ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

PRINCESSE MONONOKÉ - Ciné Manga - 2024-05-21

Ciné Manga - mardi 21 mai à 21h00

PRINCESSE MONONOKÉ de Hayao Miyazaki

LES CHOSES HUMAINES - Soirée Rencontre - 2024-05-21

Soirée Rencontre - mardi 21 mai à 20h00

LES CHOSES HUMAINES de Yvan Attal

MARCELLO MIO - Avant-première - 2024-05-21

Avant-première - mardi 21 mai à 20h30

MARCELLO MIO de Christophe Honoré

C'EST COMME ÇA - Avant-première - 2024-05-23

Avant-première - jeudi 23 mai à 20h00

C'EST COMME ÇA de Sarah Bellanger

ANGERS, TEXAS : TEN YEARS AFTER - Festival Levitation - 2024-05-25

Festival Levitation - samedi 25 mai à 11h00

ANGERS, TEXAS : TEN YEARS AFTER de Antony Bou

NOS QUARTIERS ONT DE LA GUEULE ! - Ciné Doc - 2024-05-28

Ciné Doc - mardi 28 mai à 20h00

NOS QUARTIERS ONT DE LA GUEULE ! de Mohand Koroghli

LA MÈRE DE TOUS LES MENSONGES - Ciné Doc - 2024-05-28

Ciné Doc - mardi 28 mai à 20h00

LA MÈRE DE TOUS LES MENSONGES de Asmae El Moudir

LES SENTINELLES - Ciné Doc - 2024-05-30

Ciné Doc - jeudi 30 mai à 20h00

LES SENTINELLES de Pierre Pezerat

POURQUOI TU SOURIS ? - Avant-Première / Rencontre - 2024-06-03

Avant-Première / Rencontre - lundi 03 juin à 20h00

POURQUOI TU SOURIS ? de Christine Paillard & Chad Chenouga

20 JOURS A MARIOUPOL - Ciné Doc - 2024-06-04

Ciné Doc - mardi 04 juin à 20h00

20 JOURS A MARIOUPOL de Mstyslav Tchernov

SANS COEUR - Soirée rencontre - 2024-06-11

Soirée rencontre - mardi 11 juin à 20h00

SANS COEUR de Nara Normande & Tião

POMPOKO - Isao Takahata

A PROPOS

Avec ce dessin animé sur la révolte des tanukis ­ canidés sauvages dotés de pouvoirs de transformation ­ contre les pelleteuses des promoteurs immobiliers, Takahata trousse une jolie farce écolo-subversive.
Même sans lire le générique, on le devinerait quasiment : ce dessin animé écolo en diable dont les héros sont des tanukis, ou chiens viverrins ­ sortes de ratons laveurs asiatiques ­, sort tout droit de l’imagination de Hayao Miyazaki, manitou du film d’animation japonais, qui est à l’origine du projet (auteur du sujet et producteur).
A partir de là, on peut déceler et mesurer l’apport spécifique de son comparse, le réalisateur Isao Takahata, dont la particularité est, rappelons-le, de ne pas dessiner lui-même ses films. Il y a un monde entre son Tombeau des lucioles, indépassable chef-d’œuvre dramatique sur les conséquences de la guerre, et Mes voisins les Yamada, chronique quotidienne de la suburbia nipponne. On peut tout de même déceler une parenté de ton et de facture entre Pompoko et Kié la petite peste. Même esprit trivial, même graphisme rondouillard et bon enfant. Mais là, il s’agit d’un conte animalier qui, non dénué d’humour, a des résonances fantastico-mystiques.
Ce qui reste fascinant, c’est de voir comment les Japonais envisagent l’anthropomorphisme animalier. Là où Donald et Mickey ressemblent à des Américains moyens revêtus d’un masque vaguement animal, les personnages de Takahata sont des êtres socialement organisés, dotés de pouvoirs et d’une sagesse qui surpasse celle des hommes.
Résumons le sujet : aux alentours de 1967, les environs immédiats de Tokyo, jusque-là préservés, deviennent la proie des promoteurs qui détruisent le paysage pour y planter des complexes immobiliers. Les tanukis vivant dans cette région s’organisent pour lutter contre cette invasion-destruction. Leurs diverses ruses et tentatives pour faire fuir les humains (dont un défilé complètement psychédélique dans la ville) constituent l’essentiel de l’histoire qui, si elle est évidemment « imagée », au propre et au figuré, ne présente pas une once de mièvrerie. La violence et une certaine forme d’érotisme affleurent souvent dans cette fable bariolée.
Quant à l’anthropomorphisme, il est envisagé sur un mode proche du chamanisme, mais inversé. Dans les traditions animistes, les chamans se transforment souvent en animaux. Dans Pompoko, ce sont les tanukis qui se transforment en humains. Ces métamorphoses (et leurs ratés), envisagées comme des pratiques rituelles, puis comme des techniques de subversion, et enfin comme l’unique solution de survie, constituent le cÅ“ur de l’histoire. Tout au long du film, les tanukis forment une société souterraine qui observe, juge et tente de contrecarrer les actions contre nature des humains irresponsables. Une force de résistance écologique dont la magie est l’arme essentielle. Donc Pompoko est à la fois un film joli comme un manga enfantin, un conte dionysiaque (aux accents érotiques) et un pamphlet politique. Dire qu’on se gaussait autrefois de l’anime nipponne !
Vincent Ostria (Les Inrocks)

