EVENEMENTS ET SEANCES SPECIALES

LA DAME DE SHANGHAÏ - Orson Welles
A PROPOS
Même si l’on sait maintenant que le film fut en grande partie massacré par un montage effectué à la hussarde par la Columbia, La Dame de Shanghai reste un superbe film noir où la patte de Welles reste bien visible. Au-delà de la trame policière, c’est pour une fois d’une histoire d’amour qu’il traite, ou plus exactement une histoire d’attirances… Il y a beaucoup d’ambiguïté dans ce film et le fait que le cinéaste fut alors en pleine procédure de divorce avec Rita Hayworth n’y est certainement pas étranger. Il prend le contre-pied de son image : il lui coupe les cheveux, la teint en blonde et surtout la transforme en meurtrière machiavélique, la rendant même hideuse dans la scène finale (la filmant avec un grand-angle et en contre-plongée… alors qu’elle est à terre!) Orson Welles casse tout. Le mythe de Gilda et la femme qui fit fantasmer des milliers de G.I. sont bien loin. Est-ce pour cette raison que le jeu de Rita Hayworth est rigide et glacial pendant tout le film? Ou est-elle simplement sclérosée devant son génie de mari? Le wonder boy prend aussi le contre-pied de l’image classique du film noir puisque l’essentiel de La Dame de Shanghai se passe en plein soleil, à bord d’un luxueux yacht (pour la petite histoire, il s’agit du yacht personnel d’Errol Flynn qui a tenu à le piloter lui-même pendant le tournage). Son inventivité sur le placement des caméras reste toujours remarquable (étonnants plans sur les hauteurs d’Acapulco au bord du précipice), il utilise assez largement des plans très serrés et certaines de ses scènes ont été maintes et maintes fois copiées au cinéma : la scène de l’aquarium et, bien entendu, la célèbre scène finale dans la galerie des glaces. Le public n’aimant pas que l’on abîme ses icônes, La Dame de Shanghai fut un échec commercial, mettant à mal la carrière de Rita Hayworth et surtout, hélas, celle d’Orson Welles.

L'oeil sur l'écran

Soirée organisée dans le cadre du salon "imaJn'ère"
Soirée rencontre
jeudi 6 juin à 20h00
en présence de Julien Védrenne, journaliste, conférencier, rédacteur en chef de k-libre, webzine culturel

LA DAME DE SHANGHAÏ
de Orson Welles
avec Rita Hayworth, Orson Welles, Everett Sloane
USA - 1947 - 1h32 - VOST
Michael O'Hara est un marin aventurier qui rencontre sur les quais de San Francisco la séduisante silhouette d'Elsa Bannister, l'épouse d'un riche homme d'affaires qui l'engage sur son yacht. Rapidement le nouvel arrivant et la belle Elsa s'amourachent. L'assistant de Bannister, George Grisby, propose à Michael, un étrange marché : reconnaître qu'il est responsable de sa mort contre cinq mille dollars...