ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

ÊTRE PROF - Ciné doc - 2022-12-08

Ciné doc - jeudi 08 décembre à 20h00

ÊTRE PROF de Emilie Thérond

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE - Avant Première - 2022-12-11

Avant Première - dimanche 11 décembre à 11h15

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE de J. Chheng & Jean-Christophe Roger

L'ARMÉE DES 12 SINGES - Plans Cultes - 2022-12-13

Plans Cultes - mardi 13 décembre à 19h30

L'ARMÉE DES 12 SINGES de Terry Gilliam

LE CINQUIÈME ÉLÉMENT de Luc Besson

BOYZ'N THE HOOD - Soirée CinéConf - 2022-12-15

Soirée CinéConf - jeudi 15 décembre à 20h00

BOYZ'N THE HOOD de John Singleton

ANNIE COLÈRE - Soirée rencontre - 2022-12-19

Soirée rencontre - lundi 19 décembre à 20h00

ANNIE COLÈRE de Blandine Lenoir

OPÉRATION PÈRE NOËL - Ciné goûter - 2022-12-22

Ciné goûter - jeudi 22 décembre à 15h30

OPÉRATION PÈRE NOËL de Marc Robinet & Caroline Attia

E.T L'EXTRA TERRESTRE - Plans Kids - 2022-12-26

Plans Kids - lundi 26 décembre à 13h15

E.T L'EXTRA TERRESTRE de Steven Spielberg

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE - Ciné goûter - 2022-12-29

