ÉVÉNEMENTS ET SÉANCES SPECIALES

LET'S GET LOST - Ciné Jazz - 2024-06-24

Ciné Jazz - lundi 24 juin à 20h00

LET'S GET LOST de Bruce Weber

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE - Ciné Cosy - 2024-06-28

Ciné Cosy - vendredi 28 juin à 13h15

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE de Jean-Christophe Meurisse

LA GUERRE EST DÉCLARÉE - Soirée rencontre - 2024-09-10

Soirée rencontre - mardi 10 septembre à 20h00

LA GUERRE EST DÉCLARÉE de Valérie Donzelli

LA THÉORIE DU BOXEUR - Ciné doc - 2024-09-19

Ciné doc - jeudi 19 septembre à 20h00

LA THÉORIE DU BOXEUR de Nathanaël Coste

CONTES DE PRINTEMPS -

A PROPOS

C’est sans doute le segment le plus sérieux des quatre qui composent ce recueil qui en assure l’ouverture. "L’Esprit de la forêt" de Nandini Rao, Nirupa Rao et Kalp Sanghvi (Inde, 7 mn) suit un frère et une sœur (elle, a 7 ans) dans une immense forêt, dérangeant l’esprit de la forêt (incarné par une voix féminine). Reprochant à cette dernière d’avoir ramassé une graine, elle va la projeter dans l’histoire de cette forêt. Doté de personnages en 2D (les enfants, comme les animaux), sur des décors riches en détails (inspirés des marais du sud de l’Inde), peints à la main, donnant par moments l’impression de collages, le film bascule dans un dessin plus instable, aux contours multiples, lorsque s’exprime la colère de l’esprit et qu’est évoqué l’époque des volcans en activité. Animaux et plantes offrent en tous cas un festival de couleurs, pour un message sur la nécessité de prendre soin de la nature.
S’ensuit le film le plus amusant du recueil, "Colocation sauvage" d'Armelle Mercat (France, 14 mn), dessinant une entraide hors du commun, autour d’une chèvre noire sortant du gris de ses montagnes pour se construire une maison dans une clairière au beau milieu de la jungle. Les techniques de chantier de la chèvre s’avèrent ahurissantes, tandis que les manigances et déboires du duo de tigres qui cherche à s’emparer des lieux sont assez surprenants. Quant à l’animation, mêlant stylo pour les traits multiples qui ceinturent les personnages, et aquarelle sur calque pour les décors, ainsi que rhodoïds rétroéclairés, elle crée ponctuellement des ambiances magnifiques, comme un crépuscule rougeâtre, ou une nuit bleutée.
Troisième segment, "La Reine des Renards" de Marina Rosset (Suisse, 9 mn), s’avère lui le plus poétique. Mélange d’un dessin sur papier très élégant et d’animation par ordinateur, cette histoire d’amours écrits mais non dits, met en scène une reine renarde désespérant de recevoir une déclaration d’amour, et dont les sujets kidnappent une femme aux cheveux oranges pour qu’elle lui écrive une lettre. Doté d’un joli final, en forme de happy end pour aussi bien les humains qui n’osent se déclarer, que pour une une reine finalement entremetteuse, son design déstructure légèrement les bois comme les immeubles, et offre de belles transitions (les lettres qui se transforment en personnes écrivant, aux fenêtres…). Entre traits épais répétés, bandes de couleurs qui se superposent en partie, évoquant tantôt peinture, tantôt pastels grasses, le dessin est tout juste charmant, et apparaît comme un choix adéquat pour un tel conte.
Plus classique dans son animation, avec décors dessinés sur papier et personnages 2D aux formes plutôt géométriques (chevelure pour la reine, tête plate pour le troubadour…), "Mélodie des bois" de Filip Diviak (République tchèque, 15 mn) termine le recueil en beauté. Cette histoire où le talent l’emporte sur les apparences, met en scène un troubadour hésitant à enlever son masque, et bien mieux accepté par les animaux que par les hommes. L’idée d’un panoramique évoquant, en un seul plan, différents moments pour deux personnages (le troubadour, et un raton laveur devenu son ami), et celle de la musique guidant l’éclosion des fleurs, achèvent de faire du film un petit bijou d’espoir en l’humanité et en cette saison de renaissance qu’est le printemps.
Olivier Bachelard (abus de ciné)

Ciné goûter
jeudi 20 avril 2023 à 13h30

suivi d'une rencontre avec Simon Astié, réalisateur et plasticien

à partir de 6 ans


CONTES DE PRINTEMPS


Programme de courts métrages
INDE - FRANCE - SUISSE - REPUBLIQUE TCHEQUE - 2022 - 0h47 - en français

Un programme de quatre courts métrages pour réveiller la nature et les cœurs !
Le printemps s’annonce. Au milieu de la jungle ou de la forêt, la nature reprend ses droits, les rencontres en surprennent plus d’un, les sentiments amoureux éclosent et les troubadours chantent pour la reine. Des histoires d’une grande originalité portées par de jeunes talents de l’animation pour fêter cette saison pleine de promesses…

