ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

HAPPINESS THERAPY - Cinélégende - 2023-02-06

Cinélégende - lundi 06 février à 20h00

HAPPINESS THERAPY de David O. Russell

UNE FOIS QUE TU SAIS - Ciné doc - 2023-02-09

Ciné doc - jeudi 09 février à 20h00

UNE FOIS QUE TU SAIS de Emmanuel Cappellin

DIRTY DANCING - Plans Cultes - 2023-02-14

Plans Cultes - mardi 14 février à 20h00

DIRTY DANCING de Emile Ardolino

DOUNIA ET LA PRINCESSE D'ALEP - Ciné Goûter / Festival Télérama Enfants - 2023-02-16

Ciné Goûter / Festival Télérama Enfants - jeudi 16 février à 13h30

DOUNIA ET LA PRINCESSE D'ALEP de Marya Zarif & André Kadi

TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME - Festival Conversations CNDC - 2023-02-28

Festival Conversations CNDC - mardi 28 février à 20h00

TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME de David Lynch

LE PIÈGE DE HUDA - Ciné Rencontre - 2023-03-06

Ciné Rencontre - lundi 06 mars à 20h00

LE PIÈGE DE HUDA de Hany Abu-Assad

ARIAFERMA - Séance d'ouverture - 2023-03-08

Séance d'ouverture - mercredi 08 mars à 20h00

ARIAFERMA de Leonardo Di Costanzo

LA STRADA - Ciné Classique - 2023-03-12

Ciné Classique - dimanche 12 mars à 17h44

LA STRADA de Federico Fellini

LAURENT GARNIER : OFF THE RECORD - Soirée rencontre - 2023-03-13

Soirée rencontre - lundi 13 mars à 20h00

LAURENT GARNIER : OFF THE RECORD de Gabin Rivoire

LA FUREUR DE VAINCRE - Plans Cultes - 2023-03-14

Plans Cultes - mardi 14 mars à 20h00

LA FUREUR DE VAINCRE de Lo Wei

LA FUREUR DU DRAGON de Bruce Lee

UMWELT, DE L'AUTRE CÔTÉ DES MIROIRS - Festival Conversations CNDC - 2023-03-15

Festival Conversations CNDC - mercredi 15 mars à 20h00

UMWELT, DE L'AUTRE CÔTÉ DES MIROIRS de David Mambouch

L'ÉCHAPPÉE BELLE - Cinélégende - 2023-04-03

Cinélégende - lundi 03 avril à 20h00

L'ÉCHAPPÉE BELLE de Paolo Virzì

L'IMPASSE - Plans Cultes - 2023-04-11

Plans Cultes - mardi 11 avril à 20h00

L'IMPASSE de Brian De Palma

MULHOLLAND DRIVE - Plans Cultes - 2023-05-09

Plans Cultes - mardi 09 mai à 20h00

MULHOLLAND DRIVE de David Lynch

INDES GALANTES - Philippe Béziat

A PROPOS

L’année dernière, le metteur en scène Clément Cogitore enfiévrait l’opéra Bastille avec ses “Indes Galantes”, qui mêlaient avec génie la musique baroque de Rameau au hip-hop. Et les chanteurs classique aux street dancers… Une aventure humaine hors normes, dont Philippe Béziat raconte les coulisses dans un formidable documentaire.
Bel au bois dormant fermé depuis sept mois, l’Opéra Bastille s’est réveillé jeudi soir par la magie d’un baiser de cinéma. C’est la projection d’un film, en effet, qui l’a sorti de sa torpeur, et quel film ! Indes galantes, formidable documentaire signé Philippe Béziat, a littéralement électrisé la salle nationale parisienne, émue par une mise en abyme si pleine d’intelligence, de sens, de talents conjugués.
Le long métrage raconte la création du spectacle révolutionnaire qui a pris (la) Bastille l’an dernier : l’opéra-ballet Les Indes galantes, mis en scène par Clément Cogitore, où la musique baroque de Jean-Philippe Rameau rencontrait la danse de rue – krump, voguing, popping, flexing… – dans des chorégraphies signées Bintou Dembélé. Si le spectacle n’avait pas absolument convaincu la critique, le public, chaque soir, y répondait par des ovations enflammées. Comme ce jeudi, où les spectateurs n’ont pas attendu la fin du film pour laisser exploser leur joie et répondre, aux applaudissements captés en 2019, par des applaudissements tout frais.
Un vrai moment de joie, de culture vivante, partageuse, dont on peut croire qu’il ne sera pas le dernier. En attendant, le documentaire Indes galantes donne une idée du colossal travail accompli – un an de répétitions ! – et nous plonge dans les coulisses d’un projet hors norme. La caméra de Philippe Béziat épouse le regard des danseurs et traduit l’effervescence que suscitent ces corps étrangers au sein de l’institution. En œuvrant de concert, des univers que tout semblait opposer, street dancers et chanteurs lyriques, se prennent d’admiration mutuelle, tandis que tout le monde succombe à la passion habitée du chef d’orchestre Leonardo García Alarcón. Sur grand écran, c’est irrésistible.

