EVENEMENTS ET SEANCES SPECIALES

SOFIA - Meryem Benm’Barek
A PROPOS

Premier long métrage de Meryem Benm’Barek, jeune réalisatrice d'origine marocaine, Sofia avait sur le papier toutes les apparences du portrait de femme digne, genre bien-aimé du cinéma mais qui est parfois figé dans ses bonnes intentions. La bonne nouvelle de ce premier film est précisément de ne pas être figé mais bel et bien vivant, dans son ton comme dans sa construction. Sofia débute comme un thriller social avec cette jeune héroïne qui fait un déni de grossesse, et qui se retrouve dans l'illégalité en devenant mère hors mariage. Un article du code pénal s'invite rapidement dans le film et ses personnages tombent sous le coup de la loi. Sofia peut-elle se réveiller de ce cauchemar ?

Sofia évoque la place de la femme, elle dont le corps semble soumis au bon vouloir des hommes, du compagnon au médecin. Mais peu à peu, le long métrage élargit le cadre à la société entière. Comment peut fonctionner une société sur de telles règles absurdes ? Comment les bonnes mœurs s'arrangent avec un système hypocrite ? Sofia prend l'ampleur d'une fable où tout le monde est perdant et le film, de la condition féminine à la condition d'une société entière, se fait plus ambigu qu'au départ. Une ambiguïté nourrie par la concision du film qui dit tout ce qu'il a à dire en un minimum de temps, ne s'éparpille pas, est à la fois mordant et bienveillant - voici des débuts solides et prometteurs.

Nicolas Bardot (Film de culte)

Soirée organisée en collaboration avec l'association "Premiers Plans"
Avant-première / Les Ateliers d'Angers
dimanche 26 août 2018 à 20h15
en présence de la réalisatrice

Sofia a été sélectionné cette année à Cannes, dans la section Un Certain Regard.
Meryem Benm’Barek est lauréate 2017 de la Fondation Gan pour le Cinéma.


SOFIA
de Meryem Benm’Barek
avec Maha Alemi, Lubna Azabal, Faouzi Bensaïdi
FRANCE / MAROC / QATAR - 2018 - 1h20 - VOST - Prix du scénario - Un Certain Regard Cannes 2018
Sofia, 20 ans, vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. L’hôpital lui laisse 24h pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités…