EVENEMENTS ET SEANCES SPECIALES

APRÈS L'OMBRE - Stéphane Mercurio
A PROPOS
Après l’ombre est le troisième documentaire que la réalisatrice Stéphane Mercurio consacre à l’univers carcéral. Cette fois, il ne s’agit pas de filmer la prison (À l’ombre de la république) ou un lieu d’accueil de familles de prisonniers (À côté) mais de cerner la difficile réinsertion de détenus ayant purgé une longue peine. Le trauma qui pollue la liberté retrouvée d’André, Eric, Alain et Louis, a en quelque sorte été exorcisé par l’expérience théâtrale que leur a fait partager le metteur en scène Didier Ruiz, fondateur de La compagnie des hommes. Le projet a été de leur donner la parole afin qu’ils élaborent un spectacle où ils racontent plusieurs passages éprouvants de leur incarcération. S’est jointe au groupe Annette, épouse de prisonnier, pour qui l’expérience s’avère être aussi une catharsis. La réalisatrice filme ainsi l’élaboration du processus de création de la pièce, et les répétitions de ces comédiens « non professionnels » jouant leurs propres rôles dans une alternance de monologues.

Le film de Stéphane Mercurio n’est pas seulement un outil de réflexion passionnant sur les failles et les absurdités du système pénitentiaire qui, tel qu’il est assuré en France et dans multiples pays, engendre un cercle vicieux de frustrations et de violences et n’aide en rien à réintégrer l’individu déviant et délinquant. Et la parole protagonistes qui témoignent est éloquente sur le sujet : c’est un prisonnier étiqueté dangereux que l’on conduit sur la tombe de son fils avec des menottes, et tenu en laisse ; c’est cet autre qui se mutile en s’arrachant les dents avec un tournevis, suite à des caries non soignées ; c’est Annette apportant un tupperware de salade au saumon fumé au parloir de Louis le soir de Noël, mais contrainte d’en verser le contenu dans un sachet en plastique, transformant son repas de fête en nourriture pour chien ; c’est cet autre expliquant comment il a introduit des amantes au parloir, les faisant passer pour des cousines. Les dialogues ne sont ni larmoyants ou revanchards, et vont révéler qu’au-delà de leur passé et de leur douleur en commun, tous se seront transformés par cette parole libérée.

Après l’ombre n’est donc pas seulement un documentaire bienveillant sur une réinsertion retrouvée, mais aussi un film subtil sur les rapports entre le théâtre et le vécu, La compagnie des hommes procurant à ces hommes et cette femme une recomposition psychologique et sociale bien plus efficace que maintes analyses, en plus de leur faire côtoyer un univers qu’ils ne connaissaient pas. Mais la mise en abyme est à un double niveau, le 7e art venant s’immiscer à travers la caméra de la réalisatrice, discrète mais présente : « Je ne devais pas me mettre à la place du spectateur de théâtre, ni à celle de Didier. Il fallait que je me décale pour éviter la redite de ce quelque chose qui est bien plus fort que sur scène, en direct », a déclaré la réalisatrice. Sa proposition de cinéma est des plus palpitantes.

Gérard Crespo (avoiralire.com)
Ciné doc
jeudi 22 novembre à 20h00
en présence de la réalisatrice

APRÈS L'OMBRE
de Stéphane Mercurio
Documentaire
FRANCE - 2017 - 1h33
Une longue peine, comment ça se raconte ?
C’est étrange ce mot qui signifie punition et chagrin en même temps.
Ainsi s’exprime Didier Ruiz lorsqu’il entreprend la mise en scène de son dernier spectacle monté avec d’anciens détenus de longue peine. Dans le temps suspendu des répétitions on voit se transformer tous ces hommes – le metteur en scène y compris.
Le film raconte la prison, la façon dont elle grave dans les chairs des marques indélébiles et invisibles.
Il saisit le travail rigoureux d’un metteur en scène avec ces comédiens « extraordinaires ».
Et surtout il raconte un voyage, celui qui va permettre à cette parole inconcevable de jaillir de l’ombre pour traverser les murs.