INTERSTELLAR - Christopher Nolan

A PROPOS

«Hard» science-fiction. Un genre de la littérature fantastique que le cinéphile n’a guère l’habitude de côtoyer, et pour cause. Médium grand public aux enjeux financiers colossaux quand il s’agit de reproduire fidèlement la conquête spatiale, le septième art a toujours privilégié le spectacle aux longs tunnels d’explication scientifique, l’imaginaire au rationnel. Adapté d’une nouvelle de l’un des pionniers de la «hard» science-fiction Arthur C. Clarke, «2001, l’Odyssée de l’espace» de Stanley Kubrick avait déjà révolutionné l’approche de la science-fiction au cinéma – on pourrait également citer «Solaris» d’Andrei Tarkovski -, mais le génial réalisateur de «Shining» avait délibérément abattu la carte de l'aventure mystique. Pour la petite histoire, Stanley Kubrick envisageait de débuter son chef d’œuvre définitif par un prologue dans lequel d’éminents scientifiques auraient parlé de la vie extraterrestre et des voyages spatiaux. «Interstellar» est en quelque sorte ce prologue, une formidable entreprise de vulgarisation scientifique, une porte émotionnelle sur les enjeux prochains de l’humanité. Ici, la question n’est plus sommes-nous seuls dans l’Univers ?, mais comment survivre à l’Univers et à la finitude du temps ?
Malgré ses succès publics et critiques, on a beaucoup reproché à Christopher Nolan la froideur de son cinéma, son approche cérébrale. Si le film est extrêmement complexe dans ce qu’il évoque sur le plan scientifique – les dernières théoriques quantiques de Stephen Hawking, que l'on ne peut pas reproduire, faute d'avoir la technologie nécessaire -, il n’oublie pas, cette fois-ci, de placer l’émotion au centre de tout. Le cinéaste anglais raconte ainsi la plus belle histoire d’amour de l’humanité, celle qui lie un père à sa fille, et une fille à son père, avec une efficacité qui serre le cœur et fera couler quelques larmes. Il lui suffit de quelques plans – le plan sur la couverture, l'arrivée de Murphy, adulte, dans le champ de la vidéo envoyée aux naufragés de l’espace – pour nous bouleverser sans forcément appuyer le trait, même si la musique de Hans Zimmer est toujours aussi grandiloquente. On est même surpris de préférer les passages intimes qui lient les personnages entre eux aux «classiques» péripéties spatiales déjà vues, parfois même en mieux notamment dans «Gravity» d'Alfonso Cuaron.
Depuis «Memento» et sa chronologie à l’envers, l’auteur du «Prestige» est devenu le grand maître de la narration éclatée, comme par exemple lors du paroxystique climax d’«Inception», ultime scène d’action d’une heure divisée en plusieurs strates temporelles. Le terrain de jeu spatial et théorique d’«Interstellar» se prête à la perfection à ses constructions de montage. Il y a quelque chose de stupéfiant et de harassant dans cette mise en scène, cette façon assez unique dans le cinéma contemporain de créer une emphase visuelle et sonore par de simples raccords et une gestion parfaite des ellipses. Parfois la machine a quelques ratés, quand elle surligne une émotion ou crée un lien factice entre deux éléments de suspense trop éloignés. La mécanique bien huilée s'enraye même quand elle rajoute un personnage, trop chargé symboliquement, qui alourdit la narration et retarde l'épilogue.
Ces petits bémols mis à part, on ne peut que poser un genou à terre devant une telle ambition thématique et formelle. La dernière demi-heure est un miracle, une Révélation au sens spirituel. Elle remet tout le discours du film en perspective et place la raison, la science et l’amour comme valeurs suprêmes de l’humanité. La foi de Christopher Nolan dans le médium cinéma est telle que l'on a l'impression qu'elle traverse l’écran pour nous toucher encore plus intimement. Qui sait, si, grâce à ce film, une vocation naîtra peut-être dans la tête d’un petit génie américain qui préférera la vie ascétique d'un scientifique à celle d'un Loup de Wall Street. «Interstellar» est la réponse d'un homme à tous les obscurantistes, un homme rationnel qui «rage, enrage contre la mort de la lumière».
Yannick Vely (Paris Match)

Cinélégende
mercredi 22 mai 2024 à 20h00

Magouilles et débrouille - conscience : délit de culpabilité

Présentation et débat en présence de Louis Mathieu, Cinéma Parlant et Pierre Streliski, psychiatre et psychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause Freudienne

Séance organisée en collaboration avec l'association Cinélégende et l'association Cinéma Parlant


INTERSTELLAR

de Christopher Nolan

Avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine
USA - 2014 - 2h49 - Version originale sous-tiitrée

Alors que la vie sur Terre touche à sa fin, un groupe d’explorateurs s’attelle à la mission la plus importante de l’histoire de l’humanité : franchir les limites de notre galaxie pour savoir si l’homme peut vivre sur une autre planète…

