PROCHAINEMENT

AFTERSUN
de Charlotte Wells
UN PETIT FRÈRE
de Léonor Serraille
GHOST THERAPY
de Clay Tatum
LA MONTAGNE
de Thomas Salvador
DOUNIA ET LA PRINCESSE D'ALEP
de Marya Zarif & André Kadi
LE SERMENT DE PAMFIR
de Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk
LICORICE PIZZA
de Paul Thomas Anderson
LES ENFANTS DES AUTRES
de Rebecca Zlotowski
SANS FILTRE
de Ruben Östlund
LES AMANDIERS
de Valéria Bruni Tedeschi
AUCUN OURS
de Jafar Panahi
AS BESTAS
de Rodrigo Sorogoyen
LES PASSAGERS DE LA NUIT
de Mikhaël Hers
R.M.N
de Cristian Mungiu
EN CORPS
de Cédric Klapisch
ARMAGEDDON TIME
de James Gray
LA NUIT DU 12
de Dominik Moll
L'INNOCENT
de Louis Garrel
LA SYNDICALISTE
de Jean-Paul Salomé
THE FABELMANS
de Steven Spielberg
ABOUT KIM SOHEE
de July Jung
HAPPINESS THERAPY
de David O. Russell
LA GRANDE MAGIE
de Noémie Lvovsky
TITINA
de Kajsa Næss
MA VACHE ET MOI
de Buster Keaton
DOUNIA ET LA PRINCESSE D'ALEP
de Marya Zarif & André Kadi
PIRO PIRO
de Baek Miyoung & Min Sung-Ah
COMEDY QUEEN
de Sanna Lenken
LE LION ET LES TROIS BRIGANDS
de Rasmus A. Sivertsen
A VOL D'OISEAUX
Collectif
UNE FOIS QUE TU SAIS
de Emmanuel Cappellin
DIRTY DANCING
de Emile Ardolino
LA FEMME DE TCHAÏKOVSKI
de Kirill Serebrennikov
THE FABELMANS
de Steven Spielberg
EMPIRE OF LIGHT
de Sam Mendes
LA SYNDICALISTE
de Jean-Paul Salomé
LE PIÈGE DE HUDA
de Hany Abu-Assad
INDES GALANTES
de Philippe Béziat
THE WHALE
de Darren Aronofsky
MON CRIME
de François Ozon
ARIAFERMA
de Leonardo Di Costanzo
L'IMMENSITA
de Emanuele Crialese
FREAKS OUT
de Gabriele Mainetti
A CHIARA
de Jonas Carpignano
LA STRADA
de Federico Fellini
NOS PLUS BELLES ANNÉES
de Gabriele Muccino
MICHEL-ANGE
de Andreï Konchalovsky
LA FUREUR DU DRAGON
de Bruce Lee
HOURIA
de Mounia Meddour
L'ÉCHAPPÉE BELLE
de Paolo Virzì
L'IMPASSE
de Brian De Palma
MULHOLLAND DRIVE
de David Lynch

