PROCHAINEMENT

MON PARFAIT INCONNU
de Johanna Pyykkö
OPPENHEIMER
de Christopher Nolan
YANNICK
de Quentin Dupieux
LES 7 SAMOURAÏS
de Akira Kurosawa
MARIUS
de Marcel Pagnol & Alexander Korda
FANNY
de Marcel Pagnol & Marc Allégret
CÉSAR
de Marcel Pagnol
JOFROI
de Marcel Pagnol
RED ROCKET
de Sean Baker
TANGERINE
de Sean Baker
THE FLORIDA PROJECT
de Sean Baker
GOODBYE MONSTER
de Jianming Huang
LE CONSENTEMENT
de Vanessa Filho
IL RESTE ENCORE DEMAIN
de Paola Cortellesi
COMME LE FEU
de Philippe Lesage
MAXXXINE
de Ti West
HIGHWAY 65
de Maya Dreifuss
FULL RIVER RED
de Zhang Yimou
ALMAMULA
de Juan Sebastian Torales
LE RÈGNE ANIMAL
de Thomas Cailley
LA SALLE DES PROFS
de Ilker Çatak
THE SUMMER WITH CARMEN
de Zacharias Mavroeidis
ANGÈLE
de Marcel Pagnol
REGAIN
de Marcel Pagnol
LE SCHPOUNTZ
de Marcel Pagnol
LA FEMME DU BOULANGER
de Marcel Pagnol
TIGRESSE
de Andrei Tanase
ANATOMIE D'UNE CHUTE
de Justine Triet
LA ZONE D'INTÉRÊT
de Jonathan Glazer
LA GRANDE AVENTURE DE NON-NON
de Matthieu Auvray
LE ROMAN DE JIM
de Arnaud & Jean-Marie Larrieu
CITY OF DARKNESS
de Soi Cheang
LA MÉLANCOLIE
de Takuya Katô
EMILIA PEREZ
de Jacques Audiard
ANZU, CHAT-FANTÔME
de Yoko Kuno & Nobuhiro Yamashita
TOPAZE
de Marcel Pagnol
LA FILLE DU PUISATIER
de Marcel Pagnol
LE GUÉPARD
de Luchino Visconti
SENSO
de Luchino Visconti
LA PRISONNIÈRE DE BORDEAUX
de Patricia Mazuy
SEPTEMBRE SANS ATTENDRE
de Jonás Trueba
LA BELLE AFFAIRE
de Natja Brunckhorst
LUDWIG LE CRÉPUSCLE DES DIEUX
de Luchino Visconti
À SON IMAGE
de Thierry de Peretti
TATAMI
de Zar Amir Ebrahimi & Guy Nattiv
LA GUERRE EST DÉCLARÉE
de Valérie Donzelli
L'INNOCENT
de Luchino Visconti
LE FIL
de Daniel Auteuil
LES BARBARES
de Julie Delpy
LES GRAINES DU FIGUIER SAUVAGE
de Mohammad Rasoulof
MA VIE MA GUEULE
de Sophie Fillières
LA THÉORIE DU BOXEUR
de Nathanaël Coste
EMMANUELLE
de Audrey Diwan
MEGALOPOLIS
de Francis Ford Coppola
ALL WE IMAGINE AS LIGHT
de Payal Kapadia
ANORA
de Sean Baker

LA PRESSE

ECRAN LARGE
Comment résumer en une poignée de lignes un tel électrochoc, dont la densité ne cesse de s'affirmer à chaque visionnage ? Au-delà de l'intelligence de sa mise en scène, "La Zone d'intérêt" est un chef-d'oeuvre de viscéralité, de ceux qui restent en vous longtemps après la séance. Un grand film sur l'indicible de la Shoah, et un grand film tout court.
  Lire l'article
LE MONDE
Cadrages d'une rigueur maniaque, composition géométrique, fixité des plans, découpage au scalpel. Le dispositif mis en place par Glazer – dix caméras fixes postées à plusieurs endroits – place sous contrôle chacune des pièces de la maison et ce qui s'y joue.
  Lire l'article
LIBÉRATION
Plutôt que de filmer la banalité du mal, Jonathan Glazer raconte la banalité de qu'on en fait. Ce qu'on a échoué à en faire par le passé, ce qu'on ne manquera pas à échouer d'en faire dans le futur, puisque l'histoire du film sur la Shoah ne fait que commencer.
  Lire l'article
L'OBS
S'éloignant considérablement du roman de Martin Amis (qui ne nomme pas les bourreaux dans son livre), Glazer montre les vrais personnages, les vrais lieux (le film a été tourné sur le site même). Cinéaste des fractures de la réalité, il a mis neuf ans à filmer cette histoire, à laquelle il donne une incroyable densité.
  Lire l'article
LES INROCKUPTIBLES
Puisque l'idée de confiscation et d'effacement du réel est au coeur même du projet nazi, tout enregistrement produit nécessairement une déréalisation des images. Déréaliser ce réel, c'est donc scruter au plus proche la nature de l'entreprise d'extermination.
  Lire l'article
TÉLÉRAMA
L'expérience a ceci de vertigineux qu'elle enferme et ouvre à la fois sur un abîme d'obscurité.
  Lire l'article
A VOIR À LIRE
Un regard singulier sur la Shoah, privilégiant le hors champ et confirmant l'originalité du cinéma de Jonathan Glazer.
  Lire l'article
CRITIKAT
L'idée est théoriquement passionnante mais dans les faits pas sans limites, notamment car Glazer a la naïveté de croire que la puissance indépassable du hors-champ suffit à rendre vertigineuse la description du quotidien des Höss.
  Lire l'article