Ciné cosy
vendredi 21 avril 2023 à 13h15

Séance adaptée aux parents avec leur bébé, avec son adouci, mise à disposition d'une table à langer, d'un chauffe biberon...


POMPOKO

de Isao Takahata

Film d'animation
JAPON - 1994 - 1h54 - version française

Jusqu'au milieu du vingtième siècle, les tanukis, emprunts d'habitudes frivoles, partageaient aisément leur espace avec les paysans. Leur existence était douce et paisible. Sous la pression d'une croissance économique exponentielle des alentours de Tokyo, le gouvernement amorce la construction d'une ville nouvelle. On commence à détruire fermes et forêts. Les tanukis doivent se rendent à l'évidence : les humains, font preuve d'un expansionnisme inexpliqué. Réunis, les chefs de clans coordonnent la riposte.
https://www.dropbox.com/sh/k59e3jo7slnx2lp/AACxEt9T_mkO6Fqr2hT4S-Xxa?dl=0

A PROPOS

Avec ce dessin animé sur la révolte des tanukis ­ canidés sauvages dotés de pouvoirs de transformation ­ contre les pelleteuses des promoteurs immobiliers, Takahata trousse une jolie farce écolo-subversive.
Même sans lire le générique, on le devinerait quasiment : ce dessin animé écolo en diable dont les héros sont des tanukis, ou chiens viverrins ­ sortes de ratons laveurs asiatiques ­, sort tout droit de l’imagination de Hayao Miyazaki, manitou du film d’animation japonais, qui est à l’origine du projet (auteur du sujet et producteur).
A partir de là, on peut déceler et mesurer l’apport spécifique de son comparse, le réalisateur Isao Takahata, dont la particularité est, rappelons-le, de ne pas dessiner lui-même ses films. Il y a un monde entre son Tombeau des lucioles, indépassable chef-d’œuvre dramatique sur les conséquences de la guerre, et Mes voisins les Yamada, chronique quotidienne de la suburbia nipponne. On peut tout de même déceler une parenté de ton et de facture entre Pompoko et Kié la petite peste. Même esprit trivial, même graphisme rondouillard et bon enfant. Mais là, il s’agit d’un conte animalier qui, non dénué d’humour, a des résonances fantastico-mystiques.
Ce qui reste fascinant, c’est de voir comment les Japonais envisagent l’anthropomorphisme animalier. Là où Donald et Mickey ressemblent à des Américains moyens revêtus d’un masque vaguement animal, les personnages de Takahata sont des êtres socialement organisés, dotés de pouvoirs et d’une sagesse qui surpasse celle des hommes.
Résumons le sujet : aux alentours de 1967, les environs immédiats de Tokyo, jusque-là préservés, deviennent la proie des promoteurs qui détruisent le paysage pour y planter des complexes immobiliers. Les tanukis vivant dans cette région s’organisent pour lutter contre cette invasion-destruction. Leurs diverses ruses et tentatives pour faire fuir les humains (dont un défilé complètement psychédélique dans la ville) constituent l’essentiel de l’histoire qui, si elle est évidemment « imagée », au propre et au figuré, ne présente pas une once de mièvrerie. La violence et une certaine forme d’érotisme affleurent souvent dans cette fable bariolée.
Quant à l’anthropomorphisme, il est envisagé sur un mode proche du chamanisme, mais inversé. Dans les traditions animistes, les chamans se transforment souvent en animaux. Dans Pompoko, ce sont les tanukis qui se transforment en humains. Ces métamorphoses (et leurs ratés), envisagées comme des pratiques rituelles, puis comme des techniques de subversion, et enfin comme l’unique solution de survie, constituent le cÅ“ur de l’histoire. Tout au long du film, les tanukis forment une société souterraine qui observe, juge et tente de contrecarrer les actions contre nature des humains irresponsables. Une force de résistance écologique dont la magie est l’arme essentielle. Donc Pompoko est à la fois un film joli comme un manga enfantin, un conte dionysiaque (aux accents érotiques) et un pamphlet politique. Dire qu’on se gaussait autrefois de l’anime nipponne !
Vincent Ostria (Les Inrocks)