VICE-VERSA 2 - Kelsey Mann

A PROPOS

 Le très attendu deuxième opus replonge dans le quotidien de Riley Andersen. La jeune fille, désormais âgée de treize ans, habite toujours à San Fransisco. Elle vit avec ses deux parents, excelle à l'école, au hockey sur glace et entretient des amitiés précieuses. Mais sa vie tranquille est soudainement bouleversée. Riley prend peur du regard des gens, snobe ses parents, réagit parfois avec violence. Autant de changements dont la cause est toute trouvée : la puberté fait sa grande entrée, et, surprise, elle arrive avec sa bande.
Comme dans le premier volet, Vice-Versa 2 joue avec l'alternance entre les scènes de la vie réelle de Riley et celles de sa vie intérieure. Le film donne en effet à voir tout ce qui se passe au sein du cerveau de l'adolescente, figuré à la manière d'un tour de contrôle. Aux commandes de celle-ci : des personnages colorés donnant corps à une émotion.
En 2015, le public découvrait Joie, Tristesse, Colère, Peur et Dégoût. Vice-Versa 2 présente Anxiété, Ennui, Envie et Embarras. Sans agir comme de véritables antagonistes – les méchants ne sont plus très tendances chez Disney – ces quatre nouvelles émotions sont à l'origine d'un véritable chaos.
Longuement travaillés par les studios, les personnages d'Anxiété, d'Ennui, d'Envie et d'Embarras sont une franche réussite. Plus caricaturales encore que les émotions primaires, plus comiques peut-être aussi, ces nouvelles émotions répondent parfaitement aux situations de l'adolescence et présentent des caractéristiques enthousiasmantes. Ennui, doublé en version originale comme en version française par Adèle Exarchopoulos, ne quitte ni canapé, ni son smartphone, et parle un franglais savoureux, rompant jusqu'à la communication au sein du cerveau de Riley. D'autres personnages, animés avec d'autres techniques, provoquent également un amusement sans borne.
Vice-Versa 2 apporte à l'univers de la saga de nombreuses nouveautés. Les émotions d'abord, mais aussi l'exploration d'autres zones du cerveau, d'autres principes. Avec l'adolescence, l'univers mental s'élargit. Le format même du film est changé, Kesley Mann, le réalisateur de ce second opus, optant pour un plus grand panorama capable de représenter plus de personnages à la fois. Mais malgré ces apports, le film reprend la structure du premier film et propose une intrigue presque en tous points semblable.
Cette quasi-redite de l'intrigue, si elle peut être a priori décevante, réussit paradoxalement à frapper juste. Vice-Versa 2 met en scène un monde renouvelé, mais où la continuité prime et où les erreurs du passé peuvent être répétées. Moins touchant peut-être que le premier volet, ce film suscite d'autres émotions et travaille davantage l'humour. Neuf ans plus tard, l'univers de Vice-Versa est toujours aussi génial et surprenant.
Neil Senot (France Télévisions - Rédaction Culture)

Ciné Cosy
vendredi 12 juillet 2024 à 13h15

Séance adaptée aux parents avec leur bébé, avec son adouci, mise à disposition d'une table à langer, d'un chauffe biberon...



VICE-VERSA 2

de Kelsey Mann

Fim d'animation
USA - 2024 - 1h36 - Version française

Fraichement diplômée, Riley est désormais une adolescente, ce qui n'est pas sans déclencher un chamboulement majeur au sein du quartier général qui doit faire face à quelque chose d'inattendu : l'arrivée de nouvelles émotions ! Joie, Tristesse, Colère, Peur et Dégoût - qui ont longtemps fonctionné avec succès - ne savent pas trop comment réagir lorsqu'Anxiété débarque. Et il semble qu'elle ne soit pas la seule…
https://www.disney.fr/films/vice-versa-2

A PROPOS

 Le très attendu deuxième opus replonge dans le quotidien de Riley Andersen. La jeune fille, désormais âgée de treize ans, habite toujours à San Fransisco. Elle vit avec ses deux parents, excelle à l'école, au hockey sur glace et entretient des amitiés précieuses. Mais sa vie tranquille est soudainement bouleversée. Riley prend peur du regard des gens, snobe ses parents, réagit parfois avec violence. Autant de changements dont la cause est toute trouvée : la puberté fait sa grande entrée, et, surprise, elle arrive avec sa bande.
Comme dans le premier volet, Vice-Versa 2 joue avec l'alternance entre les scènes de la vie réelle de Riley et celles de sa vie intérieure. Le film donne en effet à voir tout ce qui se passe au sein du cerveau de l'adolescente, figuré à la manière d'un tour de contrôle. Aux commandes de celle-ci : des personnages colorés donnant corps à une émotion.
En 2015, le public découvrait Joie, Tristesse, Colère, Peur et Dégoût. Vice-Versa 2 présente Anxiété, Ennui, Envie et Embarras. Sans agir comme de véritables antagonistes – les méchants ne sont plus très tendances chez Disney – ces quatre nouvelles émotions sont à l'origine d'un véritable chaos.
Longuement travaillés par les studios, les personnages d'Anxiété, d'Ennui, d'Envie et d'Embarras sont une franche réussite. Plus caricaturales encore que les émotions primaires, plus comiques peut-être aussi, ces nouvelles émotions répondent parfaitement aux situations de l'adolescence et présentent des caractéristiques enthousiasmantes. Ennui, doublé en version originale comme en version française par Adèle Exarchopoulos, ne quitte ni canapé, ni son smartphone, et parle un franglais savoureux, rompant jusqu'à la communication au sein du cerveau de Riley. D'autres personnages, animés avec d'autres techniques, provoquent également un amusement sans borne.
Vice-Versa 2 apporte à l'univers de la saga de nombreuses nouveautés. Les émotions d'abord, mais aussi l'exploration d'autres zones du cerveau, d'autres principes. Avec l'adolescence, l'univers mental s'élargit. Le format même du film est changé, Kesley Mann, le réalisateur de ce second opus, optant pour un plus grand panorama capable de représenter plus de personnages à la fois. Mais malgré ces apports, le film reprend la structure du premier film et propose une intrigue presque en tous points semblable.
Cette quasi-redite de l'intrigue, si elle peut être a priori décevante, réussit paradoxalement à frapper juste. Vice-Versa 2 met en scène un monde renouvelé, mais où la continuité prime et où les erreurs du passé peuvent être répétées. Moins touchant peut-être que le premier volet, ce film suscite d'autres émotions et travaille davantage l'humour. Neuf ans plus tard, l'univers de Vice-Versa est toujours aussi génial et surprenant.
Neil Senot (France Télévisions - Rédaction Culture)