ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

LET'S GET LOST - Ciné Jazz - 2024-06-24

Ciné Jazz - lundi 24 juin à 20h00

LET'S GET LOST de Bruce Weber

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE - Ciné Cosy - 2024-06-28

Ciné Cosy - vendredi 28 juin à 13h15

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE de Jean-Christophe Meurisse

LA GUERRE EST DÉCLARÉE - Soirée rencontre - 2024-09-10

Soirée rencontre - mardi 10 septembre à 20h00

LA GUERRE EST DÉCLARÉE de Valérie Donzelli

LA THÉORIE DU BOXEUR - Ciné doc - 2024-09-19

Ciné doc - jeudi 19 septembre à 20h00

LA THÉORIE DU BOXEUR de Nathanaël Coste

THE POD GENERATION - Sophie Barthes

A PROPOS

« The Pod Generation n’est pas un film de science-fiction : c’est un film prémonitoire », déclare Emilia Clarke. Ce conte ironique et réjouissant de Sophie Barthes découvert au Festival de Deauville offre à la star de Game of Thrones le rôle d’une jeune femme qui décide de vivre sa grossesse par « pod » interposé. Ces gros œufs blancs, utérus artificiels qui contiennent le bébé, peuvent être portés tour à tour par la future maman ou par le papa (merveilleux Chiwetel Ejiofor). Une solution paritaire, idéale pour cette femme d’affaires débordée.
« Il ne faut pas avoir peur de la technologie, déclare Emilia Clarke. Ce n’est pas elle qui en cause mais ce que nous, les humains en faisons ! C’est parce que nous nous laissons dominer par une technologie qui est en censée nous aider qu’elle devient dangereuse. » The Pod Generation démontre cela par l’absurde avec des séquences fort drôles entre les différents couples et leurs œufs.
« L’humour est un excellent vecteur de réflexion, insiste Emilia Clarke et nous nous sommes beaucoup amusés avec les « pods » bien que le film évoque des choses préoccupantes qui dépassent la maternité. » Emilia Clarke parle de « pods » parce qu’elle n’a pas le droit de citer d’autres inventions néfastes. L’Intelligence artificielle est l’une des grandes inquiétudes qui secouent Hollywood et ses acteurs toujours en grève au moment où nous écrivons ces lignes.
La comédienne a obtenu une dérogation pour venir défendre ce film indépendant à la condition de n’aborder aucun autre sujet. Mais elle est fine mouche, Emilia. Quand elle déclare que « il ne faut pas que la technologie prenne notre place en sabordant notre droit à la création » et que « la vigilance est de rigueur dans ce domaine car les choses évoluent très vite sans aucun contrôle », on se doute bien que, mine de rien, elle s’en prend à l’IA qui met sa profession en péril.
Le message de The Pod Generation souligne ce message avec un réjouissant sens de la satire. Rentre-dedans juste ce qu’il faut, émouvant au bon moment et féministe sans agressivité, ce film tonique démontre avec humour que l’humain n’est pas prêt à se laisser dévorer par le monstre qu’il a lui-même créé.
Caroline Vié (20 Minutes)

Présentation de la semaine de cinéma de langue anglaise
mercredi 29 novembre 2023 à 17h45

Soirée organisée en collaboration avec Cinéma Parlant dans le cadre de la semaine de cinéma de langue anglaise


THE POD GENERATION

de Sophie Barthes

Avec Emilia Clarke, Chiwetel Ejiofor, Rosalie Craig
USA - 2023 - 1h50 - VOST

Dans un futur proche où l'intelligence artificielle prend le pas sur la nature, Rachel et Alvy, couple new-yorkais, décident d'avoir un enfant. Un géant de la technologie, vantant les mérites d'une maternité plus simple et plus paritaire, propose aux futurs parents de porter l'enfant dans un POD. Alvy a des doutes, mais Rachel, business-woman en pleine ascension, l'incite à accepter cette expérience...
https://jour2fete.com/film/the-pod-generation/

A PROPOS

« The Pod Generation n’est pas un film de science-fiction : c’est un film prémonitoire », déclare Emilia Clarke. Ce conte ironique et réjouissant de Sophie Barthes découvert au Festival de Deauville offre à la star de Game of Thrones le rôle d’une jeune femme qui décide de vivre sa grossesse par « pod » interposé. Ces gros œufs blancs, utérus artificiels qui contiennent le bébé, peuvent être portés tour à tour par la future maman ou par le papa (merveilleux Chiwetel Ejiofor). Une solution paritaire, idéale pour cette femme d’affaires débordée.
« Il ne faut pas avoir peur de la technologie, déclare Emilia Clarke. Ce n’est pas elle qui en cause mais ce que nous, les humains en faisons ! C’est parce que nous nous laissons dominer par une technologie qui est en censée nous aider qu’elle devient dangereuse. » The Pod Generation démontre cela par l’absurde avec des séquences fort drôles entre les différents couples et leurs œufs.
« L’humour est un excellent vecteur de réflexion, insiste Emilia Clarke et nous nous sommes beaucoup amusés avec les « pods » bien que le film évoque des choses préoccupantes qui dépassent la maternité. » Emilia Clarke parle de « pods » parce qu’elle n’a pas le droit de citer d’autres inventions néfastes. L’Intelligence artificielle est l’une des grandes inquiétudes qui secouent Hollywood et ses acteurs toujours en grève au moment où nous écrivons ces lignes.
La comédienne a obtenu une dérogation pour venir défendre ce film indépendant à la condition de n’aborder aucun autre sujet. Mais elle est fine mouche, Emilia. Quand elle déclare que « il ne faut pas que la technologie prenne notre place en sabordant notre droit à la création » et que « la vigilance est de rigueur dans ce domaine car les choses évoluent très vite sans aucun contrôle », on se doute bien que, mine de rien, elle s’en prend à l’IA qui met sa profession en péril.
Le message de The Pod Generation souligne ce message avec un réjouissant sens de la satire. Rentre-dedans juste ce qu’il faut, émouvant au bon moment et féministe sans agressivité, ce film tonique démontre avec humour que l’humain n’est pas prêt à se laisser dévorer par le monstre qu’il a lui-même créé.
Caroline Vié (20 Minutes)