A PROPOS

«Hard» science-fiction. Un genre de la littérature fantastique que le cinéphile n’a guère l’habitude de côtoyer, et pour cause. Médium grand public aux enjeux financiers colossaux quand il s’agit de reproduire fidèlement la conquête spatiale, le septième art a toujours privilégié le spectacle aux longs tunnels d’explication scientifique, l’imaginaire au rationnel. Adapté d’une nouvelle de l’un des pionniers de la «hard» science-fiction Arthur C. Clarke, «2001, l’Odyssée de l’espace» de Stanley Kubrick avait déjà révolutionné l’approche de la science-fiction au cinéma – on pourrait également citer «Solaris» d’Andrei Tarkovski -, mais le génial réalisateur de «Shining» avait délibérément abattu la carte de l'aventure mystique. Pour la petite histoire, Stanley Kubrick envisageait de débuter son chef d’œuvre définitif par un prologue dans lequel d’éminents scientifiques auraient parlé de la vie extraterrestre et des voyages spatiaux. «Interstellar» est en quelque sorte ce prologue, une formidable entreprise de vulgarisation scientifique, une porte émotionnelle sur les enjeux prochains de l’humanité. Ici, la question n’est plus sommes-nous seuls dans l’Univers ?, mais comment survivre à l’Univers et à la finitude du temps ?
Malgré ses succès publics et critiques, on a beaucoup reproché à Christopher Nolan la froideur de son cinéma, son approche cérébrale. Si le film est extrêmement complexe dans ce qu’il évoque sur le plan scientifique – les dernières théoriques quantiques de Stephen Hawking, que l'on ne peut pas reproduire, faute d'avoir la technologie nécessaire -, il n’oublie pas, cette fois-ci, de placer l’émotion au centre de tout. Le cinéaste anglais raconte ainsi la plus belle histoire d’amour de l’humanité, celle qui lie un père à sa fille, et une fille à son père, avec une efficacité qui serre le cœur et fera couler quelques larmes. Il lui suffit de quelques plans – le plan sur la couverture, l'arrivée de Murphy, adulte, dans le champ de la vidéo envoyée aux naufragés de l’espace – pour nous bouleverser sans forcément appuyer le trait, même si la musique de Hans Zimmer est toujours aussi grandiloquente. On est même surpris de préférer les passages intimes qui lient les personnages entre eux aux «classiques» péripéties spatiales déjà vues, parfois même en mieux notamment dans «Gravity» d'Alfonso Cuaron.
Depuis «Memento» et sa chronologie à l’envers, l’auteur du «Prestige» est devenu le grand maître de la narration éclatée, comme par exemple lors du paroxystique climax d’«Inception», ultime scène d’action d’une heure divisée en plusieurs strates temporelles. Le terrain de jeu spatial et théorique d’«Interstellar» se prête à la perfection à ses constructions de montage. Il y a quelque chose de stupéfiant et de harassant dans cette mise en scène, cette façon assez unique dans le cinéma contemporain de créer une emphase visuelle et sonore par de simples raccords et une gestion parfaite des ellipses. Parfois la machine a quelques ratés, quand elle surligne une émotion ou crée un lien factice entre deux éléments de suspense trop éloignés. La mécanique bien huilée s'enraye même quand elle rajoute un personnage, trop chargé symboliquement, qui alourdit la narration et retarde l'épilogue.
Ces petits bémols mis à part, on ne peut que poser un genou à terre devant une telle ambition thématique et formelle. La dernière demi-heure est un miracle, une Révélation au sens spirituel. Elle remet tout le discours du film en perspective et place la raison, la science et l’amour comme valeurs suprêmes de l’humanité. La foi de Christopher Nolan dans le médium cinéma est telle que l'on a l'impression qu'elle traverse l’écran pour nous toucher encore plus intimement. Qui sait, si, grâce à ce film, une vocation naîtra peut-être dans la tête d’un petit génie américain qui préférera la vie ascétique d'un scientifique à celle d'un Loup de Wall Street. «Interstellar» est la réponse d'un homme à tous les obscurantistes, un homme rationnel qui «rage, enrage contre la mort de la lumière».
Yannick Vely (Paris Match)



Cinélégende - SAISON 2023-2024
lundi 2 octobre à 20h00
THE PROGRAM de Stephen Frears
lundi 4 décembre à 20h00
BIG EYES de Tim Burton
lundi 1 janvier à 20h00
GILDA de Charles Vidor
lundi 19 février à 20h00
SHUTTER ISLAND de Martin Scorsese
mercredi 22 mai à 20h00
INTERSTELLAR de Christopher Nolan
mercredi 22 mai à 20h00
BLACK SWAN de Darren Aronofsky
mercredi 22 mai à 20h00
L'AMOUR ET LES FORÊTS de Valérie Donzelli