour brosser un tableau complexe. « La vérité n’est pas toujours uniforme, constate Yvan Attal. Elle varie selon l’endroit où on se place. Moi, par exemple, je peux changer de point de vue, y compris politique. Quand je fais l’acteur et que je veux rentrer tôt pour retrouver ma famille, je suis de gauche. Alors qu’en tant que réalisateur, je suis de droite car je suis prêt à faire bosser davantage mes collaborateurs ! »
S’il plaisante dans ses déclarations, Yvan Attal aborde cette thématique avec sérieux et sobriété à l’écran. Les Choses humaines place les personnages comme le public face à leurs contradictions, ce qui en fait une œuvre très riche.
Caroline Vié (20minutes.fr)

Soirée Rencontre
jeudi 23 mars 2023 à 20h00

En présence d'Eric Bouillard, Procureur de la République au Tribunal d’Angers, Me Isabelle Oger-Ombredane, avocate spécialiste en Droit Pénal et Droit des enfants, et Louis Mathieu, Président de Cinéma Parlant

Soirée organisée dans le cadre du "Festival du Film Judiciaire - 2e édition" en collaboration avec Cinéma Parlant, le CDAD 49, le Point Justice 49, le Barreau d’Angers, la DSDEN 49 et la délégation diocésaine 49


LES CHOSES HUMAINES

de Yvan Attal

avec Ben Attal, Charlotte Gainsbourg, Mathieu Kassovitz
FRANCE - 2021 - 2h19

Un jeune homme est accuse? d’avoir violé une jeune femme. Qui est ce jeune homme et qui est cette jeune femme ? Est-il coupable ou est-il innocent ? Est-elle victime ou uniquement dans un désir de vengeance, comme l’affirme l’accuse? ? Les deux jeunes protagonistes et leurs proches vont voir leur vie, leurs convictions et leurs certitudes voler en éclat mais… N’y a-t-il qu’une seule vérité ?

A PROPOS

Quand Yvan Attal s’attaque à un sujet grave, ça lui réussit ! Dans Les Choses humaines, découvert à Venise puis en clôture du Festival de Deauville, il renvoie dos à dos un garçon, (joué par son fils Ben) et une fille (Suzanne Jouannet qui fait ses débuts l’écran) dans une affaire de viol.
Elle accuse ce jeune homme de bonne famille de l’avoir violée lors d’une soirée étudiante. Il nie en bloc. C’est parole contre parole. « J’ai tout de suite discerné le potentiel cinématographique du roman de Karin Tuil, raconte Yvan Attal à 20 Minutes. Surtout à une époque où l’on condamne les gens en quatre secondes sur les réseaux sociaux. » Le procès qui découle de ces accusations met les jeunes gens sur la sellette, mais aussi leurs proches incarnés par Charlotte Gainsbourg, Pierre Arditi, Mathieu Kassovitz, Benjamin Lavernhe ou Audrey Dana.
Sur un thème proche du Dernier duel de Ridley Scott, Yvan Attal choisit de ne prendre parti ni pour l’un ni pour l’autre ce qui rend son film aussi original que palpitant. « En tant que père d’une fille et de deux garçons, j’étais bringuebalé sans cesse entre les deux jeunes protagonistes et leurs parents. C’est bien ce qui confirme la nécessité de juger au tribunal et pas ailleurs. Ce n’est pas pour rien qu’il faut trente mois d’instruction avant un procès. On comprend vite que même dans une affaire de viol, rien n’est simple. » C’est toute cette subtilité qui rend Les Choses humaines très prenant, tandis que se dévoilent peu à peu les secrets et les faiblesses des deux parties.
Le récit prend alors la forme d’un thriller pour confronter les différentes versions des faits, laissant le spectateur se forger sa propre opinion. Le film parle de consentement mais aussi de pression sociale et de différences de milieu pour brosser un tableau complexe. « La vérité n’est pas toujours uniforme, constate Yvan Attal. Elle varie selon l’endroit où on se place. Moi, par exemple, je peux changer de point de vue, y compris politique. Quand je fais l’acteur et que je veux rentrer tôt pour retrouver ma famille, je suis de gauche. Alors qu’en tant que réalisateur, je suis de droite car je suis prêt à faire bosser davantage mes collaborateurs ! »
S’il plaisante dans ses déclarations, Yvan Attal aborde cette thématique avec sérieux et sobriété à l’écran. Les Choses humaines place les personnages comme le public face à leurs contradictions, ce qui en fait une œuvre très riche.
Caroline Vié (20minutes.fr)