LA PRESSE

A VOIR À LIRE
James Gray signe là le film le plus personnel de sa carrière avec toujours en ligne de mire, ses obsessions de toujours : le déterminisme familial et social, le choix de la liberté et le rapport au père.
  Lire l'article
LIBÉRATION
Dans son film le plus intime, à la fois tragédie et récit d'apprentissage, James Gray brosse un portrait saisissant et cruel de son pays du début des années 80 à travers celui d'une famille juive qui ressemble à la sienne.
  Lire l'article
TÉLÉRAMA
Poignant, pathétique même, Armageddon Time l'est, mais dans une tradition du mélodrame où le réalisme se teinte d'un peu de merveilleux. C'est en romantique déchiré et déchirant que James Gray a filmé le monde enfui de sa jeunesse.
  Lire l'article
CRITIKAT
Armageddon Time est un film simple, dénué de l'envie d'impressionner dont témoignaient les premiers coups d'éclat du cinéaste, et cette simplicité, après le décevant Ad Astra, lui permet de retrouver une forme de grandeur.
  Lire l'article
ECRAN LARGE
Loin d'être mineur dans la carrière de James Gray, Armageddon Time est une suite de portraits d'une efficacité dévastatrice, un film-monde dont la limpidité cache ses multiples niveaux de lecture. Bouleversant.
  Lire l'article
LE MONDE
Ce récit de l'enfance revisitant la désillusion des années 1980 à travers l'amitié tuée dans l'oeuf de deux camarades de classe, l'un blanc, l'autre noir, s'est parfois vu réduit à son postulat et considéré comme schématique. Or, chez Gray, tout se gagne dans la durée.
  Lire l'article
LES INROCKUPTIBLES
Le réalisateur américain convoque son enfance dans un film de fantômes. Un récit initiatique qui éclaire sa vocation de cinéaste.
  Lire l'article
L'OBS
Sans angélisme (chaque génération d'immigrés, montre-t-il, porte en elle la tentation du repli réactionnaire), dans un drame feutré, comme murmuré à l'oreille du spectateur, peuplé d'acteurs admirables (Anne Hathaway, Jeremy Strong).
  Lire l'article

SUR LA TOILE

OBTENIR LE PASS TÉLERAMA
Ecouter l'émission


On s'explique mal pourquoi ce très beau film a été ignoré par le jury cannois
Lire l'article
A partir du mercredi 1 février

ARMAGEDDON TIME

de James Gray

USA - 2022 - 1h55

Avec Anne Hathaway, Jeremy Strong, Banks Repeta...

Cannes 2022


L'histoire très personnelle du passage à l'âge adulte d'un garçon du Queens dans les années 80, de la force de la famille et de la quête générationnelle du rêve américain.

Filmographie : "Ad astra", "The Lost City of Z", "The Immigrant"...

LA PRESSE

A VOIR À LIRE
James Gray signe là le film le plus personnel de sa carrière avec toujours en ligne de mire, ses obsessions de toujours : le déterminisme familial et social, le choix de la liberté et le rapport au père.
  Lire l'article
LIBÉRATION
Dans son film le plus intime, à la fois tragédie et récit d'apprentissage, James Gray brosse un portrait saisissant et cruel de son pays du début des années 80 à travers celui d'une famille juive qui ressemble à la sienne.
  Lire l'article
TÉLÉRAMA
Poignant, pathétique même, Armageddon Time l'est, mais dans une tradition du mélodrame où le réalisme se teinte d'un peu de merveilleux. C'est en romantique déchiré et déchirant que James Gray a filmé le monde enfui de sa jeunesse.
  Lire l'article
CRITIKAT
Armageddon Time est un film simple, dénué de l'envie d'impressionner dont témoignaient les premiers coups d'éclat du cinéaste, et cette simplicité, après le décevant Ad Astra, lui permet de retrouver une forme de grandeur.
  Lire l'article
ECRAN LARGE
Loin d'être mineur dans la carrière de James Gray, Armageddon Time est une suite de portraits d'une efficacité dévastatrice, un film-monde dont la limpidité cache ses multiples niveaux de lecture. Bouleversant.
  Lire l'article
LE MONDE
Ce récit de l'enfance revisitant la désillusion des années 1980 à travers l'amitié tuée dans l'oeuf de deux camarades de classe, l'un blanc, l'autre noir, s'est parfois vu réduit à son postulat et considéré comme schématique. Or, chez Gray, tout se gagne dans la durée.
  Lire l'article
LES INROCKUPTIBLES
Le réalisateur américain convoque son enfance dans un film de fantômes. Un récit initiatique qui éclaire sa vocation de cinéaste.
  Lire l'article
L'OBS
Sans angélisme (chaque génération d'immigrés, montre-t-il, porte en elle la tentation du repli réactionnaire), dans un drame feutré, comme murmuré à l'oreille du spectateur, peuplé d'acteurs admirables (Anne Hathaway, Jeremy Strong).
  Lire l'article

SUR LA TOILE

OBTENIR LE PASS TÉLERAMA
Ecouter l'émission


On s'explique mal pourquoi ce très beau film a été ignoré par le jury cannois
Lire l'article