ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

BYE BYE TIBÉRIADE - Soirée Rencontre - 2024-02-26

Soirée Rencontre - lundi 26 février à 20h00

BYE BYE TIBÉRIADE de Lina Soualem

DUNE : PART ONE - Avant-Première / Soirée Dune - 2024-02-27

Avant-Première / Soirée Dune - mardi 27 février à 17h30

DUNE : PART ONE de Denis Villeneuve

DUNE : PART TWO de Denis Villeneuve

LA GUERRE DES BOUTONS - Plans Kids - 2024-02-27

Plans Kids - mardi 27 février à 13h30

LA GUERRE DES BOUTONS de Yves Robert

LES TOUTES PETITES CRÉATURES - Ciné Goûter - 2024-02-29

Ciné Goûter - jeudi 29 février à 15h30

LES TOUTES PETITES CRÉATURES de Lucy Izzard

IL N'Y A PAS D'OMBRE DANS LE DÉSERT - Soirée Rencontre - 2024-03-05

Soirée Rencontre - mardi 05 mars à 20h00

IL N'Y A PAS D'OMBRE DANS LE DÉSERT de Yossi Aviram

LES PETITS SINGULIERS - Ciné Goûter - 2024-03-07

Ciné Goûter - jeudi 07 mars à 13h30

LES PETITS SINGULIERS Collectif

NOUS N'AVONS PAS PEUR DES RUINES - Ciné Doc - 2024-03-11

Ciné Doc - lundi 11 mars à 20h00

NOUS N'AVONS PAS PEUR DES RUINES de Yannis Youlountas

GHOST IN THE SHELL - Plans Cultes - 2024-03-12

Plans Cultes - mardi 12 mars à 20h00

GHOST IN THE SHELL de Mamoru Oshii

PAPRIKA de Satoshi Kon

PAR LA FENÊTRE OU PAR LA PORTE - Ciné Doc - 2024-03-14

Ciné Doc - jeudi 14 mars à 20h00

PAR LA FENÊTRE OU PAR LA PORTE de Jean-Pierre Bloc

MÊME SI TU VAS SUR LA LUNE - Ciné Doc - 2024-03-18

Ciné Doc - lundi 18 mars à 20h00

MÊME SI TU VAS SUR LA LUNE de Laurent Rodriguez

JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES - Soirée Rencontre - 2024-03-21

Soirée Rencontre - jeudi 21 mars à 20h00

JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES de Jeanne Herry

PRIMADONNA - Ciné fac - 2024-03-21

Ciné fac - jeudi 21 mars à 20h00

PRIMADONNA de Marta Savina

LA FORÊT C'EST LA CLASSE ! - Ciné Doc - 2024-03-26

Ciné Doc - mardi 26 mars à 20h00

LA FORÊT C'EST LA CLASSE ! de Daniel Schlosser

PROMISED LAND - Soirée CinéConf - 2024-04-11

Soirée CinéConf - jeudi 11 avril à 20h00

PROMISED LAND de Gus Van Sant

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ - Plans Cultes - 2024-04-16

Plans Cultes - mardi 16 avril à 20h00

GHOST DOG : LA VOIE DU SAMOURAÏ de Jim Jarmusch

CASINO - Plans Cultes - 2024-05-14

Plans Cultes - mardi 14 mai à 20h00

CASINO de Martin Scorsese

LA GUERRE DES BOUTONS - Yves Robert

A PROPOS

La Guerre des boutons n’est pas un film de guerre comme les autres. Ici, on se bat avec des bâtons de bois en guise d’épées, tandis que les lance-pierres remplacent les arcs et les flèches. Et la meilleure des armures reste encore de se battre… tout nu ! On ignore ce qui est à l’origine de la querelle entre les enfants de Longeverne et ceux du village voisin, Velrans, mais aucun des deux camps n’est prêt à s’avouer vaincu. Après chaque «bataille», il faut s’organiser, planifier des stratégies d’attaque, envisager les défenses… Pas de doute, il s'agit bien d'une guerre... mais pas comme les autres : celle-ci ressemble davantage à l’école buissonnière.

Comme souvent dans les films d’Yves Robert, les copains passent avant tout. En adaptant le roman de Louis Pergaud, il réalise un véritable hymne à la camaraderie et à l’importance de faire partie d’un groupe. Cela signifie rigoler, partager des expériences communes. Mais en temps de guerre, cela veut aussi dire s’entraider, être solidaire. L’union fait la force, et chez les Longeverne, le charismatique Lebrac se positionne comme le chef incontesté de la bande. Capable de rassembler ses troupes et de se faire respecter, c’est également un stratège hors pair : en effet, dans la France d'après-guerre, la sévérité des adultes est telle que la moindre bêtise entraîne une punition brutale. Or, le meilleur moyen pour que les enfants de Velrans se fassent punir par leurs parents, c’est d'arracher les boutons de leurs vêtements (sans compter les lacets et les bretelles qui coutaient très cher à l’époque). Chaque « prisonnier de guerre » y passe. Mais lorsque les Velrans leur volent l’idée et se mettent à voler leurs boutons, Lebrac et ses copains commencent à constituer un «trésor de guerre» en cas de coup dur.