Ciné goûter - jeudi 29 décembre à 13h30

ERNEST ET CÉLESTINE - LE VOYAGE EN CHARABIE de J. Chheng & Jean-Christophe Roger

DIVERTIMENTO - Avant-première - 2023-01-05

Avant-première - jeudi 05 janvier à 20h00

DIVERTIMENTO de Marie-Castille Mention-Schaar

BEETLEJUICE - Plans Cultes - 2023-01-10

Plans Cultes - mardi 10 janvier à 20h00

BEETLEJUICE de Tim Burton

MARS ATTACKS ! de Tim Burton

LES ANNÉES SUPER 8 - Ciné doc - 2023-01-19

Ciné doc - jeudi 19 janvier à 20h00

LES ANNÉES SUPER 8 de Annie Ernaux & David Ernaux-Briot

HAPPINESS THERAPY - Cinélégende - 2023-02-06

Cinélégende - lundi 06 février à 20h00

HAPPINESS THERAPY de David O. Russell

DIRTY DANCING - Plans Cultes - 2023-02-14

Plans Cultes - mardi 14 février à 20h00

DIRTY DANCING de Emile Ardolino

LA FUREUR DE VAINCRE - Plans Cultes - 2023-03-14

Plans Cultes - mardi 14 mars à 20h00

LA FUREUR DE VAINCRE de Lo Wei

LA FUREUR DU DRAGON de Bruce Lee

L'ÉCHAPPÉE BELLE - Cinélégende - 2023-04-03

Cinélégende - lundi 03 avril à 20h00

L'ÉCHAPPÉE BELLE de Paolo Virzì

L'IMPASSE - Plans Cultes - 2023-04-11

Plans Cultes - mardi 11 avril à 20h00

L'IMPASSE de Brian De Palma

MULHOLLAND DRIVE - Plans Cultes - 2023-05-09

Plans Cultes - mardi 09 mai à 20h00

MULHOLLAND DRIVE de David Lynch

UNE VIE DÉMENTE - Ann Sirot & Raphaël Balboni

A PROPOS

Peut-on devenir les parents de ses propres parents (la faute à Alzheimer)?
Un duo de réalisateurs belge explore un mal galopant avec un peu de recul et d'humour dans « Une vie démente », ce mercredi au cinéma
Il est terrible le moment où l’on devient les parents de ses propres parents. C’est ce que découvre le héros d’Une vie démente quand sa mère, brillante galeriste, est progressivement engloutie par maladie d' Alzheimer. Après The Father de Florian Zeller, ce film signé Ann Sirot et Raphaël Balboni aborde de façon plus réaliste le problème de la démence sénile.
« Cette maladie est une vraie difficulté, non tangible, qui permet une multitude de situations à la fois très complexes, très quotidiennes et très humaines auxquelles on peut tous être confrontés », explique la réalisatrice dans le dossier de presse. Le duo de cinéastes retranscrit cette situation à la perfection, emportant le spectateur du rire au cauchemar sur la piste d’un mal incurable qui ne peut qu’empirer.
Tout pose problème au jeune couple du film quand la dame, brillamment incarnée par Jo Deseure, commence à déraisonner. Il faut l’empêcher de dépenser, de conduire, de s’enfuir, ce qui veut dire réduire de plus en plus son espace de liberté. Un calvaire pour la patiente comme pour ses proches, contraints de mettre de côté leur projet d’avoir un bébé pour s’occuper d’elle.
Si Une vie démente sonne si juste, c’est peut-être parce que les réalisateurs ont puisé dans leur propre biographie quand ils s’occupaient de la mère de Raphaël Balboni. Ils prennent soin de montrer les situations dans leur horreur comme dans leur drôlerie. La sélection des auxiliaires de vie est un grand moment d’absurdité. L’art qu’aimait tant la dame apporte aussi des bulles de poésie dans un film qui parvient à rester solaire même dans ses scènes les plus dures.
Caroline Vié (20 minutes)

Soirée rencontre
jeudi 6 octobre 2022 à 20h00

COMPLET

Soirée organisée par le Comité Angevin des Aidants dans le cadre de la journée des aidants


PAS DE VENTE EN LIGNE


UNE VIE DÉMENTE

de Ann Sirot & Raphaël Balboni

avec Jo Deseure, Jean Le Peltier, Lucie Debay
BELGIQUE - 2020 - 1h27

Alex et Noémie voudraient avoir un enfant. Leurs plans sont chamboulés quand la mère d’Alex, Suzanne, adopte un comportement de plus en plus farfelu. Entre l’enfant désiré et l’enfant que Suzanne redevient, tout s’emmêle. C’est l’histoire d’un rodéo, la traversée agitée d’un couple qui découvre la parentalité à l’envers !

https://www.arizonafilms.fr/films/une-vie-demente/

A PROPOS

Peut-on devenir les parents de ses propres parents (la faute à Alzheimer)?
Un duo de réalisateurs belge explore un mal galopant avec un peu de recul et d'humour dans « Une vie démente », ce mercredi au cinéma
Il est terrible le moment où l’on devient les parents de ses propres parents. C’est ce que découvre le héros d’Une vie démente quand sa mère, brillante galeriste, est progressivement engloutie par maladie d' Alzheimer. Après The Father de Florian Zeller, ce film signé Ann Sirot et Raphaël Balboni aborde de façon plus réaliste le problème de la démence sénile.
« Cette maladie est une vraie difficulté, non tangible, qui permet une multitude de situations à la fois très complexes, très quotidiennes et très humaines auxquelles on peut tous être confrontés », explique la réalisatrice dans le dossier de presse. Le duo de cinéastes retranscrit cette situation à la perfection, emportant le spectateur du rire au cauchemar sur la piste d’un mal incurable qui ne peut qu’empirer.
Tout pose problème au jeune couple du film quand la dame, brillamment incarnée par Jo Deseure, commence à déraisonner. Il faut l’empêcher de dépenser, de conduire, de s’enfuir, ce qui veut dire réduire de plus en plus son espace de liberté. Un calvaire pour la patiente comme pour ses proches, contraints de mettre de côté leur projet d’avoir un bébé pour s’occuper d’elle.
Si Une vie démente sonne si juste, c’est peut-être parce que les réalisateurs ont puisé dans leur propre biographie quand ils s’occupaient de la mère de Raphaël Balboni. Ils prennent soin de montrer les situations dans leur horreur comme dans leur drôlerie. La sélection des auxiliaires de vie est un grand moment d’absurdité. L’art qu’aimait tant la dame apporte aussi des bulles de poésie dans un film qui parvient à rester solaire même dans ses scènes les plus dures.
Caroline Vié (20 minutes)