ACTUELLEMENT

Semaine du 29 juin au 5 juillet
DECISION TO LEAVE
de Park Chan Wook
EN ROUE LIBRE
de Didier Barcelo
VENTURA
de Pedro Costa
MON AMOUR
de David Teboul
ELVIS
de Baz Luhrmann
INCROYABLE MAIS VRAI
de Quentin Dupieux
EL BUEN PATRÓN
de Fernando León de Aranoa
LE GOÛT ET LES COULEURS
de Michel Leclerc
EN CORPS
de Cédric Klapisch
L'ÉCOLE DU BOUT DU MONDE
de Pawo Choyning Dorji
I'M YOUR MAN
de Maria Schrader
THE DUKE
de Roger Michell
FRÈRE ET SOEUR
de Arnaud Desplechin
COUPEZ !
de Michel Hazanavicius
LE PRINCE
de Lisa Bierwirth
LA MAMAN ET LA PUTAIN
de Jean Eustache
LA PETITE BANDE
de Pierre Salvadori
TOP GUN MAVERICK
de Joseph Kosinski
MEN
de Alex Garland

LE PRINCE

de Lisa Bierwirth

ALLEMAGNE - 2021 - 2h05 - version originale sous-titrée

Avec Ursula Strauss, Passi, Nsumbo Tango Samuel...


Séances mercredi, vendredi et samedi à 21h50


Galeriste allemande de Francfort, Monika n'a rien en commun avec Joseph, diamantaire congolais en attente de régularisation, qui survit de combines plus ou moins légales dans la même ville. Tous deux pensent qu'ils sont différents, qu'ils ne sont pas le produit de leur environnement et qu'ils vont pouvoir surmonter les obstacles. Pourtant, la défiance s'immisce dans leur amour…

Filmographie : 1er film

NOTE DES SPECTATEURS

Cliquez sur une étoile pour donner une note :
Moyenne : 5,8/10 (9 spectateurs)

LA PRESSE

LIBÉRATION
Feutré sans être ampoulé, jamais évident, toujours sur la brèche, le film de Lisa Bierwirth manque juste d'un léger surcroît de souffle pour évacuer toute réserve.
  Lire l'article
LE MONDE
Les défauts du film de Lisa Bierwirth sont aussi, de façon confuse, ses qualités. L'incertitude qui pèse sur les motivations de ses personnages se met au service d'une approche comportementaliste qui laisse ouvertes de multiples questions.
  Lire l'article
LES INROCKUPTIBLES
La réalisatrice allemande Lisa Bierwirth signe un mélo en sourdine, beau et sensuel
  Lire l'article
L'OBS
Lisa Bierwirth sonde avec sensibilité l'irruption de la politique dans la sphère privée et file la métaphore sur les diamants que cet anti-héros trimbale dans ses poches : pierres précieuses ou verre taillé, comme l'inconnu qu'il reste au fond ? Le film, produit par Maren Ade, aurait gagné à être resserré.
  Lire l'article