- L’ESPRIT DE LA FORÊT de Nandini et Nirupa Rao, Kalp Sanghvi (Inde, 2022, 7') :
Une jeune fille intrépide pénètre dans les sous-bois près de son village du sud de l'Inde. Elle dérange alors l'esprit de la forêt qui l'entraine dans une aventure à la découverte des origines de cet endroit sacré.
- COLOCATION SAUVAGEd'Armelle Mercat (France, 2022, 14') :
Avant que la mousson n’arrive, une chèvre idéaliste décide de construire une cabane en pleine jungle pour s’y réfugier. Le déroulement des travaux va l’amener à partager les lieux avec de dangereux colocataires…
- LA REINE DES RENARDS de Marina Rosset (Suisse, 2022, 9') :
Dans l’espoir de redonner le sourire à leur reine, les renards descendent chaque nuit dans la ville à la recherche de lettres d’amour qui n’ont jamais été envoyées.
- MÉLODIE DES BOIS de Filip Diviak (République tchèque, 2020, 15') :
Un troubadour est expulsé de la ville lorsque la reine voit son visage. Les gardes du palais brisent son instrument en guise de punition mais le musicien ne perd pas sa détermination et continue à faire de la musique au milieu des bois.
https://www.lesfilmsdupreau.com/prog.php?code=cdp

A PROPOS

C’est sans doute le segment le plus sérieux des quatre qui composent ce recueil qui en assure l’ouverture. "L’Esprit de la forêt" de Nandini Rao, Nirupa Rao et Kalp Sanghvi (Inde, 7 mn) suit un frère et une sœur (elle, a 7 ans) dans une immense forêt, dérangeant l’esprit de la forêt (incarné par une voix féminine). Reprochant à cette dernière d’avoir ramassé une graine, elle va la projeter dans l’histoire de cette forêt. Doté de personnages en 2D (les enfants, comme les animaux), sur des décors riches en détails (inspirés des marais du sud de l’Inde), peints à la main, donnant par moments l’impression de collages, le film bascule dans un dessin plus instable, aux contours multiples, lorsque s’exprime la colère de l’esprit et qu’est évoqué l’époque des volcans en activité. Animaux et plantes offrent en tous cas un festival de couleurs, pour un message sur la nécessité de prendre soin de la nature.
S’ensuit le film le plus amusant du recueil, "Colocation sauvage" d'Armelle Mercat (France, 14 mn), dessinant une entraide hors du commun, autour d’une chèvre noire sortant du gris de ses montagnes pour se construire une maison dans une clairière au beau milieu de la jungle. Les techniques de chantier de la chèvre s’avèrent ahurissantes, tandis que les manigances et déboires du duo de tigres qui cherche à s’emparer des lieux sont assez surprenants. Quant à l’animation, mêlant stylo pour les traits multiples qui ceinturent les personnages, et aquarelle sur calque pour les décors, ainsi que rhodoïds rétroéclairés, elle crée ponctuellement des ambiances magnifiques, comme un crépuscule rougeâtre, ou une nuit bleutée.
Troisième segment, "La Reine des Renards" de Marina Rosset (Suisse, 9 mn), s’avère lui le plus poétique. Mélange d’un dessin sur papier très élégant et d’animation par ordinateur, cette histoire d’amours écrits mais non dits, met en scène une reine renarde désespérant de recevoir une déclaration d’amour, et dont les sujets kidnappent une femme aux cheveux oranges pour qu’elle lui écrive une lettre. Doté d’un joli final, en forme de happy end pour aussi bien les humains qui n’osent se déclarer, que pour une une reine finalement entremetteuse, son design déstructure légèrement les bois comme les immeubles, et offre de belles transitions (les lettres qui se transforment en personnes écrivant, aux fenêtres…). Entre traits épais répétés, bandes de couleurs qui se superposent en partie, évoquant tantôt peinture, tantôt pastels grasses, le dessin est tout juste charmant, et apparaît comme un choix adéquat pour un tel conte.
Plus classique dans son animation, avec décors dessinés sur papier et personnages 2D aux formes plutôt géométriques (chevelure pour la reine, tête plate pour le troubadour…), "Mélodie des bois" de Filip Diviak (République tchèque, 15 mn) termine le recueil en beauté. Cette histoire où le talent l’emporte sur les apparences, met en scène un troubadour hésitant à enlever son masque, et bien mieux accepté par les animaux que par les hommes. L’idée d’un panoramique évoquant, en un seul plan, différents moments pour deux personnages (le troubadour, et un raton laveur devenu son ami), et celle de la musique guidant l’éclosion des fleurs, achèvent de faire du film un petit bijou d’espoir en l’humanité et en cette saison de renaissance qu’est le printemps.
Olivier Bachelard (abus de ciné)