ACTUELLEMENT

Semaine du 21 au 27 septembre
LES ENFANTS DES AUTRES
de Rebecca Zlotowski
NINJABABY
de Yngvild Sve Flikke
LIBRE GARANCE !
de Lisa Diaz
L'OMBRE DE GOYA
de José Luis Lopez-Linares
MOONAGE DAYDREAM
de Brett Morgen
A PROPOS DE JOAN
de Laurent Larivière
REVOIR PARIS
de Alice Winocour
TOUT LE MONDE AIME JEANNE
de Céline Devaux
COUP DE THÉATRE
de Tom George
LE TIGRE ET LE PRÉSIDENT
de Jean-Marc Peyrefitte
LA PAGE BLANCHE
de Murielle Magellan
LA NUIT DU 12
de Dominik Moll
BABI YAR. CONTEXTE
de Sergei Loznitsa
PLAN 75
de Chie Hayakawa
LES CINQ DIABLES
de Léa Mysius
LES VOLETS VERTS
de Jean Becker
107 MOTHERS
de Peter Kerekes
FEU FOLLET
de João Pedro Rodrigues
RODÉO
de Lola Quivoron
LES SECRETS DE MON PÈRE
de Véra Belmont

107 MOTHERS

de Peter Kerekes

SLOVAQUIE - 2020 - 1h33 - version originale sous-titrée

Avec Maryna Klimova, Iryna Kiryazeva, Lyubov Vasylyna...


Séances à 22h25


Lesya donne naissance à un petit garçon dans la prison pour femmes d'Odessa, en Ukraine. Ici, les prisonnières sont aussi des mères, et leurs enfants peuvent rester avec elles jusqu'à leurs 3 ans. Ensuite, il faut trouver un membre de la famille prêt à les recueillir, ou c'est le placement définitif en orphelinat. À l'approche de l'anniversaire fatidique et sous le regard bienveillant d'Iryna, la gardienne de prison, Lesya tente tout pour ne pas être séparée de son fils…

Filmographie : "Velvet Terrorists", "Cooking History", "66 seasons"...

NOTE DES SPECTATEURS

Cliquez sur une étoile pour donner une note :
Moyenne : 4,9/10 (10 spectateurs)

SUR LA TOILE

À la frontière entre la fiction et le documentaire, le film de Péter Kerekes raconte le quotidien de mères ukrainiennes en prison (avant la guerre), à travers deux femmes, l'une détenue et l'autre gardienne.
Lire l'article

LA PRESSE

A VOIR À LIRE
Une fresque sociale qui, dans son point de vue théâtral assumé, donne à voir le portrait magnifique de mères en situation d'incarcération dans une Ukraine loin du conflit grave qu'on lui connaît, et plus largement des femmes ukrainiennes.
  Lire l'article
LE MONDE
La mise en scène de Peter Kerekes, rigoureuse et pondérée, se mesure aux cycles et aux rythmes de la prison. Ce regard pourrait aisément passer pour froid. Or c'est tout le contraire qui se produit ici : la froideur inhérente aux lieux et à leur fonction est contestée par les présences qui l'habitent.
  Lire l'article
L'OBS
La force du film vient de cette authenticité, de la simplicité de la mise en scène, et de l'émotion puissante du récit. C'est du cinéma social, et du meilleur.
  Lire l'article
LES INROCKUPTIBLES
Censé ramener de la vie, ces blocs de vérités sont rigidifiés par l'immobilité léthargique des cadres. Cette solennité forcée imprime une gravité écrasante dont le film aurait pu se passer. À trop vouloir préserver la vérité de ses scènes, le film de Kerekes manque d'un véritable souffle romanesque.
  Lire l'article
TÉLÉRAMA
Ce mélange permanent de fiction et de documentaire est parfois déroutant, mais souvent émouvant.
  Lire l'article