Marie Sauvion (Télérama)

Festival Conversations CNDC
mardi 7 mars à 20h00


INDES GALANTES

de Philippe Béziat

Documentaire
FRANCE - 2020 - 1h48

C’est une première pour 30 danseurs de hip-hop, krump, break, voguing… Une première pour le metteur en scène Clément Cogitore et pour la chorégraphe Bintou Dembélé. Et une première pour l’Opéra de Paris. En faisant dialoguer danse urbaine et chant lyrique, ils réinventent ensemble le chef-d’œuvre baroque de Jean-Philippe Rameau, Les Indes Galantes. Des répétitions aux représentations publiques, c’est une aventure humaine et une rencontre aux enjeux politiques que nous suivons : une nouvelle génération d’artistes peut-elle aujourd’hui prendre la Bastille ?
http://distrib.pyramidefilms.com/pyramide-distribution-prochainement/indes-galantes.html

A PROPOS

L’année dernière, le metteur en scène Clément Cogitore enfiévrait l’opéra Bastille avec ses “Indes Galantes”, qui mêlaient avec génie la musique baroque de Rameau au hip-hop. Et les chanteurs classique aux street dancers… Une aventure humaine hors normes, dont Philippe Béziat raconte les coulisses dans un formidable documentaire.
Bel au bois dormant fermé depuis sept mois, l’Opéra Bastille s’est réveillé jeudi soir par la magie d’un baiser de cinéma. C’est la projection d’un film, en effet, qui l’a sorti de sa torpeur, et quel film ! Indes galantes, formidable documentaire signé Philippe Béziat, a littéralement électrisé la salle nationale parisienne, émue par une mise en abyme si pleine d’intelligence, de sens, de talents conjugués.
Le long métrage raconte la création du spectacle révolutionnaire qui a pris (la) Bastille l’an dernier : l’opéra-ballet Les Indes galantes, mis en scène par Clément Cogitore, où la musique baroque de Jean-Philippe Rameau rencontrait la danse de rue – krump, voguing, popping, flexing… – dans des chorégraphies signées Bintou Dembélé. Si le spectacle n’avait pas absolument convaincu la critique, le public, chaque soir, y répondait par des ovations enflammées. Comme ce jeudi, où les spectateurs n’ont pas attendu la fin du film pour laisser exploser leur joie et répondre, aux applaudissements captés en 2019, par des applaudissements tout frais.
Un vrai moment de joie, de culture vivante, partageuse, dont on peut croire qu’il ne sera pas le dernier. En attendant, le documentaire Indes galantes donne une idée du colossal travail accompli – un an de répétitions ! – et nous plonge dans les coulisses d’un projet hors norme. La caméra de Philippe Béziat épouse le regard des danseurs et traduit l’effervescence que suscitent ces corps étrangers au sein de l’institution. En œuvrant de concert, des univers que tout semblait opposer, street dancers et chanteurs lyriques, se prennent d’admiration mutuelle, tandis que tout le monde succombe à la passion habitée du chef d’orchestre Leonardo García Alarcón. Sur grand écran, c’est irrésistible.

Marie Sauvion (Télérama)