Le film dénonce l’autorité excessive des adultes envers leurs enfants : Lebrac est certes un cancre, mais son père violent est loin d’être un exemple. C’est pourquoi il se rebelle contre l’autorité de l’école, refuse le monde des grandes personnes. Pour lui, la vraie liberté se trouve uniquement au sein de sa bande de copains. Les scènes entre les enfants donnent ainsi lieu à de grands moments d’allégresse et de légèreté. Et puis dans la bande, il y a Petit Gibus, l’écolier espiègle qui répète à plusieurs reprises cette phrase aujourd’hui culte : «Si j’aurais su, j’aurais po v’nu». Avec sa bouille à croquer et sa naïveté, il participe beaucoup à l’humour du film. A la fois épique, drôle et touchant, La guerre des boutons est une joyeuse récréation, à partager en famille ; un film intergénérationnel !
Benshi

Plans Kids
mardi 27 février à 13h30

à partir de 6 ans



LA GUERRE DES BOUTONS

de Yves Robert

Avec Andre Treton, Martin Lartigue, Michel Galabru
FRANCE - 1962 - 1h33

Entre les enfants de deux villages voisins, les Longevernes menés par Lebrac et les Velrans, menés par l’Aztec, c’est la guerre. Mais le jour où les Velrans apostrophent Grangibus et Tigibus d’une insulte jusque-là inconnue des Longevernes, pourtant experts en jurons fleuris, la guerre prend un tour nouveau. La dernière grande bataille se traduit par la capture d’un prisonnier qu’il faut punir de manière exemplaire. Lebrac se montre particulièrement retors : malheur au vaincu, un Velran, à qui l’on arrache tous ses boutons. En ces temps difficiles, les vêtements sont précieux et l’humiliation totale. La guerre n’est pas près de s’arrêter...
https://www.malavidafilms.com/cinema/laguerredesboutons

A PROPOS

La Guerre des boutons n’est pas un film de guerre comme les autres. Ici, on se bat avec des bâtons de bois en guise d’épées, tandis que les lance-pierres remplacent les arcs et les flèches. Et la meilleure des armures reste encore de se battre… tout nu ! On ignore ce qui est à l’origine de la querelle entre les enfants de Longeverne et ceux du village voisin, Velrans, mais aucun des deux camps n’est prêt à s’avouer vaincu. Après chaque «bataille», il faut s’organiser, planifier des stratégies d’attaque, envisager les défenses… Pas de doute, il s'agit bien d'une guerre... mais pas comme les autres : celle-ci ressemble davantage à l’école buissonnière.

Comme souvent dans les films d’Yves Robert, les copains passent avant tout. En adaptant le roman de Louis Pergaud, il réalise un véritable hymne à la camaraderie et à l’importance de faire partie d’un groupe. Cela signifie rigoler, partager des expériences communes. Mais en temps de guerre, cela veut aussi dire s’entraider, être solidaire. L’union fait la force, et chez les Longeverne, le charismatique Lebrac se positionne comme le chef incontesté de la bande. Capable de rassembler ses troupes et de se faire respecter, c’est également un stratège hors pair : en effet, dans la France d'après-guerre, la sévérité des adultes est telle que la moindre bêtise entraîne une punition brutale. Or, le meilleur moyen pour que les enfants de Velrans se fassent punir par leurs parents, c’est d'arracher les boutons de leurs vêtements (sans compter les lacets et les bretelles qui coutaient très cher à l’époque). Chaque « prisonnier de guerre » y passe. Mais lorsque les Velrans leur volent l’idée et se mettent à voler leurs boutons, Lebrac et ses copains commencent à constituer un «trésor de guerre» en cas de coup dur.

Le film dénonce l’autorité excessive des adultes envers leurs enfants : Lebrac est certes un cancre, mais son père violent est loin d’être un exemple. C’est pourquoi il se rebelle contre l’autorité de l’école, refuse le monde des grandes personnes. Pour lui, la vraie liberté se trouve uniquement au sein de sa bande de copains. Les scènes entre les enfants donnent ainsi lieu à de grands moments d’allégresse et de légèreté. Et puis dans la bande, il y a Petit Gibus, l’écolier espiègle qui répète à plusieurs reprises cette phrase aujourd’hui culte : «Si j’aurais su, j’aurais po v’nu». Avec sa bouille à croquer et sa naïveté, il participe beaucoup à l’humour du film. A la fois épique, drôle et touchant, La guerre des boutons est une joyeuse récréation, à partager en famille ; un film intergénérationnel !
Benshi