SUR LA TOILE

Jonathan Glazer : "Nous permettons aux bourreaux de perpétrer des atrocités"
Ecouter l'émission

Dossier pédagogique
Télécharger

Sandra Hüller, actrice : "J'ai choisi de ne rien donner à ce personnage de reine d'Auschwitz"
Ecouter l'émission
A partir du mercredi 14 août

LA ZONE D'INTÉRÊT

de Jonathan Glazer

USA - GRANDE BRETAGNE - POLOGNE - 2023 - 1h46 - version originale sous-titrée

Avec Sandra Hüller, Christian Friedel, Johann Karthaus ...

A partir du 14 août


Le commandant d'Auschwitz, Rudolf Höss, et sa femme Hedwig s'efforcent de construire une vie de rêve pour leur famille dans une maison avec jardin à côté du camp.

Filmographie : "Under the skin", "Birth", "Sexy Beast"

LA PRESSE

ECRAN LARGE
Comment résumer en une poignée de lignes un tel électrochoc, dont la densité ne cesse de s'affirmer à chaque visionnage ? Au-delà de l'intelligence de sa mise en scène, "La Zone d'intérêt" est un chef-d'oeuvre de viscéralité, de ceux qui restent en vous longtemps après la séance. Un grand film sur l'indicible de la Shoah, et un grand film tout court.
  Lire l'article
LE MONDE
Cadrages d'une rigueur maniaque, composition géométrique, fixité des plans, découpage au scalpel. Le dispositif mis en place par Glazer – dix caméras fixes postées à plusieurs endroits – place sous contrôle chacune des pièces de la maison et ce qui s'y joue.
  Lire l'article
LIBÉRATION
Plutôt que de filmer la banalité du mal, Jonathan Glazer raconte la banalité de qu'on en fait. Ce qu'on a échoué à en faire par le passé, ce qu'on ne manquera pas à échouer d'en faire dans le futur, puisque l'histoire du film sur la Shoah ne fait que commencer.
  Lire l'article
L'OBS
S'éloignant considérablement du roman de Martin Amis (qui ne nomme pas les bourreaux dans son livre), Glazer montre les vrais personnages, les vrais lieux (le film a été tourné sur le site même). Cinéaste des fractures de la réalité, il a mis neuf ans à filmer cette histoire, à laquelle il donne une incroyable densité.
  Lire l'article
LES INROCKUPTIBLES
Puisque l'idée de confiscation et d'effacement du réel est au coeur même du projet nazi, tout enregistrement produit nécessairement une déréalisation des images. Déréaliser ce réel, c'est donc scruter au plus proche la nature de l'entreprise d'extermination.
  Lire l'article
TÉLÉRAMA
L'expérience a ceci de vertigineux qu'elle enferme et ouvre à la fois sur un abîme d'obscurité.
  Lire l'article
A VOIR À LIRE
Un regard singulier sur la Shoah, privilégiant le hors champ et confirmant l'originalité du cinéma de Jonathan Glazer.
  Lire l'article
CRITIKAT
L'idée est théoriquement passionnante mais dans les faits pas sans limites, notamment car Glazer a la naïveté de croire que la puissance indépassable du hors-champ suffit à rendre vertigineuse la description du quotidien des Höss.
  Lire l'article

SUR LA TOILE

Jonathan Glazer : "Nous permettons aux bourreaux de perpétrer des atrocités"
Ecouter l'émission

Dossier pédagogique
Télécharger

Sandra Hüller, actrice : "J'ai choisi de ne rien donner à ce personnage de reine d'Auschwitz"
Ecouter l'émission