EVENEMENTS ET SEANCES SPECIALES

BLOW OUT -
A PROPOS
Loin de sacrifier au thriller traditionnel, De Palma joue une partition tout à fait originale à partir d'une énorme coïncidence qui lui fournit la situation forte dont il a besoin. Jack s'identifie à son micro, véritable prolongement sensoriel de son oreille. La vie, pour lui, est une symphonie de sons, et son métier devient jouissance. Les bruits qu'il traque, c'est le monde entier qu'il écoute avec avidité. En saisissant ce qu'il ne pouvait discerner, son micro le fait basculer dans un univers inconnu et dangereux. Film passionnant de bout en bout, avec un John Travolta excellent, Blow out possède une mise en scène brillante, qui en fait une œuvre accomplie, loin du quelconque plagiat d'un Hitchcock (même si les références existent) ou de la pâle copie d'Antonioni, auquel De Palma prend l'idée de Blow up en passant de la photo au son
Soirée Brian De Palma
mardi 16 mai à 20h00
20h : BLOW OUT
22h15 : PULSIONS

Tarif spécial soirée : 9€ les 2 films sinon tarifs habituels

BLOW OUT
avec John Travolta, Nancy Allen, John Lithgow
USA - 1981- 1h47 - VOST - Réédition - Version restaurée
Un soir, dans un parc, Jack Terry, ingénieur du son, enregistre des ambiances pour les besoins d’un film. Il perçoit soudain le bruit d’une voiture arrivant à vive allure. Un pneu éclate. Le véhicule fou défonce le parapet et chute dans la rivière. Jack plonge et arrache à la mort une jeune femme, Sally. Mais le conducteur est déjà mort... 
PULSIONS -
A PROPOS

Oui, Pulsions est une relecture de Psychose. Une fois le marronnier Hitchcock secoué, que reste-t-il ? Le chef-d’oeuvre de De Palma pratique moins le copiercoller servile que l’art du couper-coller : meurtres au rasoir, famille fracturée et split-screen cousent un thriller hypermaniériste où le suspense (sous la douche, dans l’ascenseur), millimétré comme des préliminaires au lit, exsude le plaisir constant de filmer. Les cris d’extase d’Angie Dickinson dans un taxi semblent être ceux du cinéaste, ravi d’avoir emballé la scène précédente, virtuose spirale de filature et de séduction dans un musée. Le film filtre son matériau un peu bis (comment les fantasmes d’une mère de famille frustrée lui font croiser un tueur transsexuel) et sa violence à travers un état permanent de rêve éveillé.

Rêve (humide) d’en découdre via un scénario oedipien hanté par la castration, où un ado geek, double de De Palma, s’évertue pour les beaux yeux de sa mère à prouver avec ses gadgets qu’il est meilleur que la police, les adultes (et Hitchcock). Au-delà du voyeurisme fétiche du réalisateur, Pulsions est de ces films qui, avec Bergman et le cinéma muet, condensent le regard des acteurs en objet physique, palpable. Splendide, mais insoutenable.

PULSIONS
avec Michael Caine, Angie Dickinson, Nancy Allen
USA - 1980 - 1h45 - VOST - Réédition - Version restaurée
Kate Miller souffre de fantasmes érotiques vivaces. Un matin, elle se rend chez son psychiatre pour lui parler de ses déceptions sexuelles avec son mari, puis séduit un homme qui l'emmène dans son appartement pour y passer la nuit. Le lendemain matin, en prenant l'ascenseur pour quitter l'immeuble, elle est atrocement assassinée à coups de rasoir par une inconnue. Liz Blake, une call-girl de haute volée, est l'unique témoin du crime, mais se retrouve aussi, dès lors, être la première suspecte...