ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

LET'S GET LOST - Ciné Jazz - 2024-06-24

Ciné Jazz - lundi 24 juin à 20h00

LET'S GET LOST de Bruce Weber

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE - Ciné Cosy - 2024-06-28

Ciné Cosy - vendredi 28 juin à 13h15

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE de Jean-Christophe Meurisse

LA GUERRE EST DÉCLARÉE - Soirée rencontre - 2024-09-10

Soirée rencontre - mardi 10 septembre à 20h00

LA GUERRE EST DÉCLARÉE de Valérie Donzelli

LA THÉORIE DU BOXEUR - Ciné doc - 2024-09-19

Ciné doc - jeudi 19 septembre à 20h00

LA THÉORIE DU BOXEUR de Nathanaël Coste

QUAND TU SERAS GRAND - Andréa Bescond & Eric Métayer

A PROPOS

Andréa Bescond et Eric Métayer avaient frappé un grand coup en 2017 avec Les Chatouilles. Ils reviennent sur grand écran pour Quand tu seras grand, comédie grave qui évoque deux générations laissées-pour-compte par la société. « Les très jeunes et les très vieux ne sont pas productifs alors ils n’intéressent personne », confie Andréa Bescond.
Ils vont cependant être contraints de cohabiter dans un Ehpad transformé en annexe d’une école tandis qu’un aide-soignant (Vincent Macaigne) et une animatrice (Aïssa Maïga) tentent de concilier les intérêts de tout le monde. D’abord antagonistes, ils découvrent que l’union fait la force face à l’adversité.
« Notre film est militant avec humour, martèle Eric Métayer. La seule façon de réagir face à une situation dramatique est parfois d’éclater de rire. » Ce que fait aussi le spectateur face aux problèmes délirants que causent les coupes de budgets dans tous les domaines. « Notre monde ressemble de plus en plus à ces compagnies aériennes où on vous facture la moindre chose et où vous n’êtes considéré qu’en fonction de vos moyens. »
La solidarité entre individus se révèle bien vite la solution entre personnels épuisés, enfants et séniors. « C’est vers ce type de solutions entre individus que nous devons nous tourner car c’est le système entier qui est défectueux, insiste Andréa Bescond. En ce sens, notre film est porteur d’espoir même s’il traite de problèmes graves. » Parmi eux, la maladie, la dépendance et la solitude sont placées au centre du débat. Les rapports entre un homme qui perd la raison (Christian Sinniger, impeccable) et un gamin en mal d’affection offrent de beaux moments de rire et de tendresse.
Une réflexion toute en douceur
« On a aussi souhaité balayer des idées reçues sur les vieux, souvent montrés de façon aseptisée », précise Eric Métayer. Les papys et les mamys d’aujourd’hui ont vécu de jeunes années rock’n’roll et n’ont rien de « petits vieux » aux goûts désuets et aux manières d’un temps révolu. « Les angoisses qu’ils ressentent font écho à celle des jeunes, insiste Andréa Bescond. Ils ne savent plus où est leur place alors que les enfants cherchent la leur. » Tous trouvent refuge dans le cœur du spectateur qui se laisse emporter dans la douceur vers la réflexion à laquelle invite Quand tu seras grand.
(Caroline Vié) 20 Minutes.

Séance rencontre
lundi 9 octobre 2023 à 15h30

Séance présentée par Céline Le Mercier, Responsable du service Cap Seniors et Aidants du CCAS d’Angers
La projection sera suivie d’un temps de présentation du Service Cap Seniors et Aidants

Soirée organisée dans le cadre de la Semaine de la Santé Mentale en collaboration avec CCAS - CAP SENIORS ET AIDANTS


QUAND TU SERAS GRAND

de Andréa Bescond & Eric Métayer

avec Vincent Macaigne, Aïssa Maïga, Evelyne Istria
FRANCE - 2023 - 1h39

Yannick est aide-soignant dans une maison de retraite. Entre pression permanente et restrictions budgétaires, il fait face aux manques de moyens avec une bonne humeur contagieuse. Mais lorsqu'on lui impose de partager le réfectoire avec une classe d'enfants, la situation se complique. Leur arrivée ainsi que celle de son animatrice, Aude, va bousculer le quotidien de tous et surtout des résidents..
https://www.advitamdistribution.com/films/quand-tu-seras-grand/

A PROPOS

Andréa Bescond et Eric Métayer avaient frappé un grand coup en 2017 avec Les Chatouilles. Ils reviennent sur grand écran pour Quand tu seras grand, comédie grave qui évoque deux générations laissées-pour-compte par la société. « Les très jeunes et les très vieux ne sont pas productifs alors ils n’intéressent personne », confie Andréa Bescond.
Ils vont cependant être contraints de cohabiter dans un Ehpad transformé en annexe d’une école tandis qu’un aide-soignant (Vincent Macaigne) et une animatrice (Aïssa Maïga) tentent de concilier les intérêts de tout le monde. D’abord antagonistes, ils découvrent que l’union fait la force face à l’adversité.
« Notre film est militant avec humour, martèle Eric Métayer. La seule façon de réagir face à une situation dramatique est parfois d’éclater de rire. » Ce que fait aussi le spectateur face aux problèmes délirants que causent les coupes de budgets dans tous les domaines. « Notre monde ressemble de plus en plus à ces compagnies aériennes où on vous facture la moindre chose et où vous n’êtes considéré qu’en fonction de vos moyens. »
La solidarité entre individus se révèle bien vite la solution entre personnels épuisés, enfants et séniors. « C’est vers ce type de solutions entre individus que nous devons nous tourner car c’est le système entier qui est défectueux, insiste Andréa Bescond. En ce sens, notre film est porteur d’espoir même s’il traite de problèmes graves. » Parmi eux, la maladie, la dépendance et la solitude sont placées au centre du débat. Les rapports entre un homme qui perd la raison (Christian Sinniger, impeccable) et un gamin en mal d’affection offrent de beaux moments de rire et de tendresse.
Une réflexion toute en douceur
« On a aussi souhaité balayer des idées reçues sur les vieux, souvent montrés de façon aseptisée », précise Eric Métayer. Les papys et les mamys d’aujourd’hui ont vécu de jeunes années rock’n’roll et n’ont rien de « petits vieux » aux goûts désuets et aux manières d’un temps révolu. « Les angoisses qu’ils ressentent font écho à celle des jeunes, insiste Andréa Bescond. Ils ne savent plus où est leur place alors que les enfants cherchent la leur. » Tous trouvent refuge dans le cœur du spectateur qui se laisse emporter dans la douceur vers la réflexion à laquelle invite Quand tu seras grand.
(Caroline Vié) 20 Minutes.